Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour



Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Recherche sur ce site avec Google
 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Le métier d’enseignant, des difficultés au quotidien


Enseignant du premier degré, le professeur des écoles travaille auprès d’élèves âgés de 3 à 11 ans, scolarisés depuis la petite section de maternelle jusqu’à la fin du cursus de l’école élémentaire.


Illustration. Photo (c) Christina Morillo
Illustration. Photo (c) Christina Morillo
enseignant.mp3 Enseignant.mp3  (1.12 Mo)

Il aura pour mission de leur apprendre à lire, à écrire, à compter entre autres, ainsi qu’à engager ses élèves dans la construction de leur parcours éducatif et scolaire.

En étant à leur écoute, en développant leurs connaissances et leurs compétences, avec le soutien et la participation de l’ensemble des membres de l’équipe pédagogique, de tous les acteurs engagés dans la réussite des élèves ainsi qu’avec l’aide de leurs familles, c’est un travail collaboratif. Plutôt considérée comme étant passionnante et exigeante, cette fonction offre la possibilité de se renouveler chaque jour et d’être acteur d’un système éducatif en évolution.

"En incarnant les valeurs de l'École Républicaine, l'enseignant endosse une autre responsabilité: celle de passeur de ses principes fondateurs, en particulier la laïcité et l'égalité. À travers son enseignement, il permet aux élèves de faire l'apprentissage du vivre ensemble pour devenir des citoyens capables de s'intégrer dans une société démocratique et de respecter les valeurs de la République", d’après le site du ministère de l’Éducation nationale.

Chaque année, de nombreux candidats se lancent dans l’aventure en ayant comme motivation première "la vocation". Viennent ensuite, le fait qu’ils apprécient le contact avec les enfants, qu’ils ont envie de transmettre leurs connaissances et de susciter l’intérêt des interlocuteurs, de développer leur curiosité intellectuelle ainsi que leur esprit d’initiative. Plein d’idéaux en tête, 11.600 candidats se présentaient au concours 2018. Alors, comment expliquer cette pénurie et ce malaise dont souffre l’Éducation nationale?

Yvan, enseignant dans une école élémentaire publique localisée dans un des quartiers nord de Paris, a identifié deux gros problèmes. D’après lui, la disparité entre les élèves au sein des classes est trop importante. Il lui est très difficile d’appliquer des programmes qu’ils ne sont pas en mesure de tous bien assimiler. Les niveaux intellectuels, les profils, les catégories socio-professionnelles, le groupe dont il s'occupe est trop hétérogène. Certains d’entre eux vivent dans de telles conditions de précarité qu’il leur est impossible de comprendre ne serait-ce que l’intérêt d’aller à l’école.

Le second est justement lié au premier: l’école manque de moyens financiers, la conséquence directe pénalise encore les enfants qui en ont le plus besoin. Il donne l’exemple de la psychologue scolaire qui n’a pas été remplacée après être partie en congé maternité, les membres du "RASED" (réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficultés) ou encore du dispositif "R’école" (dispositif d’urgence dédié aux écoles déstabilisées par des élèves présentant des troubles de la conduite et du comportement) qui ont à leur charge tellement d’établissements qu’ils ne sont pas en capacité de se rendre disponibles durant plusieurs mois d’affilés, sans parler de leur incapacité à trouver des solutions, leur imposant de réintégrer les écoliers, avec leurs difficultés initiales, au sein des classes.



30/08/2018




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4







Retrouvez le Podcast Journal :