Podcast Journal, l'information internationale diffusée en podcast
Podcast Journal
 
Facebook
Twitter
 

Patinage : Sarah Abitbol rompt un long silence


Par Rédigé le 14/05/2020 (dernière modification le 02/05/2020)

Aujourd'hui, nous interviewons la championne de patinage en couple Sarah Abitbol. Trois mois après la sortie de son livre aux révélations choc qui a fait trembler le patinage français ''Un si long silence'', Sarah nous livre les changements dans sa vie depuis, mais aussi dans celui du monde du sport, ses avis et espoirs quand à l'évolution du patinage.


Sarah Abitbol sur glace. (c) Sarah Abitbol.
Sarah Abitbol sur glace. (c) Sarah Abitbol.
sarah_abitbol.mp3 sarah abitbol.mp3  (2.18 Mo)

Qu’est-ce qui a changé depuis la sortie de votre livre "Un si long silence" ? Comment vous sentez-vous ? Avoir écrit mon livre est un poids en moins sur mes épaules et cela m’a fait du bien de me libérer de tout ce que j’avais sur le cœur. Votre livre est désormais un symbole du renouveau dans le monde sportif et touche plus particulièrement la Fédération Française des Sports de Glace. Vous attendiez-vous à un tel succès et pensez-vous que, grâce à votre livre, les athlètes n’auront à présent plus peur de s’exprimer ? Je ne m’attendais pas à une telle déflagration. Maintenant, je sais que beaucoup de fédérations appellent le ministère afin de me remercier pour ma prise de parole. Les athlètes commencent à parler, à se libérer et surtout, ils n’ont plus honte de dénoncer les abus. A la suite de ce que vous avez vécu et maintenant que vous avez raconté votre histoire, qu’avez-vous appris sur vous-même en tant qu’athlète mais aussi en tant que femme ? En tant que femme, je suis devenue plus confiante et je suis redevenue moi-même. En tant qu’athlète, j’ai apporté mon aide aux autres sportifs(ves) pour qu’ils/elles se libèrent également de leurs traumatismes d’ordre psychologique et physique, souvent liés à des abus sexuels. C’est une première victoire ! Selon vous, qu’est-ce que nous devrions mettre en place, en France, pour que le monde du sport se développe, gagne en notoriété et s’améliore de manière positive ? Aux États Unis, par exemple, les leçons et les cours de sport qui y sont dispensés sont privés. A contrario, en France, nous sommes payés les clubs et nous avons plusieurs élèves dans un même cours. Cela va peut-être changer ? Que pensez-vous de l’évolution du patinage sur les plans technique, physique et psychique ? Ici, je fais référence notamment aux Juniors qui font des quads de plus en plus jeunes ainsi qu’aux patineurs juniors en couple qui atteignent très vite un niveau senior. De nos jours, je pense qu’il y a trop de technique et que malheureusement, le côté artistique du patinage se perd. Par ailleurs, il devrait y avoir un règlement pour que les juniors ne passent pas seniors trop tôt. Enfin, quels ont été pour vous, en tant que patineuse en couple, les plus grands challenges de votre carrière et vos plus beaux moments ? Lors que j’ai remporté ma première médaille au championnat d’Europe à Sofia en 1966, cela a vraiment été un moment historique car il n’y avait pas eu de médaille pour la France depuis 1932. Un autre grand moment a été de gagner notre médaille mondiale, en France, devant notre public français, en 2000. Enfin, mon plus grand défi a été de devenir en moins de 6 mois, championne de France et vice-championne d’Europe en 2003, après une douloureuse rupture du tendon d’Achille.

Un lourd secret.

