Connectez-vous S'inscrire
Le Podcast Journal - podcastjournal.net 


Jeudi 23 Octobre 2014
12:08
 


Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur l'écran avec fond noir ou blanc (icône imprimante ci-dessous)
Alain Tossounon

Culture du jatropha au Bénin: Une réponse aux besoins locaux en énergie

20/04/2012
Lu par 1717 visiteurs web

Confrontées à la dure réalité de la non disponibilité et à la cherté du carburant, les communautés rurales des communes du Zou en dehors d’Abomey et de Bohicon, pourront bientôt souffler un "ouf" de soulagement. Avec la filière montante de jatropha, les besoins locaux en énergie pourraient être comblés et les populations accablées par la pauvreté espèrent désormais améliorer leurs revenus.


Un engouement sans appel des producteurs

Photo (c) Alain Tossunon
Photo (c) Alain Tossunon

podcast_jatropha_benin.mp3 Podcast Jatropha Benin.mp3  (383.69 Ko)

Joseph Gnonhoué est producteur de coton à Zagnanando. Mais avec les problèmes que connait ce secteur, il a choisi, à coté du coton, de faire la culture de jatropha. "Quand il y a la chute du coton, nous sommes coincés et on fait aujourd’hui le Jatropha; c’est une expérience que nous avons commencée, il y a 4 ans". Loin d’être un simple essai, Il espère beaucoup de cette nouvelle expérience pour gagner un peu d’argent. "Le jatropha, c’est un complément. C’est pour avoir une autre source de revenu", signale Joseph Gnonhoué.

Mais si, le jatropha apparaît comme un autre moyen de gagner de l’argent pour ce producteur, il est avant tout une énergie de substitution. Une réponse à la non disponibilité du carburant et à sa cherté. "Ici, le problème de gasoil se pose avec acuité et c’est pourquoi les producteurs veulent faire cette culture", renseigne le Responsable du Centre Communal de Promotion Agricole, Alain Dossi.

Après une recherche-action conduite par le Groupe Énergie Renouvelable Environnement et Solidarité (GERES) en 2009, l’huile végétale extraite des graines du jatropha, a prouvé qu’elle pouvait être utilisée comme du gasoil dans les moteurs. C’est le début d’une nouvelle aventure pour le Geres qui, en l’absence d’une référence technique, a travaillé à définir un itinéraire technique pour cette plante sur le plan agronomique dans une approche participative avec des producteurs, des agents des Centres Communaux de Promotion Agricole (CeCPA) et des experts de l’Institut International d’Agriculture Tropicale (IITA).

Aujourd’hui, grâce au programme Agro-carburants Locaux, Territoires Ruraux et Energies (ALTERRE) soutenu par plusieurs bailleurs, la culture du jatropha prend de l’envol. Et avec l’appui de la Banque Mondiale, à travers les fonds BEIA (Biomass Energy Initiative in Africa) qui s’élève à 90.155 dollars (soit environ 45 millions FCFA), une première usine d’extraction d’huile de jatropha est en cours de construction. Une fois installée, cette usine aura une capacité de production de 240 à 250 litres par jour. Cette huile extraite sera destinée aux moulins à maïs, mais aussi aux plateformes multifonctionnelles installées dans la région.

Ainsi, passé le cap de l’expérimentation, c’est toute une filière qui se développe au profit des communautés rurales. Mais le chef de mission du Geres, Raymond Azokpota, est ferme. Loin d’une production à grande échelle, l’approche utilisée est celle d’une filière de proximité dont la production est exclusivement consacrée à la satisfaction des besoins au niveau local. Ceci pour éviter toute polémique par rapport au débat international qui a cours sur la production des biocarburants et surtout pour ne pas compromettre la sécurité alimentaire pour les populations.

