Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Lea Raso della Volta
09/11/2009

Claude Pinoteau : quand la comédie vire au Polar


Ses comédies sentimentales, l’ont rendu populaire, mais si Claude Pinoteau excelle dans ce genre, il n’en demeure pas moins un maître incontesté du film policier ou d’espionnage ; car dans la réalité le réalisateur a moins adopté la comédie pure que le genre policier. Le 18 et 19 novembre prochain, l’association Cannes-Cinéma invite l’artiste dont les plus grands films seront projetés ; à cette occasion le réalisateur dédicacera son ouvrage : Merci la vie.


Claude Pinoteau : quand la comédie vire au Polar
C'est à Claude Pinoteau que Sophie Marceau doit ses débuts en 1981 dans "La Boum", suivie l'année suivante de "La Boum 2", puis en 1988 de "L'étudiante". . Cette trilogie qui dépeint les tourments de l'adolescence, demeurera, c'est sûr dans la mémoire des biens des générations.

A partir de scenarii tout en finesse écrits par Danielle Thompson, Pinoteau donne une véritable épaisseur aux situations, y compris les plus tendues, qu'il rend plus légères, sans jamais verser dans la futilité ; comme dans les deux premiers films, où le couple de parents formé par Brigitte Fossey et Claude Brasseur, frôle la rupture, pour avoir succombé à la tentation de l'adultère.

Mais c'est évidemment la presque nonagénaire Denise Grey qui remporte tous les suffrages dans cette complicité entretenue avec Sophie Marceau, sa petite-fille dans La Boum.

Et puis, il y a la scène quasi mythique, du slow berçant l’amour naissant de Vic et Mathieu. Le film sortit le 17 décembre 1980 et Claude Pinoteau son réalisateur n’avait sans doute pas conscience en tournant son film qu’il allait mettre en émoi toute une génération....

Un Pinoteau peut en cacher… deux autres

Claude Pinoteau est tombé dans la marmite du cinéma un 25 mai 1925 en s’offrant le luxe de naître à proximité immédiate du célèbre studio de Boulogne-sur-Seine. Entre un père régisseur Lucien Pinoteau, qui a débuté comme groom chez Pathé en 1901 et son frère Jacques, réalisateur à qui l’on doit Le triporteur, Claude avait une voie toute tracée dans le 7 ème Art.

Il va pourtant devoir gravir un à un les échelons qui mènent à la création cinématographique, en travaillant comme assistant réalisateur pour quelques grands cinéastes comme Jean Cocteau, Max Ophüls, Jean-Pierre Melville, Philippe de Broca, Henri Verneuil ; des étapes franchies à la force du poignet, ce qui ne l’empêchera pas d’être snobé par les Cahiers du cinéma qui l’assimilent à l’un de ces artisans de génie qui occupaient les studios français.

En 1960, il signe son premier documentaire Manureva et douze ans plus tard son premier grand film : le silencieux, un excellent film d'espionnage inspiré du roman de Francis Rick. Pinoteau offre à son ami Lino Ventura l'un de ces rôles de taciturnes qu'il adore. On les retrouve ensemble dans deux autres films d'action : "L'Homme en colère" et "La Septième cible".

Les rapports père-fille qui n’ont jamais été vraiment explorés au cinéma lui donnent l’occasion de mettre en scène une fois encore son ami Lino Ventura dans ce rôle presque à contre-emploi. Il y incarne un professeur d'histoire-géographie, dont la fille, Isabelle Adjani prétend quitter le foyer familial. Ce sera "La gifle" un film qui préfigure la Boum, où Lino Ventura excelle dans le rôle de l'enseignent sachant séduire avec tendresse, quand il le faut.

Avec La Neige et le feu (1990), Claude Pinoteau se souvient de ses jeunes années pour filmer le parcours d'hommes et de femmes durant la guerre. En 1993, le réalisateur livre une sorte de conte de fées moderne dans Cache cash avant de s'intéresser aux Palmes de M. Schutz (1996), avec Isabelle Huppert et Charles Berling.

"Merci la vie" n’est pas le titre d’un dernier film, mais de son livre édité il y a quatre ans… Après une vie consacrée au cinéma ; ce livre parle de cette passion pour cet art qu'il honore de son talent.

Pendant deux jours, l’association Cannes-Cinéma rendra hommage à Claude Pinoteau, à travers la programmation de quatre de ses plus célèbres films, La Boum , La Gifle, Le Silencieux et La 7ème Cible le réalisateur qui sera présent à la médiathèque de Cannes partagera avec le public son « amour de la vie » ; un amour qui se confond avec celui du 7ème Art.



En vidéo ci-contre: l'inoubliable extrait de La Boum

Œuvres de Claude Pinoteau:


Et aussi d'autres œuvres, en cliquant ici


Par Lea Raso della Volta (dernière modification le 10/11/2009)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 71




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :