Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.L.

General Elektriks le maestro est de retour

Vos articles dans votre Podcast Journal


Après le succès tant médiatique que public de l'album "Good City for Dreamers" paru en 2009 (incluant l'imparable titre "Raid the Radio", plus de 200 concerts dont une Cigale, un Bataclan et un Olympia complets en 2009-2010), General Elektriks continue de nous faire rêver. Et de nous faire voyager.


Auteur, compositeur, multi-instrumentiste, GE est aussi un producteur de génie et un dénicheur de talents (Pigeon John, Honeycut, Antonionian...).

Il y a deux ou trois choses à savoir sur RV Salters avant d’écouter le nouvel album de General Elektriks:
- Stevie Wonder, Sly Stone, et Bowie sont des sujets sur lesquels il vaut mieux ne pas le lancer si votre temps est compté.
- Le clavinet n’est pas le nom d’une station balnéaire.
- Il est le seul maître à bord de General Elektriks, son âme, son compositeur et interprète.
- Évitez aussi de le surnommer le sorcier des claviers. Parce que c’est déjà fait, et que tout le monde est d’accord là-dessus, à commencer par ses ex-partenaires : -M-, Femi Kuti ou Vercoquin. Exilé volontaire depuis 1999 à San Francisco, Salters en a profité pour intégrer une bonne école de surdoués et affiner son art sous le soleil de Californie : le collectif Quannum (les rappeurs de Blackalicious, ou Lyrics Born, notamment...)
- Il produit tous ses disques, bosseur acharné sur les textures, et perfectionniste sur la console.
- Sachez surtout que son album précédent, "Good City for Dreamers", en 2009, a été une révélation. Pour le public (en sueur), mais surtout pour lui. En 2003, son premier disque "Cliquety Cliqk", était une carte de visite sans vraie prétention, réalisée dans l’ombre, poignée de bidouillages groovy pour mélodies de poche. "Good City For Dreamers" était plus abouti. Surtout, en le portant à la scène, en laissant s’embraser en live les inoubliables "Helicopter" ou "Raid The Radio", changement de perspective : le sorcier des claviers (oh, pardon…) découvre pleinement le potentiel de son cocktail positif, mixant pop euphorisante et groove vintage.
- Sachez d’ailleurs qu’il vaut mieux faire quelques assouplissements avant un concert du groupe, le Français et sa bande de copains ayant une fâcheuse tendance à transformer toutes les nuques en hochets dès qu’ils sont sur scène.

Cliquez ici pour accéder à la page de General Elektriks sur amazon


27/08/2011




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Expo "Ecce Terra" - 18/11/2017

Le "Projet 99" - 29/10/2017

Noon, une voix en or - 23/10/2017

1 2 3 4 5 » ... 78





Dans nos blogs :

Le calvaire des ânes tués pour fabriquer une gélatine

Une nouvelle enquête révèle les dessous du commerce chinois des peaux d'ânes, qui sont bouillies pour produire un "médicament...

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...



Le Podcast Journal sur :