Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Lea Raso della Volta
20/11/2009

Didier Mencoboni repousse..... les frontières


A la manière d'un musicien qui composerait sur le mode exclusif de la variation, le peintre Didier Mencoboni multiplie les jeux formels et les combinaisons chromatiques afin d'élargir le registre d'expression de la peinture ; à l’instigation du FRAC PACA une exposition, lui est consacrée au Château-Mairie de Tourrettes / Loup du 20 novembre au 30 mai 2010.


Didier Mencoboni repousse..... les <i>frontières</i>
Tout est organisé, mûrement pensé, le fruit d’une rigueur mathématique voire géométrique ; comment ne pas évoquer, quand on parle de la peinture de Didier Mencoboni, les prestigieux précurseurs, que furent Klee, Matisse, Miro ? qui ont occupé une place importante dans son approche de l’art, et conforté son importante relation à l’abstrait.

Cette même abstraction alliée au concept et à la couleur, dont il a fait le moteur de sa création ; avec une question récurrente que l’on retrouve, comme un véritable fil à plomb dans son oeuvre picturale : qu’est-ce que la peinture ? et surtout comment montrer la peinture ?.

Car la mise en scène participe activement à sa peinture, mais Didier Mencoboni préfère parler de mise en situation ; un art de représenter ou d’organiser qui fait abstraction du support ; comme ce fut le cas dans le métro de Toulouse où il créa un motif fait de billes au chromatisme varié, destinées à répandre la couleur sur les quais, grâce à une source de lumière venue du haut de l’édifice. Une expérience couronnée de succès qui a fait de l’artiste un plasticien hors pair.


L’infini…. pour horizon


Et même lorsqu’il semble s’éloigner de la peinture et son support nécessaire : le tableau reste au cœur de ses préoccupations ; avec un objectif qui est d’aller au delà de l’espace fini et des limites imposées.

Limites qu’il semble vouloir repousser de toutes les manières, comme il le précise " j’ai toujours été « travaillé » par la notion d’infini et par le désir d’un projet plus ambitieux que la réalisation d’un tableau". Et il le prouve avec les tableaux qui ornent la grande salle du château de Tourrettes / Loup où les toiles se déclinent en différentes couleurs et dont la particularité est d’avoir une ligne d’horizon suggérant que l'œuvre poursuit sa vie ailleurs y compris dans la toile voisine : across the Border comme le dit Bruce Springsteen dans une chanson qu’écoute en boucle son fils et qui a incité Didier Mencoboni à s’en inspirer pour baptiser son exposition… Vers la frontière.

Une idée de l’infini que le visiteur retrouve avec les calques qui laissent supposer que l’œuvre reste à jamais inachevée, plongeant dans l’infini, mue par une vie qui lui est propre je ne peux me résoudre à accepter qu’une œuvre soit achevée .

Et pour donner le sentiment d’un espace sans fin, le peintre élargit le registre d’expression de la peinture en mélangeant la couleur à l’utilisation répétée de motifs géométriques qui n’ont aucune temporalité, sorte de météorites qui se promènent dans l’espace.


Les Etc, une nouvelle approche de la peinture sérielle ?


Lorsqu'on évoque la peinture sérielle on pense à la fameuse soupe Campbell déclinée et immortalisée par Andy Warhol ; rien de tout cela pour Didier Mencoboni qui bien qu’attaché à l’idée de série, consacre une grande partie de son travail au traitement de l’ensemble. Il effectue depuis 1990 une série de petits tableaux intitulés …Etc..., ; des toiles qu’il qualifie de romanesques et qui s’apparentent à un système .

L’œuvre que l’on retrouve empilée comporte plus de deux mille quarante tableaux ; ce qui fait d’elle une œuvre insaisissable dans sa totalité physique : "J’arrive aujourd’hui à une œuvre qui n’a pas de forme précise et elle en devient un matériau que je peux réinvestir".

Mais il ne se limite pas uniquement à la peinture la plus formelle ; il la met aussi en espace étant bien entendu que les tableaux s'accrochent dans le temps comme dans l'espace .

En travaillant de manière sérielle, sur des ensembles intitulés les piles, les étagères, les projections, les soies ou les aquarelles baptisées par l’artiste Random remake ou encore une étagère à laquelle il a donné le nom Don’t stop qui représente un ensemble de dalles aux traits fins que le galeriste a pour tâche quotidienne de modifier, comme pour suggérer une vie car dans la conception de Didier Mencoboni, la peinture est avant tout dynamique et par nature elle doit engendrer le mouvement.

Avec sa série d’aquarelles faites sur papier japon, l’artiste matérialise son trait. Le désir d’œuvre infinie de l’artiste s’ouvre ainsi sur de nouveaux territoires, de nouvelles architectures, d’incroyables projections, dessins d’une précision extrême ; autant de fuites en avant qui réinventent un temps et un espace propres à sa peinture.

L'exposition de Didier Mencoboni aura lieu du 20 novembre au 30 mai 2010 au Château-Mairie de Tourrettes-sur-Loup.


Par Lea Raso della Volta (dernière modification le 20/11/2009)




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: ragondin, raie, raton laveur... Ragondin...



Le Podcast Journal sur :