Connectez-vous S'inscrire
Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Publicité

Mercredi 23 Juillet 2014
1:23
 


Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur l'écran avec fond noir ou blanc (icône imprimante ci-dessous)

Martin Kouonedji

Université de Douala : étudiantes le jour et prostituées la nuit

10/02/2011
Lu par 7029 visiteurs web

Elles sont nombreuses ces étudiantes belles et pleine d’ambition qui sont obligées de financer leurs études universitaires en se prostituant dans les rues de Douala.


Illustration (c) Art-Stok
Illustration (c) Art-Stok
Le ciel s’est déjà assombri ce mardi 25 janvier 2011, il est à peine 20 heures et toutes les étudiantes de la mini cité du fin goudron Essec ont regagné leurs chambres. A l’exception d’une seule, Marie Paule.
A peine rentrée de la fac, elle n’a eu que le temps de répondre à un coup de fil d’un gérant d’hôtel de la place. Ce dernier l’informe de l’arrivée de quelques "Blancs" à l’hôtel.
Mis à ses trousses grâce à l’espionnage d’une de ses camarades, nous nous rendons à l’hôtel pour découvrir ce business apparemment rentable.

Mini-jupe noire, décolleté laissant entrevoir son nombril, le tout couronné par des maquillages bien assortis, la jeune demoiselle arrive au hall de l’hôtel. A cet endroit l’attend un monsieur de race blanche. Un bref échange suffit pour s’entendre sur le prix et les deux "amoureux" empruntent l’ascenseur de l’hôtel pour arriver à une chambre.
Restés au hall de l’hôtel, nous attendons son retour. Entretemps nous échangeons avec ses "collègues" qui y attendent. Elles nous disent qu’elles attendent impatiemment des clients, qu’elles sont pour la plupart étudiantes comme Marie Paule.
"Je n’ai trop de choix, le pays est devenu dur et le travail on n'en trouve pas ; je dois payer ma scolarité (50.000 F CFA) rapidement sinon je ne vais pas participer aux examens du premier semestre" nous dit l’une d’elles.
Moins de quarante minutes d’attente et voilà Marie Paule qui nous revient avec un large sourire. "Mama tu as pointé !!!!" lui lance l’une d’elle.
"Ahhhhh !!! Combien même ??? Les Blancs là sont devenus durs ????!!!" répond-t-elle.

Se tenant discrètement à l’écart, nous l’entendons dire qu’elle n’a eu que 60.000 milles francs CFA et qu’il faut encore un deuxième client pour achever sa soirée. Elle a trop de soucis ces derniers temps, ajoute t-elle, car non seulement elle doit payer son loyer mais en plus il faut acheter le fascicule de mathématiques.

Se prostituer la nuit pour assurer ses études le jour, voilà donc l’équation grâce à laquelle certaines étudiantes de l’université de Douala survivent.
Espérons que dans ce combat pour la survie, les deux parties prennent au moins le soin de se protéger contre les maladies sexuellement transmissibles.

prostitutionestudiantinedouala.mp3 prostitutionestudiantinedouala.mp3  (202.46 Ko)



Par Martin Kouonedji — Nombre de lectures web de cet article (hors podcasts, smartphones et tablettes): 7029 fois — Contenu mis à jour le 11/02/2011




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 36













Partager ce site


Publicité


Vous pouvez visualiser nos articles sur fond blanc aussi, sur www.podcastjournal.net




visiteurs différents