Sarah Abitbol et Stephan Bernadis. (c) Sarah Abitbol.
Sarah Abitbol et Stephan Bernadis. (c) Sarah Abitbol.
Médaillée de Bronze aux championnats du monde 2000, avec le patineur artistique Stéphane Bernadis, Sarah Abitol détient un sacré palmarès sportif : 10 titres de championne de France en couple entre 1994 et 2003 ainsi une place de vice-championne d’Europe. Mais sous cette vie de championne et d’athlète accomplie, elle cachait un lourd et terrible secret… Dans son livre "Un si long silence" publié le 30 Janvier dernier, elle y dénonce les actes affreux d’un homme, son entraîneur de l’époque, un certain Monsieur O. "Il a commencé à faire des choses horribles, jusqu'aux abus sexuels. J'ai été violée à 15 ans. C'était la première fois qu'un homme me touchait", confie-t-elle. En effet, tout a commencé un soir au début des années 1990, lors d’un stage épuisant à La Roche-sur-Yon. Le prédateur, alors âgé d'une trentaine d'années, passa à l'acte et cela n’a malheureusement pas été la dernière fois. Ce fut le début d’un long calvaire et d’un véritable traumatisme pour la championne. Au début des années 2000, sur la base d’un signalement de parents, Gilles Beyer a fait l’objet d’une enquête judiciaire mais cette dernière n’a pas abouti. Par la suite, c’est une enquête administrative qui conduisit le ministère à mettre fin à ses fonctions de conseiller technique sportif le 31 mars 2001, selon l’AFP. Mais, malgré cette mise à l’écart, G. Beyer poursuit sa carrière au sein des "Français Volants de Paris", un célèbre club de hockey sur glace. En parallèle, il effectue plusieurs mandats au bureau exécutif de la Fédération française des sports de glace (FFSG) jusqu’en 2018. Quelques jours après la sortie du livre de Sarah Abitol, ce dernier a concédé avoir eu "des relations intimes" et "inappropriées" avec elle. Il se dit "sincèrement désolé" et lui présente ses excuses. Dans une déclaration écrite, il évoque même des souvenirs différents : "Je reconnais avoir eu des relations intimes avec elle. Si mes souvenirs sur leurs circonstances exactes diffèrent des siens, j’ai conscience de ce que, compte tenu de mes fonctions et de son âge à l’époque, ces relations étaient en tout état de cause inappropriées". Sarah Abitol répondra directement à cette déclaration en ces termes : "Ce ne sont pas des relations inappropriées, mais des viols ! Le terme est inapproprié et beaucoup trop léger. Il me présente ses excuses ? Mais je ne l'excuse de rien !". Depuis ce témoignage, de nombreux athlètes ont commencé à s’exprimer dans le monde du patinage et les langues se sont déliées. Il s’agit ici d’une véritable révolution dans cette communauté mais aussi dans le monde du sport en France. Ce livre est le reflet du mouvement "Me Too" et il est exactement ce dont les femmes, en particulier, avait besoin. Par ailleurs, une enquête judicaire a été ouverte et des mesures ont été prises. Par exemple, Roxana Maracineanu a mesuré l’ampleur des manquements du système et a demandé au président de la Fédération française des Sports de Glace, Didier Gailhaguet, de démissionner car ce dernier est soupçonné d’avoir couvert G. Beyer, à l’époque des faits. De plus, le 26 février dernier, le sénateur Michel Savin a déposé une proposition de loi qui vise à renforcer la protection des mineurs dans la sphère sportive. Cette proposition se veut être un "signal fort" pour les victimes et pour le monde du sport. In fine, il est à noter qu’avant cette affaire, le Sénat avait déjà fait des propositions pour empêcher les violences sexuelles sur les mineurs, notamment en contrôlant les antécédents judiciaires des bénévoles qui entrent en contact avec les mineurs.









ÉDITORIAL | POLITIQUE ET SOCIÉTÉ | ÉCONOMIE | NATURE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE | ART ET CULTURE | SCIENCE ET HIGH-TECH | SANTÉ ET MÉDECINE | GASTRONOMIE | VIE QUOTIDIENNE | CÉLÉBRITÉS, MODE ET LIFESTYLE | SPORT | AUTO, MOTO, BATEAU, AVION | INSOLITE ET FAITS DIVERS | VOYAGES ET TOURISME | HUMOUR | JEUNES





Les derniers articles




Recherche

L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          



Facebook