L'Union Européenne pour vous

L'Union européenne voudrait uniformiser les règles de la pension mais aussi créer un vrai ciel européen.


Pertubation dans le ciel sud-est français?
Le week-end du 27 juin les contrôleurs aériens du sud-est français volontairement ont créé des perturbations dans le ciel. Ont ne peut pas parler de grève mais d'arrêt de travail spontané. Peu importe la cause, les étrangers savent que la France vit avec grève comme avec le vin et le fromage. Le résultat de cette "pause café", une demi-heure d'attente dans les aéroports pour embarquer vers Nice, accompagnée d'une demi-heure d'attente dans l'avion pour décoller.

La chose déplorable c'est que ce groupe de personnes pense à répéter le petit jeu durant tout l'été...

L'intelligence administrative va peut être mettre le personnel de l'armée au service de la population une fois de plus quand le civil reste incapable d'effectuer le travail, pour mettre les choses en place.

Mais une demi-heure n'est rien à comparer aux quatre heures d'attente dans l'avion des passagers de ce jeudi... mais là c'est une grève, alors c'est normal.

Une chose est certaine: vive la libéralisation et l'harmonisation des services publics pour enfin être débarrassés des empêcheurs de travailler, rendre visite à la famille ou simplement découvrir le beau pays français.

Pour ceux qui sont à bout de souffle: la société maritime française qui avait le monopole des traversées entre Marseille et la Corse, avait une politique de congés assez pénalisante pour la population. Exemple: un bateau neuf de plus de cent millions d'euros, acheté juste avant l'appel d'offre, avec la certitude de le remporter - et bien patatras, se sont les Italiens qui l'ont remporté et depuis les choses sont rentrées dans l'ordre. Les meneurs de congés improvisés sont non seulement à quai avec leur beaux navires mais en plus, plus de 300 personnes ont été licenciées.

En 2011 des sociétés privées ou publiques pourront offrir leur services pour les sillons (créneaux horaires ferroviaires) internationaux. Cela signifie que les chemins de fer italiens ou Véolia ou la Ratp vous transporteront de la France vers l'étranger. Les régions frontalières ont déjà prévenu les dirigeants des RER que la concurrence sera ouverte.

De même, le 1er janvier 2011, le marché postal sera entièrement ouvert à la concurrence. D'autres sociétés de service postal pourront donc également offrir leurs services hors de leur pays.

Alors que des postes nationales en Belgique ont même changé leur nom pour montrer leur volonté d'adaptation mais aussi leur esprit de "conquête" des nouveaux marchés, d'autres comme la France restent sur le balcon du progrès avec de nombreux congés imposés de leurs personnels. Dans la grande majorité ce personnel est conscient des enjeux mais une minorité bloque toute adaptation.

Alors patience, l'Union européenne va mettre son grain de sel dans les rouages des monopoles d'État les plus pénalisants, cela ne pourra pas être pire que la situation actuelle française.

Courage, on aura à nouveau de bons services comme il se doit. On ne sera plus le pigeon qui n'a rien à dire mais une personne qui mérite le respect et toute l'attention à laquelle il faut satisfaire sa demande au meilleur rapport qualité prix, avec bien entendu des garanties de service universel réparti entre tout les opérateurs...


Un exemple de service public en marche vers le futur
Amaury van Hoorebeke Dimanche 27 Juin 2010 à 22:15


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo

Une "micro Union européenne" sert de laboratoire. Eh oui la Belgique avec le Benelux sont souvent les terrains d'expérimentation pour tester les diverses théories qui seront appliquées après à l’ensemble des 27 États membres.


En Belgique deux théories s’affrontent. Le droit du sol et le droit des personnes. Les USA optent pour le droit des personnes, l’Union européenne celui du sol. En d’autres termes, pour les USA, où que vous soyez sur terre, votre nationalité vous oblige allégeance aux USA - tandis que pour l’Union européenne votre lieu physique prime sur votre nationalité. Donc en Belgique deux visions mondiales sont réunies. Malheureusement ou heureusement pour les études marketing, ce royaume est en de nombreux points à l’avant-garde des bonnes et mauvaises choses à venir… D’où l’importance de trouver l’équilibre entre ces deux visions.

