Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Max Dominique Ayissi
26/04/2009

48e session de la Commission Afrique de l’Organisation Mondiale du Tourisme

Sindiswa Nhlumayo, Directeur Général-adjoint du Tourisme, au ministère sud-africain de l’Environnement et du Tourisme


"L’Afrique est un très beau continent, avec une grande diversité de produits touristiques. Il serait intéressant de travailler sur les spécificités de chaque pays, pour créer un label commun et attirer plus de monde sur le continent. Pas seulement dans certains pays, mais pour des groupes régionaux ou sous-régionaux."
Le Cameroun vient d’abriter la 48e session de la Commission Afrique de l’Organisation Mondiale du Tourisme (CAF-OMT). Entre le 15 et le 18 avril 2009, plus de 200 participants ont penché sur le devenir du tourisme, face à la récession économique mondiale. Au cours de ces assises, le secrétaire général par intérim de L’OMT, le Jordanien Taleb Rifai, a présenté la feuille de route de relance, qui est la réponse de l’OMT à la crise actuelle. Mais les travaux de Yaoundé ont surtout permis aux pays du continent d’envisager l’optimisation de la destination Afrique, dans la perspective de la coupe du monde de 2010. Un séminaire a été organisé, sous le thème : « Comment les destinations africaines peuvent-elles tirer le maximum de profit de 2010 ? » Il a permis de mettre en exergue la nécessité de faire de cette coupe du monde un véritable évènement continental.
Ce qui ne semble pas tout à fait le cas au stade actuel de choses, puisque seuls les pays, limitrophes de la République Sud-africaine, peuvent espérer tirer une véritable plus-value de cette campagne sportive. Ce n’est pas tout à fait l’avis de Sindiswa Nhlumayo. Le Directeur Général-adjoint du Tourisme, au ministère sud-africain de l’Environnement et du Tourisme, pense que le meilleur est au delà de la Coupe du monde Fifa 2010, pour ceux des pays qui sauront en tirer profit. Elle nous livre ici son sentiment, à la fois sur les assises de Yaoundé, ces quatre jours passer en terre camerounaise et la manière dont son pays se prépare à entrer une fois de plus dans l’éternité, en accueillant le monde entier, pour cette grand’messe du football mondial.


Interview

photo : Max Dominique AYISSI
photo : Max Dominique AYISSI
Comment jugez-vous les assises de Yaoundé ?

Tout s’est très bien passé. Pour nous, Africains, c’est une plateforme pour donner notre point de vue sur le développement du tourisme et comment nous pouvons profiter de la coupe du monde 2010, pour améliorer l’offre continentale, en termes de tourisme. Et nous sommes arrivés à la conclusion que ce n’est qu’en travaillant ensemble, comme un seul homme, que nous pouvons mettre sur pied un véritable label africain, dans le domaine du tourisme.

Pourquoi faut-il nécessairement travailler ensemble, alors que certains pays, comme le votre, s’en sortent très bien tous seuls ?

Voue savez, l’Afrique est un très beau continent, avec une grande diversité de produits touristiques. Il serait intéressant de travailler sur les spécificités de chaque pays, pour créer un label commun et attirer plus de monde sur le continent. Pas seulement dans certains pays, mais pour des groupes régionaux ou sous-régionaux. La coupe du monde est certainement un grand évènement, mais elle doit surtout permettre aux africains de travailler ensemble et d’envisager l’avenir avec optimisme. En même temps qu’on y pense, il ne faut pas focaliser dessus. Il faut la prendre comme un catalyseur de développement, puisque les gens vont arriver en masse, s’ils sont bien reçus, ils seront fidélisés et auront trouvé leur nouvelle destination. Même pour les pays qui ne sont pas proche de la RSA. Certains touristes voudront peut-être ne pas venir en Afrique du Sud parce que ce sera saturé, il faut que les autres pays se préparent à les accueillir et à bien les accueillir. C’est pour cela qu’il est important de se présenter en tant que destination continentale, plutôt que nationale.

Comment le tourisme sud-africain se prépare-t-il à accueillir les épris du football et autres touristes, qui viendront pour la coupe du monde ?

Nous ne négligeons aucun aspect, notamment l’accueil. Nous préparons les populations sud-africaines à être le plus accueillantes possible ; nous investissons dans les infrastructures, pour ne pas s’entendre dire qu’elles ne sont pas à la dimension de l’évènement ni parmi les meilleurs au monde. Nous nous assurons que l’environnement est sein et que les visiteurs vont s’y plaire. Nous facilitons les conditions d’immigration pour être sure que ceux qui désirent venir, pour cet évènement, pourront le faire aisément mais aussi circuler à leur aise. Nous travaillons surtout à facilité l’information pour être sure que les gens sachent exactement ce qu’ils pourront, comme ils voudront le faire, entre deux matchs de football.

Avez-vous pu visiter la ville de Yaoundé ?


Bien sûre ! C’est une très belle ville. J’ai beaucoup apprécié l’architecture qui est différente de ce que nous avons en Afrique du sud. J’ai aussi beaucoup aimé la façon dont les hôtels sont positionnés. Nous avons été au Mont-Fébé, avec une très belle vue sur la cité, c’est vraiment très jolie. J’ai adoré la cuisine, l’hospitalité et l’accueil. Tout cela est superbe. C’est un pays où j’aimerais revenir, mais cette fois en vacances, pour pouvoir réellement profiter de cette hospitalité, pas seulement rester dans une salle de conférences mais aussi visiter tous ces sites attractifs et rencontrer plus de monde. Je ne peux pas oublier la vie dans la nuit, que je n’ai pas toujours la possibilité de connaître, c’était très bien.


Par Max Dominique Ayissi (dernière modification le 27/04/2009)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

AVE pour le Canada - 05/03/2016

1 2 3 4 5 » ... 18




Dans nos blogs :

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...



Le Podcast Journal sur :