Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
08/03/2015

8 mars… l’espérance d’un monde meilleur


Comme chaque année, le 8 mars célèbre la journée internationale des droits des femmes. Bien que cette célébration l’érige sur un piédestal, et met en exergue les grandes réussites féminines, force est de constater qu’elles ne sont pas toujours toutes logées à la même enseigne. Les mutilations, l’esclavage sexuel et le viol endémique dans certains pays sont ses grandes luttes. Focus sur le pire ennemie de la femme: le viol.


Une chose, au service du plaisir

Protestation en Inde contre les viols. Photo (c) Kiran Jonnalagadda
Protestation en Inde contre les viols. Photo (c) Kiran Jonnalagadda

8_mars_journee_femmes_1.mp3 8 mars Journée femmes.mp3  (247.75 Ko)


Le monde entier se souvient encore de l’affaire Jyoti Singh Pandey, une jeune étudiante en kinésithérapie violée dans un autobus par six hommes en Inde. La mobilisation massive des femmes et des réseaux sociaux a mis en branle tout l’Inde et levé un voile sur une des plaies de la société... Jyoti Singh mourra dans la plus triste solitude à 23 ans des sévices de son agression.

La raison évoquée par l’un des auteurs de cette barbarie était qu’une femme de bonne famille ne doit pas être dehors à une heure tardive. A cette réponse surréaliste, j’ajoute la critique qui stipule que les femmes violées sont les instigatrices de leurs méfaits d’une part du faite de leurs tenues vestimentaires ajoutées à leur personnalité…Les statistiques sont effrayantes, plus de 200.000 femmes sont violées par an en France et 51% des crimes condamnés relèvent d’un cas de viol. Dans 8 viols sur 10, les victimes connaissent leur agresseur. Il apparaît sous les traits d’un oncle, du voisin, et de façon pernicieuse sous celui d’un père ou d’un amoureux. Bref sous les apparences de "monsieur tout le monde". "India’s daughter", le documentaire de Leslee Udwin dépeint avec justesse cet état de fait. La tenue vestimentaire n’est donc aucunement l’élément déclencheur de cette pulsion destructrice. Le viol n’est ni une fatalité ni un acte amoureux mais une irresponsabilité coiffé d’un acte sexiste. La femme apparaît à toute évidence dans ce macabre jeu comme un objet, une petite chose vouée à assouvir des pulsions sexuelles dénuées de tous sentiments ni amoureux ni humains.
Le caractère pervers de cette bestialité a créé chez la plupart des victimes un sentiment de culpabilité. Elles s’érigent comme les coupables, responsables de leur viol. Entre l’autodestruction et la marginalisation causée par la honte, plus de la moitié des viols ne sont pas dénoncés et par ricochet condamnés…


Un geste d’amitié et d’amour

Outres les sanctions pénales justes et sévères pour réprimander et dissuader toutes tentatives de viol, l’accompagnement psychologique des victimes doit faire parti d’un programme étatique. Sortir de la logique compassionnelle comme le stipule Marie-France Casalis, la cofondatrice du Collectif féministe contre le viol (CFCV) pour un cheminement qui vise à aider les victimes à se reconstruire. Hélas il n’existe presque pas de structures en France. Tous tabous étant cause de bâillonnement, les institutions policières, judiciaires et familiales doivent soutenir les associations pour apporter une assistance aux victimes.

Extérioriser et s’exorciser, pour dénoncer leur agresseur et arpenter la douloureuse et lente démarche expiatoire vers la guérison.
Il est de toute évidence, que la reconstruction post-viol est longue et parfois certaines victimes malheureusement n’y n’arrivent pas.
Comment réapprendre à aimer leur corps. Ce corps qui est la cause de leur malheur. L’amitié et l’amour sont à n’en point douter la thérapie certes la moins onéreuse mais la plus fiable pour amorcer une guérison totale voire définitive. Les regarder non pas avec des yeux de compassion, mais les regarder en tant que FEMMES. L’amour est plus fort que l’exclusion car le temps ne révèle que ce qui est authentique.


Par (dernière modification le 07/03/2015)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :