Vous vous souvenez très certainement des agriculteurs qui ont déversé leur productions de lait dans les champs... La Commission a été chargée d'un rapport sur la chaîne alimentaire.


Image (c) RTBF, publiée avec autorisation
Image (c) RTBF, publiée avec autorisation
La Belgique a lancé le mouvement en fin de l'année, ils ont reçu 14 euro-cent en plus pour la production, augmentation qui a été répercutée au consommateur. Également le gel et le problème au sud de l'Italie compromettent grandement la production des agrumes. Ce qui présage une augmentation très importante des oranges et jus d'orange l'été prochain. Les spéculateurs se mettent en place pour ne pas arranger les choses. Paradoxalement, la production des betteraves sucrières belges a été excellente. Mais la Commission interdit l'exportation des surplus de production. Alors que l'Inde et la Chine sont en manque important de sucre et que les prix mondiaux sont aux plus hauts.
Le résultat de ce moratoire: le surplus des betteraves sera conservé pour être mise sur le marché l'an prochain.

La session du Conseil a débuté le lundi 18 janvier, sous la présidence de Mme Elena Espinosa, ministre espagnole de l'agriculture.

Les manifestations publiques seront retransmises par vidéo:
http://video.consilium.europa.eu/

agripeche.mp3 agripeche.mp3  (4.98 Mo)

Amaury van Hoorebeke Samedi 16 Janvier 2010 à 16:21


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo

L'Union Européenne pour vous

Herman Van ROMPUY, président du Conseil européen, a visité Berlin pour assister à une réunion avec Mme Angela Merkel, chancelier de l'Allemagne.


Photo (c) Luc Van Braekel
Photo (c) Luc Van Braekel
Il y a deux défis importants nous faisant face:

Le premier objectif de cette réunion sera d'examiner comment nous pouvons fixer un plein et durable rétablissement dans l'Union après la crise. La question est comment nous pouvons mettre en place les changements structurels que nous avions embarqués sous la stratégie de Lisbonne et qui sont nécessaires pour soutenir la future croissance économique.

La deuxième question importante que nous discuterons en février combat le changement climatique. Ce n'est pas un champ politique comme tout autre. C'est une issue qui est suivie de près du public et qui est un test pour l'efficacité et la fidélité des décideurs politiques.

Une chose est devenue claire à Copenhague : ce processus est probablement plus compliqué et complexe que nous pensions. Par conséquent, je pense que nous devons prendre du temps suffisant au cours des mois à venir pour réfléchir sur les leçons à tirer de Copenhague et surtout sur des questions stratégiques. Comment pouvons-nous renforcer notre influence au niveau international ? Comment pouvons-nous augmenter notre force persuasive ? Comment pouvons-nous mettre le processus en avant ?

L'Union se cherche et doit s'imposer sur la scène internationale, le traité de Lisbonne est là pour ça. La coordination est importante, le dernier exemple est la gestion des secours en Haïti: chaque pays arrive mais sur place c'est le chaos. Donc l'idée d'avoir une force d'intervention rapide humanitaire non plus au niveau national mais de l'Union européenne confortera les spécialités des pays pour éviter les doublons et le manque de coordination.
Chacun a sa place mais l'Union fait la force.

Source: Conseil de l'Union européenne.


initiatives_van_rompuy.mp3 Initiatives_Van_Rompuy.mp3  (2.93 Mo)

Amaury van Hoorebeke Samedi 16 Janvier 2010 à 15:31


Facebook Google + Twitter LinkedIn Del.icio.us Digg Google Tape-moi Blinklist Furl Reddit Newsvine Y! Blogmarks Technorati Meneame Viadeo