Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Actus de Monaco


Le président du Montenegro à Monaco - Déplacement princier à Aubagne - Monaco à l’Atelier régional méditerranéen - Une course navale d'un nouveau genre - Art africain à la galerie Adriano Ribolzi - "Nuit Brésilienne à Monaco" en hommage à Ayrton Senna - Un film qui fait polémique - Brèves diverses - Au fil des ans


Le président du Montenegro à Monaco

Paul Masseron, Conseiller de Gouvernement pour l'Intérieur, Anthony Stent-Torriani, Consul Honoraire du Monténégro à Monaco, Jacques Boisson, Secrétaire d'Etat, représentant le Prince Souverain, S.E. M. Filip Vujanović, Président du Monténégro et son épouse, Irena Radović, Ambassadeur du Monténégro en France et à Monaco. Photo (c) Charly Gallo / CDP
Paul Masseron, Conseiller de Gouvernement pour l'Intérieur, Anthony Stent-Torriani, Consul Honoraire du Monténégro à Monaco, Jacques Boisson, Secrétaire d'Etat, représentant le Prince Souverain, S.E. M. Filip Vujanović, Président du Monténégro et son épouse, Irena Radović, Ambassadeur du Monténégro en France et à Monaco. Photo (c) Charly Gallo / CDP

actus_monaco_060514.mp3 actus-Monaco-060514.mp3  (385.64 Ko)


Ce mardi 6 mai, le président du Monténégro Filip Vujanovic est en visite officielle en Principauté. Le chef d’État monténégrin et sa délégation sont accueillis avec les honneurs militaires, rendus dans la cour d'honneur du Palais. S.A.S. Albert II avait été lui-même reçu par Filip Vujanivic lors de sa visite officielle en juin 2013. Le président s'entretient avec Albert II à propos du "développement des relations bilatérales entre leurs pays", précise un communiqué du Palais. La princesse Charlène doit rencontrer quant à elle l'épouse du chef d’État en visite, Svetlana Vujanovic, pour évoquer avec elle leurs engagements humanitaires respectifs. Après un déjeuner officiel, le président monténégrin doit inaugurer les nouveaux locaux du consulat de son pays. Albert II avait accordé une audience au Premier ministre du Monténégro, Milo Dukanovic, le 12 mars au Palais. Au menu des discussions, "l’attractivité de la Principauté, le développement des relations bilatérales de leurs pays et le renforcement de la coopération avec les petits États d’Europe", selon un communiqué. Les deux hommes avaient également évoqué les accords en cours de négociation, qui pourraient être signés le 6 mai. Dukanović avait aussi rencontré les conseillers de Gouvernement José Badia et Jean Castellini ainsi que Henri Fissore, ambassadeur en mission auprès du ministre d’État. Il a assisté à une rencontre d’affaires "Monténégro - Investissement, projets et opportunités". En juin 2013, lors de la visite officielle du Prince Albert au Monténégro, ont déjà été signés un accord-cadre de coopération en matière de développement durable et une convention de partenariat entre les chambres de développement économique des deux pays.


