Une "micro Union européenne" sert de laboratoire. Eh oui la Belgique avec le Benelux sont souvent les terrains d'expérimentation pour tester les diverses théories qui seront appliquées après à l’ensemble des 27 États membres.


En Belgique deux théories s’affrontent. Le droit du sol et le droit des personnes. Les USA optent pour le droit des personnes, l’Union européenne celui du sol. En d’autres termes, pour les USA, où que vous soyez sur terre, votre nationalité vous oblige allégeance aux USA - tandis que pour l’Union européenne votre lieu physique prime sur votre nationalité. Donc en Belgique deux visions mondiales sont réunies. Malheureusement ou heureusement pour les études marketing, ce royaume est en de nombreux points à l’avant-garde des bonnes et mauvaises choses à venir… D’où l’importance de trouver l’équilibre entre ces deux visions.

Rassurez-vous, la Belgique est loin de se désolidariser. Non pas par patriotisme, le milieu politique n’en a plus, mais par simple et pur intérêt économique. Cela coûte trop cher et l’indépendance n'assure pas tant avantages par rapport aux coûts aussi bien économiques que politiques internationales. Puis il y a Bruxelles, la dette nationale et la sécurité sociale…

Paradoxalement, l’émergence néerlandophone à la base a été subventionnée par les francophones pour différencier les spécificités belges par rapport aux françaises. Donc l’idée que les Belges se rattachent aux Pays-Bas pour le nord et à la France pour le sud, reste du domaine du rêve. La Belgique a mis dehors ses voisins de haute lutte, ce n’est pas pour retomber dans leurs bras une deuxième fois.

Le politique est tout de même responsable de ses engagements. En conséquence, la présidence tournante sera bien assurée. Également, le pays n’est pas à l’arrêt. Tous les niveaux de pouvoirs fonctionnent. Juste la manière de se mettre ensemble, qui coince.

Mais l’avantage est qu'une réunion des élections des exécutifs nationaux, régionaux et européens sera possible pour les prochaines élections. Cela simplifie la vie des électeurs mais aussi coupe les campagnes électorales continues.

Il y a aussi par une manière rapide de mettre à la poubelle les sujets qui fâchent pour recommencer sur une meilleure base. Ainsi le dossier imposé par le nord du pays, est mort de sa belle mort.

Sachez que de chaque crise en Belgique sort quelque chose de bien. Donc soyons patients, le chrysanthème de l’eau sale fleurira. De plus, le peuple, lui, est à cent milles lieux des avatars politico-politiciens.

Heureusement tous demandent que la raison l’emporte pour s’atteler enfin au vrai problème du pays.

Grâce à cette crise il a été amusant de voir comment les voisins connaissent le royaume… en ce domaine les premières chaînes nationales néerlandaises et françaises se sont une nouvelle fois montrées créatives. Comme d’habitude, diront certains quand il s’agit d’histoires belges. En conséquence, certains Belges proposent de créer la Corse continentale et la France insulaire. Comme cela, les Parisiens seront sous le soleil de Bastia, cela réchauffera leur tempérament - et les Corses seront refroidis aux rigueurs de Lutèce…

belgique.mp3 belgique.mp3  (1.81 Mo)


Amaury van Hoorebeke Lundi 3 Mai 2010 à 20:51


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo Pinterest