Rassurez-vous, la Belgique est loin de se désolidariser. Non pas par patriotisme, le milieu politique n’en a plus, mais par simple et pur intérêt économique. Cela coûte trop cher et l’indépendance n'assure pas tant avantages par rapport aux coûts aussi bien économiques que politiques internationales. Puis il y a Bruxelles, la dette nationale et la sécurité sociale…

Paradoxalement, l’émergence néerlandophone à la base a été subventionnée par les francophones pour différencier les spécificités belges par rapport aux françaises. Donc l’idée que les Belges se rattachent aux Pays-Bas pour le nord et à la France pour le sud, reste du domaine du rêve. La Belgique a mis dehors ses voisins de haute lutte, ce n’est pas pour retomber dans leurs bras une deuxième fois.

belgique.mp3 belgique.mp3  (1.81 Mo)

Amaury van Hoorebeke Lundi 3 Mai 2010 à 20:51


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo

Vous vous souvenez très certainement des agriculteurs qui ont déversé leur productions de lait dans les champs... La Commission a été chargée d'un rapport sur la chaîne alimentaire.


Image (c) RTBF, publiée avec autorisation
Image (c) RTBF, publiée avec autorisation
La Belgique a lancé le mouvement en fin de l'année, ils ont reçu 14 euro-cent en plus pour la production, augmentation qui a été répercutée au consommateur. Également le gel et le problème au sud de l'Italie compromettent grandement la production des agrumes. Ce qui présage une augmentation très importante des oranges et jus d'orange l'été prochain. Les spéculateurs se mettent en place pour ne pas arranger les choses. Paradoxalement, la production des betteraves sucrières belges a été excellente. Mais la Commission interdit l'exportation des surplus de production. Alors que l'Inde et la Chine sont en manque important de sucre et que les prix mondiaux sont aux plus hauts.
Le résultat de ce moratoire: le surplus des betteraves sera conservé pour être mise sur le marché l'an prochain.

La session du Conseil a débuté le lundi 18 janvier, sous la présidence de Mme Elena Espinosa, ministre espagnole de l'agriculture.

Les manifestations publiques seront retransmises par vidéo:
http://video.consilium.europa.eu/

agripeche.mp3 agripeche.mp3  (4.98 Mo)

Amaury van Hoorebeke Samedi 16 Janvier 2010 à 16:21


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo

L'Union Européenne pour vous

Herman Van ROMPUY, président du Conseil européen, a visité Berlin pour assister à une réunion avec Mme Angela Merkel, chancelier de l'Allemagne.


Photo (c) Luc Van Braekel
Photo (c) Luc Van Braekel
Il y a deux défis importants nous faisant face:

Le premier objectif de cette réunion sera d'examiner comment nous pouvons fixer un plein et durable rétablissement dans l'Union après la crise. La question est comment nous pouvons mettre en place les changements structurels que nous avions embarqués sous la stratégie de Lisbonne et qui sont nécessaires pour soutenir la future croissance économique.

La deuxième question importante que nous discuterons en février combat le changement climatique. Ce n'est pas un champ politique comme tout autre. C'est une issue qui est suivie de près du public et qui est un test pour l'efficacité et la fidélité des décideurs politiques.

Une chose est devenue claire à Copenhague : ce processus est probablement plus compliqué et complexe que nous pensions. Par conséquent, je pense que nous devons prendre du temps suffisant au cours des mois à venir pour réfléchir sur les leçons à tirer de Copenhague et surtout sur des questions stratégiques. Comment pouvons-nous renforcer notre influence au niveau international ? Comment pouvons-nous augmenter notre force persuasive ? Comment pouvons-nous mettre le processus en avant ?

L'Union se cherche et doit s'imposer sur la scène internationale, le traité de Lisbonne est là pour ça. La coordination est importante, le dernier exemple est la gestion des secours en Haïti: chaque pays arrive mais sur place c'est le chaos. Donc l'idée d'avoir une force d'intervention rapide humanitaire non plus au niveau national mais de l'Union européenne confortera les spécialités des pays pour éviter les doublons et le manque de coordination.
Chacun a sa place mais l'Union fait la force.

Source: Conseil de l'Union européenne.


initiatives_van_rompuy.mp3 Initiatives_Van_Rompuy.mp3  (2.93 Mo)

Amaury van Hoorebeke Samedi 16 Janvier 2010 à 15:31


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo

L'Union Européenne pour vous

"Qui dois-je appeler en Europe ?", aurait un jour demandé Henry Kissinger, secrétaire d'État américain, devant la complexité de la représentation extérieure de l'Union européenne. Avec le Traité de Lisbonne, la réponse sera: le Haut représentant pour la politique extérieure.