Déplacement princier à Aubagne

Comme nous l'annoncions il y a trois semaines, S.A.S. Albert II s'est rendu le mercredi 30 avril dernier dans cette localité proche de Marseille. Il était l'invité d'honneur de la cérémonie qui ce jour-là rappelle le sacrifice au combat des légionnaires à Camerone. "Je remercie tous les militaires qui ont participé à cette cérémonie belle et forte et je suis très touché par l'hommage fait à mon grand-père Louis II, qui avait intégré ce corps prestigieux qu'est la Légion, avec lequel Monaco garde des liens forts" déclara-t-il à cette occasion. Cérémonie qui fut suivie par une dizaine de milliers de spectateurs, militaires, familles, Aubagnais, gens des environs et de Marseille venus assister au défilé autour de la "Voie Sacrée" du quartier Viénot, siège du 1er Régiment étranger. Cette foule observe un moment de silence au passage de la main articulée en bois du capitaine Danjou. Le 1er mai 1853, au cours d'une expédition topographique en Algérie, le futur héros de Camerone avait perdu la main gauche à la suite de l’explosion de son fusil. On se souvient que dans le cadre de l’intervention française au Mexique, le le 30 avril 2013, Jean Danjou avec ses 63 légionnaires avaient fait face jusqu'à la mort à quelque 2.000 soldats de l'armée mexicaine. Cette main qui d'habitude est conservée dans la crypte du musée de la Légion étrangère, est portée avec respect par le lieutenant-colonel Zlatko Salbljic, légionnaire chevronné qui dirige aujourd'hui la maison du Légionnaire à Auriol, à quelques km d'Aubaine. Le général de division Christophe de Saint-Chamas, commandant de la Légion, COM.LE, résume cette journée "Aujourd'hui, les légionnaires renouvellent leur engagement, continuer à servir la France, ce pays qui n'était pas le leur. Le fait d'armes de Camerone est le creuset de nos points forts, d'une fidélité à des valeurs". De leur côté, deux Mirage de la Patrouille de France ont tracé dans le ciel les couleurs bleu-blanc-rouge.
La Légion étrangère fut créée par l'ordonnance du 9 mars 1831 sous le règne de Louis-Philippe, roi des Français. Elle est liée à de grands épisodes de l'histoire. Elle est intervenue lors de conflits, durant les Guerres carlistes qui ont déchiré l'Espagne dans les années 1830, en Crimée de 1854 à 1856, pendant la Campagne d'Italie en 1859 et naturellement au cours de l'expédition du Mexique de 1863 à 1867. Elle a participé à la guerre franco-prussienne de 1870 et évidemment lors de l'engagement colonial de la France, au Tonkin de 1883 à 1945, au Dahomey entre 1892 et 1894), au Soudan français en 1892-1893, au Niger en 1894, à Madagascar de 1895 à 1905. On la retrouve pendant la Première Guerre mondiale, au Maroc de 1903 à 1956, en Syrie de 1921 à 1939. Elle s'est aussi illustrée pendant la Seconde Guerre mondiale de, durant la Guerre d’Indochine de 1946 à 1954 et celle d'Algérie de 1954 à 1962, elle avait d'ailleurs participé à la conquête et à la mise en valeur de ce territoire dans les années 1830. Plus récemment, on la voit agir notamment lors du sauvetage de Kolwezi au Zaïre en 1978, de la guerre du Golfe en 1991 et des combats à Sarajevo en ex-Yougoslavie en 1993. Actuellement, la Légion étrangère compte 7.700 hommes, 400 officiers, 1.700 sous-officiers et 5.600 légionnaires, de 146 nationalités différentes, répartis en 12 unités. Le commandement est installé à Aubagne depuis 1962. D'autres unités sont stationnées dans 5 villes de France mais aussi en Guyane, à Abou Dhabi et à Mayotte. A ce quartier Viénot d'Aubagne on trouve également le Musée de la Légion étrangère qui renferme de nombreuses pièces rappelant la glorieuse épopée de ce corps. Ce "Louvre du légionnaire" a rouvert le 30 avril 2013 après rénovation lors de la prise d'arme de la cérémonie marquant le 150e anniversaire de la bataille de Camerone.
Parmi les officiers célèbres, on notera le capitaine Alexandre Joseph Comte Colonna-Walewski, fils naturel de Napoléon Ier, ou Ferdinand Walsin Esterhazy, le coupable de l'Affaire Dreyfus. Et naturellement Louis II Prince de Monaco ou encore Pierre Ier de Serbie roi de Serbie de 1903 à 1918, puis après la Première Guerre mondiale, roi des Serbes, des Croates, des Slovènes de 1918 à 1921. Des sous-officiers ont fait une carrière littéraire, tels le Suisse naturalisé français Blaise Cendrars ou l'Allemand Ernst Jünger, ainsi que le romancier et journaliste hongrois naturalisé britannique Arthur Koestler. D'autres personnalités sont liées à la Légion étrangère, comme le boxeur Marcel Cerdan, légionnaire de 1e classe honoraire, l'écrivain Edmonde Charles-Roux, caporal honoraire, S.A.S. Louis II Prince de Monaco, sergent-chef honoraire en 1947 et S.A.S. Rainier III de Monaco, légionnaire de 1e classe honoraire en 1953.

