Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
19/10/2016

Élections législatives au Maroc: une deuxième victoire pour le PJD


C'est officiel, Abdelilah Benkirane rempile pour un second mandat malgré les "forces de l'ombre" conspirant pour sa chute, comme il s'en est souvent plaint.


Photo (c) Magharebia
Photo (c) Magharebia

legislatives_3.mp3 Législatives Maroc.mp3  (206.43 Ko)


Tout a commencé avec le "mouvement du 20 février" ou le "printemps Marocain", dont les revendications majeures faisaient appel à des réformes politiques et sociales. Le roi Mohammed VI annonce alors une réforme constitutionnelle et le déroulement d’élections législatives anticipées; l’atmosphère du pays est ainsi rapidement tranquillisée et le mouvement du 20 février est totalement éradiqué de la scène sociopolitique.

En 2011, ces élections sont remportées pour la première fois par les islamistes du Parti de la Justice et du Développement. Après 5 ans au pouvoir, le PJD est une nouvelle fois à la tête des législatives de l’année 2016 avec 125 sièges au total face à son rival le PAM (Parti Authenticité et Modernité) avec 102 sièges. "Je crois que ce jour est un jour de bonheur pour les Marocains (…). C’est le jour où la démocratie a gagné", lance Abdelilah Benkirane, leader du PJD, dans la nuit du 7 au 8 octobre 2016. Très fier, son parti a enregistré d’"excellents" résultats de scrutin.

Néanmoins, les élections ont été marquées par certaines tensions et hostilités. Le PAM refuse toute alliance avec le PJD: le secrétaire général du PAM, Ilyas El-Omari, affirme à des journalistes à Casablanca que le parti adverse a un "agenda caché" qui aboutirait inévitablement au "complot mondial des Frères musulmans" dès l’instant où Abdelilah Benkirane en aura les moyens. Beaucoup ont jugé: "la marche anti-PJD du 18 septembre contre la frérisation de la société et l’islamisation de l’État, comme étant l’œuvre du PAM".

Pour sa part, Abdelilah Benkirane se dit victime de brimades, d’interdictions de meetings et d’achats de votes. Il qualifie ces ultimatums de "Tahakkoum" (autoritarisme) et ces hostilités seraient menées par des "forces de l’ombre". Il continue à affirmer son image propre et incorruptible face aux obstacles.

Malgré l’enregistrement de plaintes pour anomalies, le Conseil de l’Europe a jugé le scrutin comme "intègre" pendant sa mission d’observation.




Par (dernière modification le 19/10/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :