Connectez-vous S'inscrire
Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Publicité

Mardi 29 Juillet 2014
0:30
 


Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur l'écran avec fond noir ou blanc (icône imprimante ci-dessous)

ACTUS DE HONGRIE

19/03/2011
Lu par 2446 visiteurs web

Un événement
En finir avec la pollution
Toujours plus de facilités
Mélusine à Montpellier
Où l'on reparle de Zsa Zsa
La Hongrie à Pékin


Un événement

Portrait de Ferenc Molnár, réalisé par Carl Van Vechten le 16 février 1941
Portrait de Ferenc Molnár, réalisé par Carl Van Vechten le 16 février 1941
C'est ainsi que certaines gazettes considèrent la parution ces jours derniers d'un DVD qui reprend Liliom de Frank Borzage, chez l'éditeur Carlotta qui a déjà réédité quatre chefs-d'œuvres muets du réalisateur américain. Liliom qui date de 1930, est un de ses premiers films parlants. Il s'inspire de la pièce éponyme de Ferenc Molnár, créée sans succès le 7 décembre 1909 au Vígszínház de Budapest. Elle est donnée en 1912 au Lessingtheater de Berlin mais n'entra au répertoire de nombreux théâtres du monde qu'à partir du 28 février 1913, avec l'adaptation allemande qu'en fit Alfred Polgar pour le Theater in der Josefstadt de Vienne, sous le nom de "Légende des faubourgs en sept tableaux et un prologue". Actuellement, elle est encore fréquemment à l'affiche, surtout en Europe centrale. L'histoire de Liliom, ce bonimenteur de fête foraine à Budapest qui séduit Julie, jeune domestique, puis se prend à rêver d'un départ pour l'Amérique qu'il réglera en participant à un mauvais coup se terminant par sa mort, avait de quoi séduire. Le sujet intéressa de nombreux cinéastes. A commencer par Mihály Kertész qui ne s'appelait pas encore Michael Curtiz, auteur en 1919 d'un film resté inachevé. Même si l'œuvre de Borzage est très intéressante on ne peut s'empêcher de placer au-dessus le film Liliom que Fritz Lang réalisa sur le même sujet, en France, en 1934 avec notamment Charles Boyer.

En finir avec la pollution


Il paraît qu'avec l'état actuel de la pollution atmosphérique, une personne de plus de 30 ans perd 22 mois d’espérance de vie en moyenne. Le professeur d’épidémiologie Tim Nawrot a démontré que l’exposition à la pollution de l’air est devenue le plus grand facteur à risque de crises cardiaques, devançant ainsi la caféine ou la cocaïne. Ce rapport scientifique a fait l'objet d'une publication dans la très sérieuse revue médicale anglaise The Lancet. Si la pollution atmosphérique se réduit dans les villes, l’espérance de vie sera allongée. Les résultats du programme européen Aphekom redonnent un nouvel élan à ceux qui militent en faveur de la qualité de l’air. Les calculs montrent qu'avec un petit effort les habitants de Bucarest gagneraient 22 mois d’espérance de vie, Budapest,19 mois et Marseille 7,5 mois. C'est un enjeu de santé publique donc, mais aussi économique. Avec les difficultés actuelles, les pays européens devraient se limiter au seuil de particule fine, 10 microgrammes/m3, fixé par l’OMS, Organisation mondiale de la santé. Ce qui entraînerait une baisse du trafic routier et pourrait engendrer une économie annuelle d de 31,5 milliards d’euros en soins. La Chine, championne du monde en ce qui concerne le nombre d’émissions de CO2, a décidé de réduire de 17% ses émissions de gaz à effet de serre.



Toujours plus de facilités

Jusqu'à maintenant, si après avoir débarqué à l'aéroport de Budapest, on souhaitait se rendre à Debrecen, Miskolc, Pécs ou Szeged, il fallait d'abord se faire conduire à la gare, ferroviaire ou routière, et attendre le prochain train ou l'autobus. Il n'en sera plus de même dès le mois d'avril prochain puisque Malév organisera des navettes en autobus à raison de trois allers-retours quotidiens entre le Terminal 2 de l’aéroport Ferihegy et les villes concernées. La gestion sera effectuée par AirShuttle Minibus, déjà partenaire de Malév pour les transferts entre l’aéroport et la capitale. Wifi et des rafraichissements seront disponibles dans les véhicules mais Malév insiste surtout sur les facilités offertes à ses passagers à l’aéroport. Ils pourront en effet s’enregistrer à bord des autobus avant l’arrivée à Budapest, et bénéficieront en outre d’un passage spécial pour la sécurité avant de rejoindre le nouveau terminal SkyCourt. Les billets de ces navettes pourront être achetés par Internet, directement sur le site de Malév, les passagers de Brussels Airlines, Swiss ou Lufthansa, ou des compagnies à bas coût easyJet, airBaltic, Germanwings, Nowegian Air Shuttle ou Wizz Air, pourront aussi en profiter. Malév qui est membre de l’alliance Oneworld, augmente le nombre de ses vols entre Paris–Charles de Gaulle et Budapest, cinq vols quotidiens, trois le samedi et quatre le dimanche, six vols hebdomadaires viendront s'y ajouter dès le 28 mars. La compagnie a également signé des accords de codes partagés avec les SkyTeam Air France, Alitalia, Delta Air Lines, CSA Czech Airlines et Tarom.