Monaco à l’Atelier régional méditerranéen

Photo (c) DR
Photo (c) DR
S.E. Patrick Van Klaveren, délégué permanent auprès des Organismes internationaux à caractère scientifique, environnemental et humanitaire, a participé à un Atelier régional méditerranéen. Organisé par la Convention sur la diversité biologique, le Plan d’action pour la Méditerranée et l’Union Internationale pour la conservation de la nature, UICN. Cette réunion s’est déroulée à Malaga du 7 au 11 mars dernier, et avait pour objectif de faciliter la description des aires marines d’importance écologique ou scientifique et d’en multiplier la création en Méditerranée. A cette occasion, des experts venant de tous les pays méditerranéens et d’organisations scientifiques ont établi une première synthèse des zones marines biologiquement et écologiquement significatives pour la Méditerranée. Neuf autres ateliers régionaux ont - d’ores et déjà - finalisé leurs travaux et, sous peu la totalité des mers du globe sera couverte. Sur la base de l’analyse des études compilées par les secrétariats des diverses organisations ayant fourni leurs données ainsi que des résultats des travaux de cet Atelier, cette présentation scientifique de la Méditerranée sera transmise à l’Assemblée Générale des Nations Unies, à l’issue de la prochaine réunion des Parties Contractantes à la Convention sur la Diversité Biologique, en octobre prochain. Elle alimentera le processus sur les mers et les océans et servira de base aux décisions nationales en termes de gestion durable, de conservation, et d’accroissement des connaissances sur les zones nécessitant un  effort particulier de recherche. Cet Atelier répond à l’urgence de la nécessité d'augmenter la surface protégée des océans, d’une part, pour respecter les engagements internationaux, et d’autre part, en raison de l’augmentation de la détérioration des écosystèmes marins.

Une course navale d'un nouveau genre

Photo (c) YCM
Photo (c) YCM
Du 10 au 12 juillet prochain, se tiendra en Principauté une course originale, elle verra s'affronter des bateaux à moteurs solaires où les innovations des équipes engagées pourraient se répandre très vite sur le marché destiné au grand public. D'aucuns vont même jusqu'à dire que la Solar1 Monte-Carlo Cup, tel est son nom, sera l'équivalent sur l’eau du Grand Prix de Formule 1. Ces bateaux à moteurs seront uniquement alimentés par l’énergie solaire. Plusieurs équipes venant du monde entier s’affronteront dans trois disciplines distinctes, course de slalom, en flotte et en duel. Initié en 1904 par le Prince Albert 1er, ce regroupement international va permettre à Monaco de rester à la pointe des nouvelles technologies dans le secteur du motonautisme. Par le passé, ces courses ont fortement contribué à l’évolution des moteurs à explosion, mais les nouvelles préoccupations du monde moderne ont logiquement conduit ce rassemblement à développer des moteurs écologiques à énergie solaire. La Principauté renouera donc cet été avec son glorieux passé et deviendra une nouvelle fois la vitrine du yachting et des innovations technologiques. Pour Bernard d’Alessandri, secrétaire général du Yacht Club de Monaco, "Avec la Solar1 Monte-Carlo Cup l’histoire se répète 100 ans plus tard. C’est un projet très enthousiasmant car il s’agit d’une innovation majeure et concrète au service du développement de l’industrie du yachting. Je suis ravi que cela attire en Principauté de nombreux jeunes compétiteurs venant du monde entier car cette nouvelle génération est incontestablement très impliquée et concernée par les avancées technologiques qui participent à la sauvegarde de notre planète". Quant à Marnix Hoekstra, directeur de Vripack, partenaire technique de Solar1, il ne dissimule pas son enthousiasme. "C’est incroyable de voir ces bateaux voler au-dessus de l’eau. Après des essais organisés à Monaco en août dernier, nous avons pu valider que les bateaux solaires ont tout le potentiel pour offrir de belles joutes nautiques! Comprendre comment ils fonctionnent fait également partie de l’approche éducative que nous souhaitons donner à cet événement". Plus d’un siècle après les premières compétitions de canots à moteur organisées par ses ancêtres, S.A.S. Albert II, président du Yacht Club de Monaco, soutient cette nouvelle génération de bateaux de course révolutionnaires et respectueux de l’environnement. Il a d'ailleurs déclaré "À nous de faire preuve de créativité, d’initiative et de dynamisme pour développer de nouveaux projets".

