Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

ACTUS DE MONACO


Deux jours qui enchantèrent Monaco


(c) Islem Salmi
(c) Islem Salmi

actusdemonaco_7.mp3 actusdemonaco.mp3  (1.37 Mo)


La Principauté a retrouvé une Princesse et a manifesté sa joie. Il suffisait de voir avec quel enthousiasme on lançait des pétales de roses sur le couple princier qui sortait du palais après la cérémonie religieuse et d'entendre les applaudissements sur son passage dans la Lexus décapotable, 100% hybride. Le véhicule immatriculé 001M se rendait à la chapelle sainte-Dévote où la princesse Charlene déposa son bouquet de mariée. Bien qu'il fût tout empreint d'émotion, ce moment était certainement une détente après l'heure et demie passée dans la cour du palais transformée pour la circonstance en cathédrale avec l'autel au pied de l'escalier à double révolution. C'est S.Exc. Monseigneur Bernard Barsi, archevêque de Monaco, qui a recueilli le oui des époux devant la famille Grimaldi au complet et quelque 800 invités. La princesse arrivée au bras de son père, portait une robe en soie duchesse blanc cassé, créée par Giorgio Armani, d'une très grande sobriété même si elle comportait 40000 cristaux de Swarovski et avait demandé 2500 heures de travail. Quant au prince, il avait revêtu l'uniforme blanc des carabiniers. Mgr Barsi était entouré de S.Exc. Monseigneur André Dupuy, nonce apostolique en Principauté de Monaco, de S.Exc. Monseigneur Alberto Maria Careggio, évêque de Vintimille-San Remo, de S.Exc. Monseigneur Louis Sankalé, évêque de Nice, de S.Exc. Monseigneur René Giuliano, vicaire général et de l'ensemble du clergé de Monaco. Le chef américain Lawrence Foster dirigeait l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo et le chœur de l’Opéra de Monte-Carlo pour la Messe du Couronnement en ut majeur, KV. 317 que Mozart, composa en 1779 pour honorer une commande de l'archevêque de Salzbourg. On a pu entendre la sublime Renée Fleming, la soprano Pumela Matshikiza qui interpréta un chant traditionnel sud-africain et le ténor péruvien Juan Diego Flórez pour un extrait du Messie de Haendel. Après un mouvement de la IIIe symphonie en ut mineur, Op.78 de Camille Saint-Saëns, Andrea Bocelli interpréta l'Ave Maria de Schubert, puis le couple princier se rendit dans la chapelle palatine pour la signature des registres.

Voir nos articles précédents avec vidéos, audios, photos (s'ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Une véritable page d'histoire européenne

C'est ce que l'on a vu s'ouvrir avant 17h, début de la cérémonie religieuse, lorsque les invités sont partis en limousine pour le Palais depuis l'hôtel de Paris et que quelques instants plus tard, ils se sont avancés sur le long tapis rouge aux broderies blanches pour rejoindre leur place. Représentants des maisons régnantes, le souverain lui-même ou ses enfants. Le roi d'Espagne était absent pour raisons de santé et le prince des Asturies s'était décommandé. On a pu apercevoir aussi des membres des familles qui ne règnent plus, la portugaise, la roumaine, la prussienne, la serbe, l'italienne et la française avec le prince Henri d'Orléans, comte de Paris, et son épouse, la princesse Micaela ainsi que le prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou. Sans oublier l'imposante grande-duchesse Maria Vladimirovna, chef de la Maison impériale de Russie. Étaient aussi présents l'impératrice Farah Pahlavi, le prince Karim Aga Khan IV et le roi du Lesotho. De nombreux chefs d’État avaient été invités, les présidents allemand, hongrois et français notamment, également des sportifs, des mannequins, Bernadette Chirac, l'acteur Roger Moore, l'homme d'affaires Bernard Arnault et les couturiers Karl Lagerfeld et Giorgio Armani.
Le soir, le dîner dû à l'inspiration méditerranéenne du grand cuisinier Alain Ducasse avait lieu sur les terrasses de l'Opéra, au menu entre autres "Petit épeautre, primeurs liés d'un pistou d'herbes" et "Tendres légumes, tomates, olives et mulet daurin mariné, poutargue". Quelque 500 invités ont pu apprécier les poissons pêchés dans les eaux de la région ainsi que les fruits et légumes provenant du potager et et du verger de Rocagel, la propriété que possède la famille Grimaldi sur les hauteurs de Monaco. Les neuf vaches de ce Petit Trianon monégasque ont fourni le lait qui a servi à la confection de l'un des desserts. De grands crus sud-africains figuraient au menu. Puis, deux cents proches du couple princier se sont rendus dans la splendide salle Garnier transformée en piste de danse. A minuit un spectacle pyrotechnique grandiose, sous le signe de l'amour et orchestré par Jacques Couturier, a illuminé le ciel monégasque de 1001 roses de feu.

Fin des festivités

Ainsi se terminaient ces deux journées exceptionnelles. Vendredi 1er juillet avait eu lieu le mariage civil dans la salle du Trône du palais, où à 17 heures par l'intermédiaire de Philippe Narmino, président du Conseil d'État, Charlene Wittstock était devenue princesse de Monaco. Le couple se mêla ensuite à la foule des Monégasques conviés à de somptueux buffets. Le Maire de Monaco remit aux époux le cadeau de leurs sujets, "L'Enfant endormi" sculpture d'Emile-Antoine Bourdelle et une gouache de Vassily Kandinsky. Le concert fort attendu de Jean-Michel Jarre sur le Port Hercule termina la soirée. La veille déjà, le groupe californien  The Eagles avait préparé les esprits avec un spectacle de deux heures au Stade Louis II, devant 15000 personnes.
Dimanche 3 juillet, un brunch préparé par les chefs Garcia, Rebuchon et Ducasse, réunissait dans les jardins du Palais des invités privés du Prince. Puis, le couple princier s'envolera le 5 juillet pour l'Afrique du Sud, le lendemain S.A.S. Albert II assistera à une réunion du Comité international olympique qui traitera de l'organisation des Jeux d'hiver de 2018 pour lesquels trois villes sont en compétition, Annecy, Munich et Pyeongchang en Corée du sud.
Ceux qui voudraient profiter de leurs vacances d'été pour approfondir ou rafraîchir leurs connaissances sur l'histoire de Monaco et de ses princes, pourront lire "La saga des Grimaldi" de Jean des Cars, collection Tempus aux éditions Perrin ; "Charlène et ces drôles de dames de Monaco" de Philippe Delorme, édition de l'Express ; "Princesses de Monaco" de Michel-Yves Mourou aux Éditions du Rocher ou bien encore "Albert et Charlene, mariage princier à Monaco" d'Alain Perceval et Stéphane Loisy aux éditions Didier Carpentier.


04/07/2011




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: renard, requin, rhinocéros... Renard roux...

La ville des chiens schtroumpfés

L'histoire des petits hommes de Peyo est imaginaire, tandis que celle des animaux devenus bleus est bel et bien moche et tristement réelle!...



Le Podcast Journal sur :