Menu

Le blog podcast de Mathilde Dujardin

Tous ceux qui ont vécu quelques temps à Saïgon l'ont déjà expérimenté : le Xe-Om (littéralement "enlacer moto"), ou moto taxi est une expérience inévitable. Retour de nuit blanche ou simple déplacement en attendant de maîtriser sa propre moto, nous avons tous testé au moins une fois le Xe-Om. Pour ma part, je pense avoir au moins une centaine d'expériences, certaines très bonnes et d'autres très mauvaises. Pneus qui éclatent, arnaques, agressions, accidents, perte de temps, les dangers de l’utilisation du Xe-Om sont nombreux mais ces avantages aussi, coût avantageux, rapidité, sens de l'orientation impressionnant des conducteurs et parfois de belles rencontres peuvent se faire.

Bien que cette pratique soit très commune au Vietnam, on ne sait que très peu de choses sur son histoire. Les Xe-Om sont apparus pendant la guerre du Vietnam. A l'époque, les américains avaient besoin de chauffeur pour pouvoir aller dans des bars le soir et pénétrer des petites ruelles à la recherche de drogues ou de femmes. Les seuls moyens de locomotion était alors le bus, le taxi et le cyclo (vélo taxi). Très peu développée dans les années 60, la pratique s'est répandue au début des années 70 avec l’apparition de moto sjaponaises moins consommatrices en carburant. De plus, le Vietnam connaissait au même moment une grave crise et un grand nombre de travailleurs possédant des motos sont devenus Xe-Om pour compléter leur salaire. Depuis, on trouve des Xe-Om à chaque angle de rue faisant la sieste sur leur moto et certaines applications comme Grab a Cab se sont adaptées à cette spécificité en lançant Grab a Bike.

Rencontre entre le jambon-beurre et les saveurs vietnamiennes, le Banh Mi est un des plats les plus populaires du Vietnam.


Anatomie d'un Banh mi
Anatomie d'un Banh mi
En Vietnamien, Bánh mì signifie "pain de blé", transcription de "pain de mie". Ce mot désigne aussi un sandwich très populaire au Vietnam, bien qu'il soit aussi présent localement au Cambodge et au Laos. Son origine remonte à la colonisation française. Le Banh Mi était alors un jambon beurre classique. Après l’indépendance du pays, la recette évolue, le sandwich s'orientalise en intégrant des ingrédients classiques de la cuisine vietnamienne : sauce soja, coriandre, viande préparée de manière locale, mais aussi vache qui rit, pâté et parfois porc laqué, preuve de l'influence extérieure. Il peut être végétarien comme le Banh Mi op la (au plat) avec un œuf pour le matin. Il se vend dans toutes les rues des grandes villes à un prix abordable, autour de 10000 VND (soit environ de 40 centimes d'euros). Ce Sandwich a progressivement conquis le reste du monde. On le trouve maintenant à Paris, Melbourne, New-York...

1 2 3

Profil
Mathilde Dujardin
Mathilde Dujardin
Après des études de droit et d'histoire, j'ai effectué un volontariat d'un an dans une association parisienne puis je suis partie une année en Asie. Arrivée à Hô-Chi-Minh-Ville il y a un an, je me suis passionnée pour cette fourmilière vietnamienne. J'ai eu l'occasion de découvrir la plupart des pays d'Asie du Sud-Est tout en travaillant à Saigon. Aujourd'hui en formation journalisme à distance à l'ESJ Paris, je poursuis ma découverte de l'Asie tout en travaillant pour un magazine à Hô-Chi-Minh.

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Flickr
YouTube
Rss


Galerie


Flux RSS
Podcast Journal, journal international diffusé en podcast sur mobiles, tablettes, applis et web