Pour une nouvelle filière qui prend corps, l’engouement des producteurs sur le terrain est sans faille. Puisque, de 20 producteurs en 2008 au départ dans la commune de Zangnanado, la filière mobilise aujourd’hui environ 700 producteurs répartis dans 7 communes du Zou (Zagnanado, Covè, Djidja, Ouinhi, Zogbodomey, Agbangnizoun, Zakpota). A terme, pour les 7 communes, c’est une superficie de près de 101 hectares qui est envisagée.

Un intérêt manifeste des producteurs qui au-delà de la satisfaction de la demande locale recherchée, espèrent en tirer grand profit. C’est le cas de plusieurs femmes, hier revendeuses ou productrices qui ne veulent pas rester en marge de cette expérience en marche. "Je suis très contente pour cette usine qu’on va construire ici. Moi-même, je possède un moulin à maïs, et je cultive trois quart d’hectare de jatropha. Avec ce que j’entends dans les autres villages, l’huile de jatropha va me permettre de faire marcher mon moulin à moindre coût, parce que le gas-oil nous revient très cher. Et je suis sure que je vais pouvoir me faire beaucoup d’argent grâce au jatropha", nous confie Catherine Davi à Banamé dans la Commune de Zagnanado.

Mais, pour en arriver là, il a fallu faire une sélection qui tient grand compte de la disponibilité en superficies cultivables, de la main d’œuvre dont disposent les producteurs. Et en fin de compte, pour ne pas menacer la sécurité alimentaire, c’est le dixième des superficies cultivables et parfois des terres qu’ils ont laissées en jachère qui sont utilisées.

Avec le partenariat établi avec les Centres Régionaux de Promotion Agricole (CeRPA) et les Centres Communaux de Promotion Agricole (CeCPA), l’accompagnement des producteurs est assuré. Pour l’heure, le chargé de mission de l’ONG Geres dans le cadre du programme ALTERRE, Pascal Ahinouhossou, affirme que les hypothèses de rendement donnent 2 tonnes à l’hectare à partir de la 5e et la 6e année, vu que le jatropha est une plante pérenne. Et, ajoute-t-il, les premiers essais montrent qu’il faut 4 kg et demie de graine pour produire 1l d’huile de jatropha.

Afin de poursuivre les réflexions et minimiser les risques environnementaux, le Geres a créé une plateforme d’échanges au niveau de l’Afrique de l’Ouest appelée "Jatroref" pour alimenter le débat, enrichir cette expérience et la partager au niveau de la région ouest-africaine. Et la Direction Générale de l’Énergie (DGE), avec un œil vigilant, s’assure des aspects réglementaires.

Dans les 7 communes du Zou, le jatropha a un bel avenir, l’intérêt des producteurs qui ne manquent pas d’attente pour accroitre leurs revenus est manifeste. Il reste que le gouvernement et ses partenaires soutiennent davantage cette culture expérimentale pour combler les besoins locaux en énergie tout en menant un combat efficace dans ces localités en proie à la pauvreté.

Par Alain Tossounon — Nombre de lectures web de cet article (hors podcasts, smartphones et tablettes): 1717 fois — Contenu mis à jour le 10/05/2012



Tags : Bénin, jatropha


1.Posté par Aubagne le 10/05/2012 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour, merci pour les informations intéressantes contenues dans cet article!

2.Posté par juste calixte EKPINDA le 21/07/2012 18:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonsoir
j'ai lu l'article il est vrai c'est une filière qui tot ou tard rendra l'afrique autonome,...  

3.Posté par juste calixte EKPINDA le 21/07/2012 18:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

comment l'huile est elle produite? jaimerais savoir en fait si c'est une transformation simple co...  

4.Posté par TOSSOUNON Alain le 25/07/2012 17:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci pour vos commentaires. Pour compléter les informations de cet article notamment en ce qui c...  

5.Posté par IDRISSOU LOUROUWANOU le 07/08/2012 13:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bonjour juste encouragé les chercheurs sur l'or vert

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 37











Partager ce site


Publicité


Vous pouvez visualiser nos articles sur fond blanc aussi, sur www.podcastjournal.net




visiteurs différents