La compagnie GySEV, Győr-Sopron-Ebenfurti Vasút Zrt, Société ferroviaire Gyor-Sopron-Ebenfurt, appelée aussi en Autriche ROEE, Raab, Odenburg, Ebenfurt Eisenbahn AG, dont les trains desservent les lignes de Budapest à Gyor et de Sopron à Gyor, propose un service de WiFi au cours des trajets entre ces différentes villes. La connexion gratuite est assurée par Telenor. Si elle a du succès, l'opérateur étendra ses prestations à d'autres lignes. GySEV qui a été fondée en 1872 par le baron Victor Erlanger a 1800 employés dont 10% d'Autrichiens. Elle appartient pour 61% à la Hongrie, pour 33% à l'Autriche et pour 6% à de petits actionnaires.

Mélusine à Montpellier

Mangabey couronné ou mangabey enfumé, Cercocebus torquatus, Cercocebus torquatus, 2005 (c) BS Thurner Hof
Mangabey couronné ou mangabey enfumé, Cercocebus torquatus, Cercocebus torquatus, 2005 (c) BS Thurner Hof
Au début du mois de mars, Mélusine arrivait au zoo de Lunaret situé au nord de Montpellier dans le département français de l'Hérault. Cette femelle mangabey à ventre doré, Cercocebus agilis a immédiatement été l'objet des attentions de toute l'équipe de soigneurs qui cependant, ne lui donnait que peu de temps à vivre. Un d'entre eux précise "Quand elle a débarqué en provenance du zoo de Budapest, elle n'était franchement pas en bon état. Elle présentait des problèmes physiologiques flagrants. Après une série de tests, nous nous sommes rendu compte qu'elle était diabétique". La question s'est posée, fallait-il l'euthanasier pour abréger ses souffrances ? Il a été décidé de lui appliquer le traitement adapté au diabète des primates. On tenait à sauver ce singe mangabey inscrit dans le plan d'élevage de préservation de l'espèce, surtout parce que Mélusine présente un intérêt génétique certain. C'est un véritable défi, la guérir et ensuite l'amener à se reproduire, le mangabey à ventre doré est assez rare en captivité, seuls une dizaine de zoos dans le monde abritent une population de 48 exemplaires.

Où l'on reparle de Zsa Zsa

Selon son porte-parole John Blanchette, l'actrice Zsa Zsa Gabor qui avait été amputée ces derniers mois de presque toute sa jambe droite, a été de nouveau hospitalisée à Los Angeles pour des problèmes de circulation dans la jambe gauche. Depuis quelques années, les ennuis de santé n'ont pas épargné l'ancienne star qui s'est fait remarquer par quelques titres avec de prestigieux metteurs en scène mais aussi par une vie privée assez agitée, neuf maris, des procès. Elle fut victime d'une chute qui lui brisa la hanche et nécessita la pose d'une prothèse, puis ce fut cette infection à la jambe droite dont les antibiotiques ne purent venir à bout. Elle avait même reçu les derniers sacrements, ensuite tout sembla aller mieux jusqu'à cette ultime rechute.

La Hongrie à Pékin

Shanghai Park Hotel en 2007 (c) Wing
Shanghai Park Hotel en 2007 (c) Wing
A l'occasion de la fête nationale hongroise, une cérémonie avait été organisée par l'ambassadeur de Hongrie en Chine. En présence de quelque 400 personnalités réunies au musée Lu Xun de Pékin. une couronne fut déposée au pied de la statue de Sándor Petőfi. On évalue à plus de 400 le nombre de Hongrois vivant en Chine, pour la plupart étudiants, représentants de sociétés ou diplomates. Il y a en Chine deux statues du héros de la Révolution de 1848, celle de Pékin érigée en 2003 et une autre à Shanghai. Dans cette dernière ville eut d'ailleurs lieu une cérémonie semblable à celle de Pékin.

En ce qui concerne les relations culturelles entre les deux pays, elles se portent bien et Géza Szőcs, secrétaire d'État hongrois à la Culture qui se trouvait en Chine, a révélé qu'une exposition d'une centaine d'œuvres d'artistes contemporains hongrois se tiendrait à Pékin en juin prochain. De même une exposition d'art chinois contemporain sera programmée à Budapest en 2012. Par ailleurs, des discussions sauront lieu à propos de deux coproductions sino-hongroises qui se situeront au cours de la première moitié du XXe siècle. Un de ces films aura pour thème l'architecte hongrois László Hudec, né le 8 janvier 1893 à Besztercebánya, actuellement Banská Bystrica en Slovaquie, et mort à Berkeley le 26 octobre 1958. Il a séjourné à Shanghai de 1918 à 1947 où il a dessiné entre autres, les plans du célèbre Park Hotel en 1934.

actushongrie_1.mp3 actus_hongrie.mp3  (933.48 Ko)



Par — Nombre de lectures web de cet article (hors podcasts, smartphones et tablettes): 2446 fois — Contenu mis à jour le 19/03/2011



Tags : actus, Hongrie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 104













Partager ce site


Publicité


Vous pouvez visualiser nos articles sur fond blanc aussi, sur www.podcastjournal.net




visiteurs différents