Elmar Brok. Photo: EUKU
Elmar Brok. Photo: EUKU
Un numéro unique pour contacter l'Union européenne

On définit souvent l'Union européenne (UE) comme un géant économique et un nain politique. Pourtant, elle est la plus grande donatrice d'aide humanitaire et au développement de par le monde. Elle fait aussi figure de référence en termes de démocratie et de droits de l'homme.

Il lui manque sans doute les moyens de parler d'une seule voix sur la scène internationale. Pour améliorer l'impact, la cohérence et l'efficacité de l'action extérieure de l'UE, le Traité de Lisbonne prévoit ainsi la mise en place d'un Service d'action extérieure. Il soutiendra le Haut représentant pour la politique extérieure qui, lui, devrait disposer d'une double casquette : il sera également vice-président de la Commission européenne.

Il appartient au Conseil de décider la forme définitive de ce nouveau service diplomatique de l'UE. Il se composerait sans doute de fonctionnaires de la Commission européenne, du Conseil de l'UE et des États membres. Les députés européens ont donné leur avis sur ce sujet la semaine dernière, lors de la session plénière.

Le Journal officiel de l’UE publie de nouvelles mesures permettant l’utilisation des fréquences GSM par les téléphones 3G ouvre la voie à une nouvelle génération de services mobiles en Europe. Elle fait suite à l’accord du Parlement européen et du Conseil des ministres, obtenu en juillet ( IP/09/1192 ), afin de moderniser la législation européenne (la «directive GSM») concernant l’utilisation des radiofréquences nécessaires aux services mobiles. Ces nouvelles mesures favoriseront la concurrence sur le marché européen des télécommunications et permettront aux opérateurs de fournir plus aisément des services paneuropéens plus rapides, comme l’internet mobile, à côté des services GSM actuels. Elles contribueront aussi au déploiement de services sans fil à haut débit, un des moteurs de la reprise économique de l’Union.

Source: Europa


L’UE est prête pour le haut débit sans fil sur les fréquences GSM
«En pleine récession économique, le secteur européen de la téléphonie mobile a reçu aujourd ’hui un signal fort traduisant le soutien résolu des responsables politiques. La nouvelle réglementation européenne publiée aujourd’hui permet de réorganiser le spectre radioélectrique dans la bande de fréquences GSM pour de nouveaux services mobiles, d’accroître la concurrence et de faire économiser au secteur jusqu’à 1,6 milliard d’euros en coûts d’investissement», a déclaré Viviane Reding, membre de la Commission responsable des télécommunications. «Par de telles décisions, l’Europe veille à conserver un avantage concurrentiel en matière de services sans fil.»

La nouvelle réglementation européenne est le fruit des efforts de la Commission européenne pour offrir un spectre plus large aux communications sans fil. Les mesures publiées aujourd’hui ont ainsi pour effet d’ouvrir la bande de fréquences GSM à un plus grand nombre de systèmes avancés de communication sans fil. Une nouvelle décision et une directive modernisant la directive GSM de 1987 ont paru au Journal officiel de l’UE, sont intégrées au droit européen et doivent désormais être appliquées dans les 27 États membres de l’Union.

Les nouvelles dispositions permettent d ’adapter plus facilement l’attribution des radiofréquences dans la bande de 900 MHz de sorte que même les nouvelles technologies à large bande et haut débit de 4 e génération puissent l’utiliser. Les appareils actuels continueront à fonctionner sans problème, mais ils pourront aussi utiliser de nouvelles technologies pour accéder à des services large bande et haut débit.

La réglementation révisée est censée produire un effet économique favorable au secteur et promouvoir l’adoption de nouveaux services sans fil du fait de la diminution des coûts de réseau découlant de l’utilisation de bandes de fréquences plus basses.

La nouvelle décision de la Commission définit les paramètres techniques permettant la coexistence des systèmes GSM (téléphones 2G) et UMTS (téléphones 3G offrant l ’internet mobile à haut débit en plus des services classiques de téléphonie) dans les bandes de fréquences de 900 et 1800 MHz que la directive réserve aux services GSM. Cette décision se fonde sur la décision « spectre radioélectrique » de l’UE qui instaure un mécanisme pour l’adoption de règles d’harmonisation technique à partir des contributions des experts nationaux des radiofréquences.

