Menu

Pas de fin d'année sans bilan. J'ai pensé écrire ce post en vert ou en rouge, mais bof. Le noir est encore la couleur qui sied le mieux à l’atmosphère ambiante. De plus, c'est un classique, alors, pourquoi s'en priver? Soyons conformistes et optons pour une "petite revue de presse" en toute partialité, pour conclure qu'ici, il manque quelque chose.


Bilan de fin d'année : il manque quelque chose ici
Prenons un individu lambda, donc ultra-connecté et super informé. Il a récemment "appris" que la "poutinisation" du monde était en marche (journal le Monde et bien d'autres).
Il a ainsi été conforté dans l'idée que la violence et la radicalité vont devenir une norme alors que les propos nuancés vont avoir, dans l'avenir, peu de chances de rester audibles.

Là-dessus, il a pu découvrir (grâce à RTL et consorts), que le sang du président TRUMP n'a fait qu'un tour après que Barack Obama ait affirmé (interview publiée ce lundi 26 Décembre), qu'autorisé à briguer un troisième mandat, il serait certainement sorti vainqueur des élections présidentielles. Donald TRUMP a immédiatement twitté (26 Décembre 10 P-M) : "I say NO WAY"!
Il s'est ensuite lancé dans une critique tonique du bilan de son prédécesseur. Ce président est finalement un peu prévisible, au moins dans sa réaction aux provocations...
Mais "no way", tout de même, il n'y aurait donc plus aucune place pour le doute? Si j'étais bien informée, je le saurais... Plus de place pour la nuance, plus de place pour le doute.

Paradoxalement lorsque l'homme d'affaire Carl Paladino, co-président de la campagne de Donald TRUMP, est interrogé sur ses voeux en 2017 et répond espérer que Barack Obama "contracte la maladie de la vache folle après avoir été surpris ayant des relations avec une Herford" ..."et qu'il meure avant son procès", aucune réaction personnelle de Donald TRUMP. Rien de plus concernant les propos tenus à l'encontre de Michèle Obama.
Une porte parole citée par le New-York Times a déclaré que les commentaires de Carl Palodino étaient "totalement répréhensibles et n'ont pas leur place dans notre discours public".

A cet instant, l'inaudible devient assourdissant. Cet instant où le clivage entre le discours officiel et le discours du huis-clos qui ne se cache même plus apparaît comme une évidence.
Espérons que l'avenir ne viendra pas confirmer au citoyen lambda que les "tout-puissants" peuvent "tout se permettre" lorsqu'ils s'estiment dans leur bon droit.

En parallèle, monsieur lambda a découvert que le "manque de discernement" face aux fakes news(fausses infos publiées en ligne) ne concernait pas que les adolescents ou un public légèrement "déficitaire". Réel souci de fond lié à leur caractère invraisemblable et au fait que "plus un mensonge est énorme" ou "plus une manipulation est grossière" mieux elle passe, les fakes news ont un caractère confusionnant qui bat en brèche le discernement du récepteur. Associées à différentes "erreurs" dans les relais d'information (mort de Martin Bouygues) et à un excès de réactivité qui caractérise l'époque actuelle, les fake news finissent par présenter un danger objectivable.
A ce propos, l'épisode du ministre de la Défense pakistanais réagissant sur twitter à une "info" d'ADWNews pourrait être anecdotique si elle n'impliquait pas un "oubli total" du rôle de la sphère diplomatique au profit d'une réaction immédiate sur la twittosphère.

Cet ensemble de situations montre de l'impulsivité, de la précipitation, une envie (ou un besoin) démesuré (e) d'exister à titre personnel en occupant une fonction justifiant de capacités d'abstraction de soi et d'abnégation. Alors, pour conclure, il manque bien quelque chose ici.
Il manque du recul, de la réflexion, de la réserve, de la nuance, un sens réel du collectif, une vision stratégique, de la vérification. Il manque l’alcôve détruite au profit d'une certaine forme d'exhibitionnisme.

Si cet article était écrit en vert, je terminerai en souhaitant que tout ceci ne soit qu'un écran de fumée permettant aux diplomates de travailler sur chypre-la grèce-la turquie, le Yemen, la Libye, la Syrie, la Corée, le Japon, Taïwan-la Chine, une diversion laissant les journalistes trouver des scoops et les services de sécurité travailler en paix. Je souhaiterai également que l'attitude de ces "nouveaux gouvernants" ne modélise pas trop le comportement des citoyens lambdas dans l'avenir. Mais il semble que "l'auteure" soit un peu partiale et pessimiste en cette fin d'année, alors pour la suite : nous verrons bien.




il_manque_quelque_chose_ici___.m4a Il Manque quelque chose ici....m4a  (2.11 Mo)




Rédigé par Cécile Domergue le Mercredi 28 Décembre 2016 | Commentaires (2)

Ce samedi 10 Décembre, journée des droits humains, se déroulait la huitième parade de Noël des motards. Le principe est simple, chaque motard apporte un joujou. Les parades se déroulent simultanément dans différentes villes de France et d'ailleurs au profit des restos du coeur en mémoire de Coluche.


Les motards de noël envahissent Bordeaux-cdo
Les motards de noël envahissent Bordeaux-cdo
L'esprit de Noël était bien présent ce samedi. Nombre de motards ont troqué leurs blousons noirs pour faire vibrer nos rues tout de rouge vêtus. C'est ainsi que de Berlin à Toulouse, en passant par Bordeaux ou Strasbourg (le 3 Décembre), les cortèges ont défilé au profits d'associations caritatives. En France, tout a commencé en 2009 en soutien au restos du coeur et en mémoire de ce grand motard qu'était Coluche.
Une joyeuse cacophonie s'empare chaque année des métropoles qui se colorent en rouge et blanc à mesure que le flot de pères et mères de Noël se déversent dans leurs artères.
A Bordeaux, les motards ont dynamisé les quais provoquant l'enthousiasme des passants et le désespoir de certains automobilistes...



Rédigé par Cécile Domergue le Samedi 10 Décembre 2016 | Commentaires (2)

1 2 3 4 5 » ... 16
Liste de liens
Derniers tweets
Galerie
IMG_2366
IMG_4252
image



Facebook
Twitter
Mobile
Rss