Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
J.N.B.L.
07/08/2012

Afrique du Sud: Pas d'expulsion vers les pays où la peine capitale existe

Communication de notre partenaire


Dans un jugement historique, la plus haute instance judiciaire sud-africaine a confirmé que deux personnes ne pouvaient pas être transférées au Botswana car il existe un risque concret qu'elles soient condamnées à mort dans ce pays. Amnesty International a salué cette décision, que l'organisation a qualifiée de "position de principe".


Moment clé dans l'histoire du droit sud-africain, la Cour constitutionnelle de Johannesburg a rejeté, vendredi 27 juillet 2012, l'appel interjeté par le gouvernement à la suite d'une décision de justice statuant qu'il serait illégal d'expulser Jerry Phale et Emmanuel Tsebe vers le Botswana* sans avoir obtenu l'assurance préalable que la peine de mort ne serait pas appliquée.

"Le jugement rendu aujourd'hui par la Cour constitutionnelle a confirmé qu'un État ayant aboli la peine capitale ne peut pas remettre une personne aux autorités d'un autre pays s'il existe un risque tangible que cet individu soit condamné à mort. La Cour constitutionnelle doit être félicitée pour le maintien de sa position de principe contre la peine capitale. Elle a, en outre, de nouveau fait preuve d'une indépendance judiciaire exemplaire. Ce jugement montre que le gouvernement d'un État qui a aboli la peine capitale ne peut pas simplement décider d'ignorer sa possible contribution à une condamnation à mort dans d'autres pays", a déclaré Noel Kututwa, directeur adjoint du programme Afrique d'Amnesty International.

En rendant ce jugement, le juge Raymond Zondo a expliqué que lorsque l'Afrique du Sud a adopté sa Constitution, l'État s'est engagé à protéger les droits fondamentaux de chacun dans tous ses actes et ne peut donc pas expulser ou extrader qui que ce soit vers un pays où cette personne risquerait d'être condamnée à mort et exécutée.
"Le droit international interdit catégoriquement à un État abolitionniste d'envoyer de force dans un État non-abolitionniste une personne susceptible d'être condamnée à la peine capitale, à moins que des garanties fiables éliminant ce risque aient été obtenues", explique Noel Kututwa.


* Jerry Phale et Emmanuel Tsebe étaient tous deux recherchés au Botswana pour le meurtre de leurs partenaires lorsqu'ils ont fui en Afrique du Sud. En septembre 2011, la Cour suprême du sud de la province de Gauteng, située à Johannesburg, avait jugé que les deux hommes ne devaient pas être extradés. Emmanuel Tsebe a succombé à une maladie alors qu'il était en détention. Si Emmanuel Tsebe continue d'être inclus dans la procédure c'est parce que ses avocats et l'État souhaitaient que la requête d'origine soit entendue.
La peine de mort est en vigueur au Botswana depuis l'indépendance du pays en 1966. C'est le seul pays du sud de l'Afrique qui procède encore à des exécutions.

afrique_sud_1.mp3 Afrique_Sud.mp3  (507.88 Ko)




Par J.N.B.L. (dernière modification le 05/08/2012)









Dans nos blogs :

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: ragondin, raie, raton laveur... Ragondin...



Le Podcast Journal sur :