Art africain à la galerie Adriano Ribolzi

Le 8 mai, c'est un vaste projet culturel qui verra le jour, il s'agit d'une exposition intitulée "Mythes et Rites", par laquelle Adriano Ribolzi met en avant l’art africain avec une sélection d’artistes de différents pays. Et il déclare "L’art africain est attaché à ses propres origines, encore peu influencé par la globalisation et utilise des couleurs pures. C’est un mouvement important, en plein développement. De plus, les grands maîtres de l’art africain sont exposés aujourd’hui dans les musées du monde entier". Cinq artistes seront ainsi mis à l’honneur dans cette galerie installée en Principauté depuis 1974. Parmi eux, la Sud-Africaine Esther Mahlangu à l’origine du drapeau de l’Afrique du Sud et du logo de la South African Airways. Cette dernière dévoilera son univers coloré et géométrique inspiré des maisons traditionnelles de son pays. L’exposition Mythes et Rites accueillera aussi les œuvres des Béninois Amidou Dossou, Cyprien Tokoudagba et Éloi Lokossou ainsi que du Nigérian Solomon Uwuenwa. Le deuxième volet du projet Africa Today, qui se traduira par une autre exposition sans doute durant l’été, devrait réunir un nombre similaire d’artistes.
Par ailleurs, l’exposition consacrée à Andy Warhol, à la galerie depuis novembre dernier, est prolongée et elle va même devenir permanente. Adriano Ribolzi, qui dispose d’un second espace d’exposition à quelques mètres seulement de sa galerie, réfléchit encore pour décider sous quelle forme les œuvres du maître du pop-art seront mises en valeur. Si de nombreuses pièces ont été vendues, de nouvelles sont arrivées afin de renouveler la collection. Une collection qui devrait s’enrichir dans les semaines à venir d’œuvres importantes d’autres artistes spécialisés dans l’art moderne.
Enfin, du 17 septembre au 18 octobre, la galerie Adriano Ribolzi exposera les toiles du peintre suisse Bernard Garo, lauréat du Gemluc Art 2013.
"Mythes et Rites", du 8 mai au 21 juin à la Galerie Adriano Ribolzi, Palais de la Scala, 3 avenue de l’Hermitage. Tél: +377 97 97 03 77

