Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
16/09/2011

Edito : Ecoutez un regard décalé


Depuis 20 ans, à la rentrée de septembre, Krynica, dans le sud-est de la Pologne, accueille un forum économique. Sans avoir la prétention de rivaliser avec celui de Davos, il réunit des élites économiques, politiques principalement d’Europe centrale et orientale mais aussi des médias, des ONG ou encore des universitaires. Au total, environ 2000 personnes venant d'une soixantaine de pays de la région principalement. Cette année, l'événement a pris une dimension particulière, puisque rappelons-le, le pays hôte préside l'Union européenne.


Edito : Ecoutez un regard décalé

editopodcastjal140911.mp3 editopodcastjal140911.mp3  (3.68 Mo)


Cela a été l'occasion pour les représentants des derniers pays entrants de l'Union, de manifester leur mécontentement face à l'attitude des anciens membres. Et plus particulièrement de la France et de l'Allemagne qui, sous couvert d'une meilleure efficacité, ont érigé leur coopération bilatérale en système incontournable de négociation, estimant certainement ne pas pouvoir ou devoir s'encombrer d'un système basé sur l'unanimité. La démocratie, c'est bien gentil, mais cela a ses limites. Le Premier ministre polonais Donald Tusk a par conséquent profité de cette tribune, pour rappeler et pour affirmer la volonté des pays d'Europe centrale et orientale de vouloir voir désormais leur avis pris en compte et pour se poser comme d'habitude en porte-parole non seulement de son pays mais aussi des Etats voisins. Depuis le début de sa présidence, la Pologne tente pour l'instant sans succès de participer aux négociations de la zone euro.
La question est d'une telle actualité que le thème du forum de cette année était "Le dilemme européen, partenariat ou rivalité ?"
Si le problème se pose d'un point de vue politique, en ces temps difficiles c'est surtout l'aspect économique et financier qui a prévalu. Ces anciens pays communistes, revenus de très loin, et qui ont accepté de faire de gros efforts pour respecter les critères de Maastricht, ne veulent plus admettre que les anciens membres n'aient
pas la même volonté. Leur mécontentement tout d'abord exprimé à Krynica, l'a ensuite été à Bruxelles, lors d'une réunion des ministres des Affaires européennes. Les représentants de sept pays d’Europe de l’Est, Pologne, République tchèque, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Lituanie et Lettonie, ont carrément organisé une "contre-réunion" pour protester contre le fait qu'ils ne sont pas consultés sur la réforme de la zone euro. Certes, ils n'en font pas encore partie, mais cela les concerne directement puisque candidats. Pour eux, c'est une question de principe, car dans le fond, ils ne sont pas hostiles au système mis en place. La menace brandie est d'organiser des référendums pour savoir si leurs populations sont toujours d'accord pour intégrer la zone euro. Dans la situation actuelle, le risque est majeur, et il est pratiquement certain que le non l'emporterait. Et il est tout aussi certain que l'Union européenne n'a pas besoin aujourd'hui d'une autre crise de ce genre. La Commission européenne vient de publier un rapport qui précise que malgré une certaine reprise économique et les mesures d'assainissement en cours, l'endettement public de l'Union européenne restera très élevé, jusqu'à 83,3% en 2012 avec néanmoins l'espoir que la dette se stabilisera à la fin de l'année prochaine. Et parmi les pays bons élèves – c'est-à-dire ceux qui ont réussi à réduire leur déficit public – à quel prix me direz-vous, deux se trouvent en Europe centrale, la Bulgarie et la Hongrie.
D'ailleurs, cette dernière reste sur sa lancée. Après avoir réussi à réduire son déficit public grâce à la nationalisation des retraites, elle vient d'annoncer par la voix de son Premier ministre Viktor Orbán, le remboursement définitif des dettes en devises étrangères, notamment en francs suisses, à un taux fixe préférentiel. On se souvient que plus d'un million de Hongrois se sont endettés avec des emprunts en devises étrangères, ce qui les a placés dans une situation inextricable lorsque lesdites devises se sont envolées sur les marchés. Comme à son habitude, Viktor Orbán n'a pas consulté, en l'occurrence les partenaires financiers. Il s'agit pour lui d'une question de survie économique et il préfère que ce soient les banques qui paient plutôt que le particulier hongrois, qui paie lui de toute façon, et depuis longtemps. Les réactions européennes ne sont pas enthousiastes, comme il fallait s'y attendre.


Par (dernière modification le 16/09/2011)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 11




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :