Connectez-vous S'inscrire
Le Podcast Journal - podcastjournal.net 

Publicité

Mercredi 30 Juillet 2014
15:07
 


Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur l'écran avec fond noir ou blanc (icône imprimante ci-dessous)

J.N.B.L.

Bélarus: Libérer un militant après une action 'ours en peluche'

Communication de notre partenaire

01/08/2012
Lu par 901 visiteurs web

Un photographe étudiant en journalisme encourt jusqu'à sept ans de prison pour avoir publié sur Internet des photos d'une action publicitaire mettant en scène des ours en peluche pour attirer l'attention sur les atteintes à la liberté d'expression au Bélarus. Amnesty International réclame la libération immédiate de cet homme.


Le photographe Anton Souriapine, 20 ans, a été arrêté le 13 juillet 2012 parce qu'il était soupçonné d'avoir aidé un groupe organisé à traverser illégalement la frontière du Bélarus. Selon la législation bélarussienne, il aurait dû être remis en liberté ou inculpé avant le 23 juillet. Étant donné qu'il n'avait pas été libéré lundi 23 juillet, Amnesty International suppose qu'il a été inculpé.

"Les charges retenues contre Anton Souriapine sont un nouveau coup porté à la liberté d'expression et d'association au Bélarus, où des chefs d'inculpation montés de toutes pièces sont souvent utilisés pour tenter de réduire au silence les personnes qui cherchent à défendre les droits humains. Il doit être libéré immédiatement et les charges retenues contre lui doivent être abandonnées", a déclaré John Dalhuisen, le directeur du programme Europe et Asie centrale d'Amnesty International.

Anton Souriapine a été placé en détention après qu'un petit avion utilisé par une agence de publicité suédoise, Studio Total, a traversé la frontière bélarussienne le 4 juillet et largué, dans le nord-ouest du pays, des centaines d'ours en peluche portant des pancartes en faveur de la liberté d'expression. D'après le ministère de la Défense bélarussien, aucun avion n'aurait pénétré dans l'espace aérien du pays sans autorisation et les images de cette action seraient des montages.

Anton Souriapine a été arrêté le 13 juillet après avoir publié ces photographies sur le site Internet Belarusian News Photos. Sur ce site, il expliquait avoir reçu ces photos d'une source inconnue. Il n'avait aucune relation avec Studio Total et ne publiait ces images que dans le cadre de ses activités de journaliste.
Amnesty International considère Anton Souriapine comme un prisonnier d'opinion, inculpé uniquement pour avoir exprimé pacifiquement ses opinions.
Studio Total a indiqué que le coup publicitaire avec les ours en peluche avait été mené pour attirer l'attention sur la répression visant la liberté d'expression au Bélarus. Une vidéo diffusée par l'agence de publicité le 5 juillet montre deux personnes affublées de masques d'ours en train de jeter des ours en peluche hors de l'avion. La police de la ville d'Ivianets a récupéré les peluches mais des témoins interrogés par Radio Free Europe et des médias indépendants bélarussiens ont déclaré avoir vu les ours tomber de l'appareil.

Syarhei Bacharimau, employé d'une agence de location de Minsk, a été arrêté le 10 juillet. Il a été inculpé le 16 juillet aux termes de l'article 371, alinéa 3 du Code pénal, le même texte que celui invoqué contre Anton Souriapine, et il encourt lui aussi jusqu'à sept ans de prison. Il aurait loué un appartement aux deux Suédois qui assuraient le soutien de leurs collègues dans les airs.
Amnesty International demande l'abandon des charges qui pèsent sur cet homme, ainsi que sa libération.

Le 18 juillet, dans un entretien pour le site Internet d'information Charter97, Tomas Mazetti, de Studio Total, a dénoncé ces arrestations et a déclaré que l'agence suédoise n'avait eu aucun contact avec Anton Souriapine. Il a ajouté que Syarhei Bacharimau n'avait fait que remettre aux employés de l'agence les clés d'un appartement de location.

Charter97 a indiqué la semaine dernière qu'une adolescente de 16 ans vivant à Ivianets aurait été brièvement arrêtée et interrogée avant d'être relâchée: elle pourrait être l'auteur des photos publiées par Souriapine. "C'est comme si la police arrêtait le barman qui nous a servi de la bière à Minsk", a déclaré Tomas Mazetti à Charter97. Studio Total a expliqué que cette campagne s'inspirait d'une action menée à Minsk en février 2012: le militant Pavel Vinogradov avait mis en scène des animaux en peluche portant des pancartes réclamant le respect de la liberté d'expression et dénonçant les brutalités policières. Pavel Vinogradov avait par la suite été condamné à 10 jours de détention administrative pour cette action.

belarus_4.mp3 Bélarus.mp3  (457.68 Ko)



Par J.N.B.L. — Nombre de lectures web de cet article (hors podcasts, smartphones et tablettes): 901 fois — Contenu mis à jour le 31/07/2012




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 104













Partager ce site


Publicité


Vous pouvez visualiser nos articles sur fond blanc aussi, sur www.podcastjournal.net




visiteurs différents