Nuit brésilienne à Monaco en hommage à Ayrton Senna

Le 17 mai, à l'occasion du 20e anniversaire de la disparition d’Ayrton Senna, Brasil Monaco Project rendra hommage à celui qui reste l’un des plus célèbres Brésiliens, l'une des plus grandes figures de la F1, en présence de Viviane Senna, sa sœur, présidente de l’Instituto Ayrton Senna. On se souvient que le pilote automobile brésilien Ayrton Senna da Silva né le 21 mars 1960 à São Paulo, est mort le 1er mai 1994 à Bologne, à la suite d'un accident lors du Grand Prix de Saint-Marin, sur le circuit d'Immola. Le 17 mai, à leur arrivée au Sporting Monte-Carlo, les invités découvriront deux Lotus pilotées par Ayrton Senna, l’une lors de sa 1e victoire au Grand Prix de Portugal en 1985 et l’autre qui le mena vers sa 1e victoire à Monaco en 1987. La McLaren conduite par deux grands pilotes, Ayrton Senna et Alain Prost en 1988, sera également présentée. Le dîner de Gala brésilien sera mis en œuvre par le chef étoilé Joachim Koerper, du restaurant Enotria à Rio de Janeiro, en étroite collaboration avec le chef du Sporting Monte-Carlo, Alain Cavanna. La soprano brésilienne, Gabriela Di Laccio ouvrira la soirée de gala. Native de Porto Alegre et résidant au Royaume-Uni, elle mène une carrière internationale, opéra, oratorio et musique de chambre. La star brésilienne Daniela Mercury, interprète du super tube "Rapunzel", fera danser la Salle des Étoiles, au rythme de sa voix chaude et de la musique afro-brésilienne. Elle présentera un show spécialement créé pour cette soirée. La vente aux enchères présentée par Sotheby's, proposera de très belles pièces dont certaines liées à Ayrton Senna ou à la course automobile. Une statue de 2,8m d’Ayrton Senna de l'artiste brésilien Marcos Marin; une réplique d'un casque d'Ayrton Senna, n°84 d'une série limitée de 161; des gants qui ont été portés par Emerson Fittipaldi et son petit-fils, Pietro Fittipaldi, 1er champion Amérique Latine dans la catégorie NASCAR Limited Late Model; et un casque porté par Felipe Massa, qui sera également présent au Gala.

Un film qui fait polémique

Si à Monaco on admet mal la façon dont Olivier Dahan a traité les événements de son film "Grace de Monaco", Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes n'est pas de cet avis et tient à exprimer son opinion. Il veut faire savoir que "Cannes défend le droit à la licence poétique", comme il l'a déclaré en fin de semaine dernière à l'AFP. Et de poursuivre "Le film n'est pas un biopic au sens strict du terme, de la vie à la mort, c'est l'expression du droit de tout artiste à la licence poétique". De son côté, un communiqué de la famille princière de Monaco indique que "Le Palais princier tient à réaffirmer que ce long-métrage ne peut en aucun cas être qualifié de biopic", avant de dénoncer son "caractère totalement fictionnel". Thierry Frémaux pour sa part défend le film qui "contribuera certainement de belle manière à la légende monégasque".
On sait que "Grace de Monaco" évoque l'année 1962 lorsque la Princesse Grace pouvait hésiter entre son rôle en Principauté et Hollywood, elle sera un élément important lors de la crise diplomatique opposant la France à Monaco. D'après la famille princière "Une page de l'histoire de la Principauté basée sur des références historiques erronées et littéraires douteuses". Elle précise "La bande-annonce fantaisiste confirme, par ailleurs, le caractère totalement fictionnel de ce film". Cette bande-annonce "renforce la conviction laissée lors de la lecture du scénario, qui déjà lui déplaisait, qu'il s'agit d'une production". La famille princière a d'ailleurs décidé de ne pas assister à l'avant-première du film d'Olivier Dahan.

