Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
24/02/2016

Combo kidnappe le drapeau bleu, blanc, rouge


Combo est un artiste street art comme on n’en voit peu. Souvent comparé au Banksy français, il utilise le graffiti pour faire passer des messages forts souvent politisés et toujours empreints d’une grande humanité. Son travail a fait l’objet de l’exposition "Coexist" qui se tient à l’Institut du Monde Arabe jusqu’au 6 mars prochain.


combo_street_art_1.mp3 Combo street art.mp3  (1.47 Mo)


"Fear no one, Fear nothing". Avec un slogan pareil, nul doute que l’artiste ne dénonce pas dans la demi-mesure. Combo, aussi appelé Combo Culture Kidnapper, a fait du détournement d’objet sa spécialité. Ainsi à partir d’une toile connue transformée au gré de sa créativité, il délivre une œuvre symboliquement forte au message subversif et sans concession. Artiste engagé, il va là où la possibilité lui est donnée de toucher un large public. Ainsi, les murs sont aussi son terrain de jeu privilégié et dans ce domaine son empreinte est plurielle: citations, graffiti, mise en scène de personnages bien connus à l’instar de ceux des dessins animés des années 90.


Un transgresseur militant

L'oeuvre de Combo réalisée dans Paris le soir où il a été pris à partie par ses agresseurs. Photo (c) Combo
L'oeuvre de Combo réalisée dans Paris le soir où il a été pris à partie par ses agresseurs. Photo (c) Combo
Ce provocateur trentenaire est d’origine franco-libanaise par son père chrétien et marocaine par sa mère musulmane. Et le Français à l’identité multiple pleinement assumée dérange. Il n’hésite pas non plus à se mettre en scène; comme le 30 janvier 2015, sur son affiche grandeur nature placardée dans Paris, portant djellaba et barbe prédominante, accolé à la signature "Coexist". Le transgresseur prend des risques et son œuvre murale lui a d’ailleurs valu une violente agression physique de la part de 4 jeunes contestataires. "Je resterai volontairement vague sur la description de ces lâches et le lieu exact où ça s’est passé, car pour moi peu importe d’où ils viennent, leur couleur de peau, leur religion ou leurs idées politiques. (…) rien ni personne ne m’empêchera de m'exprimer, de pratiquer mon art, et de me battre pour mes idées. Demain je retournerai coller, après-demain et le jour d'après aussi. Nos idéaux valent plus que leurs idées basses" écrivait-il quelques jours plus tard sur sa page Facebook.

Coexist, pour la paix entre les religions

Ainsi est né "Coexist", une hymne à la tolérance, au vivre-ensemble et à la paix entre les religions. Le concept a muri suite aux tristes attentats qui ont décimés la rédaction de Charlie Hebdo en janvier 2015, et très certainement aussi le fruit d’une expérience personnelle. Comme à son habitude, le titre de l’exposition est déjà très équivoque, avec pour lettres composant le nom, le croissant musulman, l'étoile de David et la croix chrétienne qui forment un tout. En commémoration des grandes marches républicaines, l’exposition se veut être un mélange d’installations, de photographies, de peinture et d’affiches. Mais l’itinéraire se poursuit également hors-murs. Et comme Combo est avant tout un artiste abordable, il joue la proximité en installant son atelier in situ le temps de l’exposition. Les visiteurs peuvent donc le rencontrer, échanger ou l’observer en plein processus de création. L’exposition est visible jusqu’au 6 mars 2016, à l’Institut du Monde Arabe à Paris.



Par (dernière modification le 23/02/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Demain tout commence - 17/12/2016

1 2 3 4 5 » ... 72




Dans nos blogs :

Classement des 5 personnalités qui vont marquer l'année 2017

Sur grand ou petit écran, à la radio ou dans les urnes, ils vont être omniprésents en 2017 grâce à leur culot. Autant donc retenir le nom...

La question du sport au Koweït

Suite au maintien de la suspension du Koweït de toute compétition internationale par le CIO et la FIFA, une session parlementaire...

Koweït-Irak: des relations au beau fixe

A l’occasion de la tenue de la commission ministérielle mixte irako-koweïtienne, le 29 décembre 2016 à Bagdad, 53 accords et mémorandums...



Le Podcast Journal sur :