Les administrations nationales ont maintenant six mois pour transposer la directive et appliquer la décision afin que les bandes de fréquences GSM soient effectivement mises à la disposition des technologies 3G. Lors de l’ouverture des licences GSM existantes, les autorités de régulation nationales devront examiner la concurrence entre les opérateurs mobiles et remédier aux éventuelles distorsions de la concurrence conformément à la réglementation de l’Union en matière de télécommunications. La décision prévoit la possibilité d’introduire des modifications afin de prendre en compte les paramètres techniques d’utilisation de futurs systèmes non GSM dont la compatibilité pourra être établie ultérieurement.
Amaury Van Hoorebeke Mercredi 21 Octobre 2009 à 09:48


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo

L'Union Européenne dans les directives d'harmonisations de la fiscalité, mais aussi le manque de liquidité poussent les États les plus dépensiers à chercher de l'argent là où il est. Cela au lieu de chercher à diminuer drastiquement les dépenses.


Il est inadmissible de les obliger à quitter leur pays natal.


Un petit nombre de pays et plus subliment les U.S.A. ainsi que le Royaume Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord dans le cadre de l'O.C.D.E. ont décidé de mener une guerre économique pour protéger leur propre intérêt.

Malheureusement, cela se retourne contre eux car maintenant la City est superviser par un organe internationale, les territoires de la couronnes sont dans les viseurs des autre pays tout comme les deux Etat cités et les ressortissant ou résidents des U.S.A. ont de plus en plus de mal à ouvrir un compte courant dans de nombreux pays car les établissements financier ne veulent plus s'encombrer de l'administration pesante voir oppressante de ce pays pensant avoir la souveraineté mondial.

Également, comme d'habitude les U.S.A. applique le dicton "fais ce que je dis mais pas ce que je fais", commence à reconnaitre que l'État du Delaware ou de l'Utah sont loin d'être en odeur de sainteté concernant les règles de la Gafi ou lute contre le réel blanchiment d'argent. De plus les U.S.A. avec la guerre de l'U.B.S. risquent de s'isoler du monde international financier. De nombreux établissements étrangers risquent de réfléchir à deux fois avant de s'installer ou rester sur ce territoire si les règles de souveraineté étrangère ne sont plus reconnues par les U.S.A. Il est à noter que pour la première fois dans cette période économique l'U.K et l'U.S.A. ont eu des problèmes d'attraction de fond à une de leur émission d'emprunt d'État . La Chine tient l'économie des U.S.A dans leur main mais celle-ci est tenue aussi par la valeur de la dette considérable. Donc un geste de la Chine et les U.S.A. sur la voie de l'U.R.S.S. Dieu merci la Chine ne voudrait pas perdre l'immense réserve de son économie, donc rassurez-vous, tous deux sont liés pour un bon bout de temps. Veillant l'un l'autre à leur intérêt.

Mais revenons à nos moutons. Les temps de l'impunité facile sont comptés pour l'« optimisation » fiscale sans intelligence. Les outils mis en place à grand frais pour chasser les «petits » blanchisseurs de l'argent mal acquis type traite des être humains, drogue, mafia sont en place, tout un
chacun acceptait cette loupe liberticide sur les avoirs de tout un chacun. A force de laver plus blanc que blanc, des interprétations des règles tombent à la limite du bon sens.


Amaury van Hoorebeke Jeudi 16 Juillet 2009 à 11:49


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo

L'Union Européenne par vous

Vous avez été nombreux à vous rendre à Monaco pour le grand départ du Tours de France cycliste. Les équipes locales des transports en commun ont mis, de manière volontaire, toute leur bonne dévotion à vous acheminer dans les meilleurs conditions. Ce, malgré le nombre de passagers qui a été plus que multiplié par vingt dans les heures de rush, grâce à eux vous avez eu un train sans attendre plus que d'habitude - voir moins, nonobstant les contraintes occasionnées de vos mouvements.


La contrainte pour votre confort
En rentrant de promenade samedi après-midi, des passionnés de cyclisme étant perdus au monument du Roi Albert m'apostrophent: "s.v.p où se trouve la gare ferroviaire?" Me retournant pour leur montrer les panneaux tricolores "habituels", rien. Ayant le temps je leur dis: "suivez-moi!"





chefdegare_monaco_intro.mp3 ChefdeGare_Monaco_Intro.mp3  (2.84 Mo)

chefdegare_monaco_letourdefrance1.mp3 ChefdeGare_Monaco_LeTourdeFrance1.mp3  (2.49 Mo)

chefdegare_monaco_letourdefrance2.mp3 ChefdeGare_Monaco_LeTourdeFrance2.mp3  (2.3 Mo)

chefdegare_monaco_letourdefrance3.mp3 ChefdeGare_Monaco_LeTourdeFrance3.mp3  (1.06 Mo)

chefdegare_monaco_letourdefrance4.mp3 ChefdeGare_Monaco_LeTourdeFrance4.mp3  (3.88 Mo)

chefdegare_monaco_letourdefrance5.mp3 ChefdeGare_Monaco_LeTourdeFrance5.mp3  (2.8 Mo)

chefdegare_monaco_letourdefrance6.mp3 ChefdeGare_Monaco_LeTourdeFrance6.mp3  (5.49 Mo)

chefdegare_monaco_letourdefrance7.mp3 ChefdeGare_Monaco_LeTourdeFrance7.mp3  (2.83 Mo)

