Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
20/05/2016

Dilma Rousseff destituée, Michel Temer président intérim du Brésil


Jeudi 12 mai 2016, le Sénat brésilien a voté pour la destitution de la présidente actuelle. Dilma Rousseff est donc suspendue pour six mois, en attendant d'être jugée par les sénateurs. C'est le vice-président, Michel Temer, qui assurera les fonctions de chef d’État durant cette période.


Michel Temer devient président du Brésil pour les six prochains mois. Photo (c) Romério Cunha
Michel Temer devient président du Brésil pour les six prochains mois. Photo (c) Romério Cunha

dilma_roussef_destitution.mp3 Dilma Roussef destitution.mp3  (106.94 Ko)


Après une séance de 20 heures, la mise en accusation de Dilma Rousseff a été soutenue par 55 sénateurs, tandis que 22 se sont opposés à la motion.

Dans un procès qui pourrait durer jusqu'à 180 jours, le Sénat va devoir déterminer si la présidente est coupable ou non d'avoir manipuler les comptes budgétaires durant la course pour sa réélection en 2014.

"La destitution est une tragédie pour le pays. C'est un traitement amer mais pourtant nécessaire", a déclaré le sénateur de l'opposition Jose Serra. "Continuer avec l'administration Rousseff serait une plus grande tragédie. La situation du Brésil deviendrait insupportable" a t-il ajouté.

Du côté du gouvernement, la présidente et ses partisans du PT (parti des travailleurs) continuent à dénoncer les mécanismes d'un coup d'état déguisé contre un dirigeant démocratiquement élu. Le leader du PT au Sénat, Humberto Costa, a déclaré: "L'élite brésilienne, la classe dirigeante, qui ne cesse de traiter ce pays comme si il était son droit héréditaire, ne peut pas apprécier la démocratie".

Le vote pour la destitution de la présidence Rousseff survient à la suite d'une succession d'évènements qui traduisent le chaos dans lequel se trouve actuellement la politique brésilienne.

Début mai, le chef de la chambre basse Eduardo Cunha, qui a dirigé la procédure de destitution contre Rousseff et qui se trouve être le troisième dans la ligne de succession à la présidence, a été suspendu pour entrave à la justice.

Lundi 9 mai 2016, le chef par intérim de la chambre basse, Waldir Maranhão a déclaré que le vote du mois d'avril pour la destitution de Dilma Rousseff devait être annulé. Il est revenu, le jour même, sur sa décision, pour par la suite appuyer le Sénat dans sa volonté de poursuivre la procédure.

Michel Temer le vice-président, qui au cours des dernières semaines s'est préparé à prendre la succession de la présidence, est lui aussi susceptible de faire face a une procédure qui mènerait à sa destitution.

Parallèlement, près de la moitié des législateurs et des sénateurs brésiliens sont aujourd’hui cités dans des affaires de corruption ou d’enquêtes criminelles.

Le Brésil connait une crise économique et politique historique. Michel Temer, le nouveau président, doit aujourd’hui gouverner un pays divisé. Les récents sondages prouvent que la population ne se satisfait pas des derniers évènements politiques. Aujourd’hui, la majorité des Brésiliens souhaitent voir s'organiser de nouvelles
élections. Michel Temer, certainement influencé par sa faible côte de popularité, exclu pourtant cette éventualité.




Par (dernière modification le 19/05/2016)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 58




Dans nos blogs :

L'UNICEF s'alarme: 1,4 million d'enfants risquent de mourir de faim dans quatre pays d'Afrique

Près de 1,4 million d'enfants peuvent mourir de la famine cette année au Nigeria, en Somalie, au Soudan du sud et au Yémen, selon le Fonds...



Le Podcast Journal sur :