Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
11/02/2011

Edito : Ecoutez un regard décalé


Instauré le 1er décembre dernier, le service diplomatique de l'Union européenne fait beaucoup parler de lui et malheureusement pas pour se féliciter de ses résultats. Sa représentante, l'Anglaise Catherine Ashton a bien du mal à s'imposer face aux présidents de la commission européenne et du Conseil européen sans parler des ministres des Affaires étrangères des différents pays de l'Union.


Edito : Ecoutez un regard décalé
Les résultats de ce nouveau service européen sont encore décevants et c'est peu de le dire dans le contexte actuel où l'Union a eut maintes occasions - un fait exprès comme pour démontrer son incapacité - de faire entendre sa position commune face à des pays en crise comme la Tunisie ou encore l'Egypte sans parler de la Biélorussie, même si Bruxelles semble manifestement plus à l'aise avec les pouvoirs autoritaires centre-européens qu'avec ceux du Maghreb.
Rappelons qu'il a déjà fallu pratiquement un an jour pour jour depuis la signature du traité de Lisbonne pour que le SEAE se mette en place. Nous avons tous été témoins des nombreux crocs-en-jambes que la baronne a dû contrer, face à des pays membres très jaloux de leur pouvoir régalien et dans le cas qui nous intéresse aujourd'hui, de leurs prérogatives en matière d'Affaires étrangères.
Il est vrai que la situation est un peu confuse. Car outre Catherine Ashton, vice-présidente de la Commission et coordinatrice de la majorité des dossiers traitant des relations extérieures, d'autres commissaires sont également impliqués à travers la politique commerciale commune, l'aide au développement ou encore l'aide humanitaire. Il est bien entendu qu'une politique étrangère peut évidemment comporter ces trois volets et plus encore, mais elle se doit surtout d'avoir une opinion sur les événements extérieurs. Il faut une position commune qui n'existe pas aujourd'hui où alors si tardive, si tirée par les cheveux que celui lui enlève souvent tout contenu concret.
On a bien pendant un temps essayé de justifier ce manque de visibilité et d'action en le mettant sur le dos de celle que certains appellent "la femme invisible", je veux parler de Catherine Ashton évidemment, mais si on y regarde de plus près, force est de reconnaître que l'incapacité de l'Union à mettre en place une vraie politique européenne ne date pas d'hier. Et ce n'est pas faute de n'avoir pas pointer avec délectation pour certains, toutes les erreurs faites par la nouvelle responsable du SEAE.

Malgré le fait qu'on essaie de nous faire croire le contraire, j'entends par la nous convaincre que l'Union européenne a effectivement une politique étrangère, il n'en est clairement rien. Car même si aujourd'hui, l'Union européenne est la première puissance commerciale et industrielle du monde, elle n'est toujours pas dotée d'une vraie politique étrangère. Il ne faut en effet pas confondre 'actions extérieures" et "politique étrangère". L'une est à la remorque des événements mondiaux, se met en place à la suite de conflits ou de catastrophes naturelles, la seconde au contraire, concertée, devrait allier action et réflexion. Ainsi, les Etats membres de l'Union européenne sont les premiers donateurs en faveur des pays en développement – qui le sait d'ailleurs puisque peu est communiqué sur le sujet et qu'on n'utilise même pas ce puissant levier pour se faire entendre et respecter, confère la façon dont Bruxelles a géré l'après tremblement de terre à Haïti, il y a maintenant un peu plus d'un an. L'Union multiplient accords de coopération et programmes financiers mais est incapable de dépasser l'aspect technique des questions étrangères. Ces réponses techniques et financières ne combleront jamais le déficit d'une politique commune concertée. Il s'agit manifestement d'une faille dans le système, d'une faiblesse entretenue par les Etats même qui la compose et qui continuent par exemple à entretenir des postes diplomatiques dans les pays de l'Union où celle-ci est aussi représentée. Quelle gabegie des deniers du contribuable ! Quand fermerons-nous les ambassades nationales dans les pays de l'Union ? On nous rabat les oreilles sur la crise financière que traverse le Quai d'Orsay, ne serait-ce pas une merveilleuse occasion de faire des économies ? L'on nous rétorquera que ce n'est jamais si simple. Ah bon, pourquoi ?

edito110211.mp3 edito110211.mp3  (3.69 Mo)




Par (dernière modification le 11/02/2011)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

De profundis - 02/07/2017

Au spectacle ce soir - 28/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 12





Dans nos blogs :

Comment rafraîchir nos animaux de compagnie en période estivale

C’est l’été… et avec l’arrivée des beaux jours, la chaleur, voire la canicule. Comment veiller au bien-être de votre compagnon à quatre...



Le Podcast Journal sur :