Amaury van Hoorebeke Mercredi 8 Juillet 2009 à 16:32


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo

Sous l'impulsion de la Commission européenne, les 10 plus grands fabricants mondiaux de téléphones portables ont signé lundi un protocole d'accord © La Dernière Heure 2009


BRUXELLES Les chargeurs de GSM seront compatibles entre téléphones de différentes marques et modèles dès l'année prochaine, ce qui devrait faciliter la vie des utilisateurs et réduire le volume des déchets électroniques en Europe. Sous l'impulsion de la Commission européenne, les dix plus grands fabricants mondiaux de téléphones portables ont en effet signé lundi un protocole d'accord dans lequel ils s'engagent à assurer l'interopérabilité de leurs chargeurs dans le courant de l'année 2010 pour les nouveaux modèles de GSM.

Il sera donc bientôt plus facile de se prêter son chargeur entre utilisateurs mobiles. Et il ne faudra plus non plus jeter son chargeur à chaque fois qu'on change de téléphone portable, soit tous les deux à trois ans en moyenne en Europe.

"J'ai fouillé mon bureau hier, et j'y ai trouvé pas moins de... six chargeurs! ", a avoué lundi le Commissaire européen en charge de l'Industrie, Günter Verheugen, promoteur de cet accord entre professionnels du secteur lors d'une conférence de presse.
© La Dernière Heure 2009 Lundi 29 Juin 2009 à 17:18


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo

L'Union Européenne pour vous

Le Conseil a adopté ce jour des règles communes concernant les procédures et conditions de délivrance des visas de courte durée. Il s'agit d'une étape importante pour la poursuite de la mise en place d'une politique commune des visas et pour le renforcement de la coopération dans l'espace Schengen1. Les ressortissants de pays tiers bénéficieront de procédures relatives aux demandes plus cohérentes et transparentes. Les dispositions du règlement adopté portent essentiellement sur les transits ou les séjours d'une durée maximale de trois mois sur une période de six mois (visas de courte durée).


Bienvenue dans l’espace Schengen.
Le nouveau règlement établissant un code communautaire des visas (code des visas) (doc. 3625/09) regroupe tous les instruments juridiques régissant les décisions en matière de visas et accroît la transparence et la sécurité juridique pour les demandeurs. Il remplace les Instructions consulaires communes (ICC). Ses principales dispositions sont les suivantes:

– Il précise quel État membre est chargé du traitement de la demande de visa et définit les différentes phases de l'examen de cette demande et de la prise de décision y relative.

– Il contient de nouvelles dispositions autorisant la délivrance de visas à entrées multiples dans certaines conditions.

– Il énumère les documents qu'un demandeur de visa doit produire, ainsi que les procédures applicables en vue de leur vérification.

– Il harmonise les droits de visa qui peuvent être perçus et fixe des normes communes applicables aux services rendus, à savoir la non discrimination et le fait que la décision relative à une demande est prise dans un délai de quinze jours calendaires.

– Il oblige les États membres à communiquer aux demandeurs qui ont fait l'objet d'une décision de refus de visa les motivations de cette décision et il donne la possibilité à ces demandeurs de former un recours contre la décision rendue.


Le règlement entre en vigueur vingt jours après sa publication et la plupart de ses dispositions devront être appliquées six mois plus tard.

source: http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_Data/docs/pressdata/fr/misc/108749.pdf

plus d'informations: http://www.visa-schengen.info/



1 Étant donné que le règlement en question se fonde sur l'acquis de Schengen, le Royaume-Uni et l'Irlande ne participent pas à son adoption et ne sont pas liés par celui-ci. Le Danemark décidera dans un délai de six mois à compter de la date d'adoption du règlement s'il le transpose ou non dans son droit national. Pour les mêmes raisons, le règlement s'applique à l'Islande, au Liechtenstein, à la Norvège et à la Suisse.
Amaury van Hoorebeke Vendredi 26 Juin 2009 à 09:29


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo
1 2