Brèves diverses

Un week-end de chien

Le chapiteau de Fontvieille accueillait en cette dernière fin de semaine 1.050 représentants de l'espèce canine, de toutes races et de toutes tailles. Cette rencontre annuelle est organisée par la Société canine de Monaco présidée par la baronne Elizabeth-Ann de Massy. Elle a succédé à sa mère la princesse Antoinette, présidente de 1950 à 2011. La Société canine de Monaco a été créée en 1927 par la Princesse Charlotte et l'exposition canine se tenait alors sur le site du Tir aux Pigeons, en contrebas des Terrasses du Casino. A partir de 1960, elle s'est tenue sur le Quai Albert-Ier. Puis en 1971, elle émigra au Hall du Centenaire et en 1978, on la retrouve sur Les Terrasses du Casino. Puis l'année suivante, elle est sur les Terrasses du Sporting. Depuis 1989 elle a élu domicile à l'Espace Fontvieille. Pour Liliane Durando, secrétaire générale "Notre exposition attire car elle est marquée par le chic et l'élégance. Il y a même quarante-cinq Russes qui ont fait le déplacement jusqu'à Monaco pour concourir…". Et si l'on aime le genre terrier, on peut se réjouir car cette année ils sont légion, bull terriers standards, mais aussi des miniatures bull terriers, des staffordshire bull terriers et des american staffordshire terriers. Les chiens d'agrément et de compagnie ont aussi été à l'honneur, bichon, caniche, griffon parmi les plus connus mais également d'autres moins courants tels les chiens chinois à crête, le terrier de Lhassa, l'épagneul du Tibet, le Chihuahua ou bien encore le pékinois.

Échange musical

Fin décembre dernier, les bassonistes du Conservatoire de Colmar et ceux de l’Académie de musique de Monaco donnaient un concert à l’auditorium de la médiathèque de Colmar. Avec succès. L'exercice est d'ailleurs considéré comme si bénéfique pour ces jeunes élèves de 7 à 18 ans qu'il fut décidé que les Colmariens à leur tour se déplaceraient et iraient à Monaco en avril suivant. Il faut ajouter que les deux professeurs sont des amis de longue date. Le voyage a eu effectivement lieu et nos bassonistes, au nombre de 25, se sont à nouveau rencontrés et se sont produits au Palais Lascaris à Nice, au Jardin exotique de Monaco et au square Gastaud. On a pu y entendre le "Te Deum" de Marc Antoine Charpentier ou "Indiana Jones" de John Williams.

Monaco et la radio numérique


Le 28 avril dernier, Monte-Carlo Radio Diffusion a commencé à diffuser la Radio numérique terrestre, RNT, ce qui est l’équivalent de la TNT pour la partie radio. La zone de couverture s'étend sur le littoral de Menton au Cap d’Antibes. Actuellement, dans la phase de tests, MCR diffuse huit radios monégasques, RMC, Radio Monaco, RMC 1, RMC 2, Radio Riviera, Chik Radio, Radio Ethic et Rete 105. Le lancement de la RNT en France interviendra le 20 juin prochain dans trois villes, Paris, Marseille et Nice et leurs environs. On peut se demander quels en sont les avantages. La RNT permet de capter davantage de radios qu'avec le spectre de fréquence de la FM, Donc plus de choix, plus de programmes et plus de qualité de son, même en voiture.

Une résidence anti-moustique

La résidence de standing Rocabella à Monaco, s'est dotée d'un procédé anti-moustique, il s'agit du dispositif BioBelt. C'est la surface la plus importante en Europe qui soit protégée contre cet insecte. Il se compose de 45 "modules-pièges", déployés sur une surface de 3.000 m2 protégeant la zone de loisirs de la résidence, un jardin d’enfants, une piscine, un fitness et un restaurant. Ce produit français, Biobelt a été mis au point en 2011 par une équipe dirigée par Dominique Hauptmann, en collaboration avec des entomologistes allemands de l’entreprise Biogents. Le système est écologique puisqu’il fonctionne grâce à la reproduction des marqueurs biologiques qui attirent les moustiques vers les êtres humains. Inodore, il est inoffensif pour l’environnement. Cet anti-moustique reproduit les marqueurs biologiques qui permettent aux moustiques femelles qui recherchent du sang pour nourrir leurs œufs de détecter leurs proies. Elles sont attirées jusqu’à plusieurs dizaines de mètres de distance par la présence dans l’air de molécules de CO2 qui correspondent à notre respiration. Un autre marqueur biologique qui va engager l’insecte dans son attaque est identifié à courte distance, de 1 à 3 m. Ce sont des acides diffusés par les pores de la peau humaine. Les marqueurs sont dispersés selon des critères de temps et des ratios de puissance adaptés à l’installation. Les modules de piège composant le dispositif anti-moustique sont reliés à une régie qui réalise une double action. Elle procède à l’élimination de colonies de moustiques venant de l’intérieur du périmètre protégé et l’isolation de la zone stratégique par l’interception des insectes venant de l’extérieur de cet espace. Le procédé a déjà été adopté par des professionnels de l’hôtellerie et de la restauration du pourtour méditerranéen pour se protéger des moustiques. L’espèce de moustique Aedes albopictus, dite "tigre" va particulièrement se développer en France et "sera dans un futur proche un problème sanitaire et économique majeur" selon Dominique Hauptmann.

Au fil es ans

1er mai 1888, des Carmélites arrivaient de Nîmes, leur couvent serait inauguré le 29 décembre suivant par Mgr Theuret, premier évêque de Monaco. Il était situé rue Plati, les religieuses partirent en 1901. Leur établissement, placé sous le vocable de Saint Albert en 1902, fut transformé, pour une part, en caserne des Carabiniers et, plus tard, pour une autre part, en école de garçons.
1er mai 1917, naissance à Lantosque dans les Alpes-Maritimes, d'Aimé Barelli, chef d'orchestre, compositeur, chanteur et trompettiste de jazz. Ce Français naturalisé monégasque mourut le 13 juillet 1995 à Monaco.

3 mai 1927, reprise par les Ballets Russes de Serge Djaghilev, à l'Opéra de Monte-Carlo du ballet "Les fâcheux", un acte de Georges Auric, livret de Boris Kochno, d'après Molière et Alfred de Musset, chorégraphie de Léonide Massine qui dansait aussi lors de cette représentation, décors de Georges Braque.
3 mai 1954, France-Soir titre "Léo Ferré, le compositeur tourmenté des "boîtes d’avant-garde" a dirigé en habit à Monaco un oratorio scénique de sa composition". Il s'agit naturellement de l'exécution le 29 avril de la même année, de son oratorio inspiré par "La Chanson du mal-aimé" de Guillaume Apollinaire. Le concert était complété par la "Symphonie interrompue".

4 mai 1912, reprise à l'Opéra de Monte-Carlo, par les Ballets russes, de "L'Oiseau de feu", conte dansé en deux tableaux, musique d'Igor Stravinsky, chorégraphie de Michel Fokine, décors et costumes d'Alexandre Golovine et Léon Bakst. L’œuvre avait été créée par les mêmes Ballets russes à l'Opéra de Paris le 25 juin 1910, sous la direction de Gabriel Pierné.
4 mai 1926, création à l'Opéra de Monte-Carlo par les Ballets russes de "Roméo et Juliette", ballet en un acte, musique du Britannique Constant Lambert, chorégraphie de Bronislava Nijinska, décors et costumes de Max Ernst et Joan Miró.
4 mai 1962, les fonctions de Gilles Barthe comme évêque de Monaco se terminent, elles avaient commencé le 24 juin 1953. A ce titre, il avait marié Grace Kelly et S.A.S. Rainier III le 19 avril 1956. Gilles-Henri-Alexis Barthe était né le 4 juin 1906 à Briatexte dans le département du Tarn et mourut le 14 juillet 1993.
4 mai 1994, naissance de Pauline, fille aînée de la Princesse Stéphanie, elle a pour père Daniel Ducruet.

6 mai 1930, naissance à à Caudéran, dans le département de la Gironde, du musicologue français et nouvelliste Philippe Beaussant, spécialiste de musique baroque française. Il est également le fondateur du Centre de musique baroque de Versailles et membre de l'Académie française. En 2004, il a reçu le prix littéraire Prince Pierre de Monaco.

06/05/2014


Tags : actus, Monaco


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: renard, requin, rhinocéros... Renard roux...

La ville des chiens schtroumpfés

L'histoire des petits hommes de Peyo est imaginaire, tandis que celle des animaux devenus bleus est bel et bien moche et tristement réelle!...



Le Podcast Journal sur :