Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

Italie: Exploitation des travailleurs migrants

Communication de notre partenaire


Dans un rapport publié le 18 décembre 2012, "Exploited labour: Migrant workers in Italy’s agricultural sector", Amnesty International met l’accent sur la terrible exploitation des travailleurs migrants originaires d’Afrique subsaharienne, d’Afrique du Nord et d’Asie, employés pour des travaux peu qualifiés, souvent saisonniers ou temporaires, pour la plupart dans le secteur agricole, dans les provinces de Latina et Caserte, dans le sud de l’Italie.


Le rapport fait remarquer que l’exploitation de ces travailleurs est un phénomène répandu dans toute l’Italie*.

"Depuis 10 ans, les autorités italiennes attisent l’angoisse de la population, en affirmant que la sécurité en Italie est menacée par une immigration " clandestine " incontrôlable, ce qui justifierait des mesures strictes en matière d’immigration. Ces mesures mettent les travailleurs migrants dans une situation juridique précaire, ce qui en fait des proies faciles pour l’exploitation. Si les autorités d’un pays ont le droit de contrôler l’immigration, elles ne sauraient le faire au détriment des droits humains de personnes présentes sur leur territoire, notamment de travailleurs migrants. Pour eux, cela se traduit bien souvent par des salaires très inférieurs au minimum national, des baisses arbitraires de salaires, des retards de paiement, voire le non-paiement des salaires, et des horaires de travail excessifs. Le problème est à la fois répandu et systémique", a expliqué Francesca Pizzutelli.

En Italie, les autorités contrôlent le nombre de migrants au travers de politiques migratoires qui fixent des quotas pour les différents types de travailleurs, en délivrant des permis de séjour sur la base de contrats d’embauche écrits. Cependant, ces quotas sont largement inférieurs à la demande réelle en main d’œuvre immigrée. Ce système, à la fois inefficace et susceptible de donner lieu à des abus, accroît le risque d’exploitation au travail.
Les employeurs préfèrent embaucher des travailleurs se trouvant déjà dans le pays, sans se soucier des quotas d’entrée fixés par le gouvernement. Certains travailleurs saisonniers voient leurs papiers expirer, tandis que d’autres obtiennent des visas d’entrée grâce à des agences, mais ne parviennent pas à décrocher de permis de séjour parce qu’ils n’ont pas de contrat.

En conséquence, beaucoup se retrouvent avec des papiers non valides, ce qui les classe dans la catégorie des migrants en situation irrégulière et les expose à l’expulsion s’ils sont attrapés.
La loi italienne érige en infraction "l’entrée illégale et le séjour illégal" dans le pays, mettant ainsi à l’index les travailleurs migrants en situation irrégulière et avivant la xénophobie et la discrimination à leur encontre. Ils se retrouvent dans une position où ils ne peuvent pas demander justice lorsqu’ils sont peu ou pas payés, ou font des horaires excessifs. S’ils se plaignent d’être exploités auprès des autorités, ils sont bien souvent arrêtés sur-le-champ, placés en détention et expulsés en raison de leur situation irrégulière.

* Début 2011, on estimait à 5,4 millions le nombre d’étrangers présents sur le territoire italien, c’est-à-dire à peu près 8,9 % de la population. Parmi eux, 4,9 millions ont des papiers en règle qui leur permettent de séjourner dans le pays. On estime qu’un demi-million de migrants ne possèdent pas de documents en règle et sont donc des migrants en situation irrégulière.
Dans les secteurs de l’agriculture et du bâtiment, dans plusieurs régions du sud de l’Italie, l’exploitation des travailleurs migrants est généralisée. Leur salaire est inférieur de 40 % en moyenne au salaire des Italiens pour le même travail et ils travaillent de nombreuses heures. Les victimes de cette exploitation sont des immigrés africains et asiatiques, certains ressortissants de l’Union européenne (Bulgares et Roumains pour la plupart), et des citoyens de pays d’Europe de l’Est non membres de l’UE (notamment des Albanais).

italie_7.mp3 Italie.mp3  (515.23 Ko)



29/12/2012




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: renard, requin, rhinocéros... Renard roux...

La ville des chiens schtroumpfés

L'histoire des petits hommes de Peyo est imaginaire, tandis que celle des animaux devenus bleus est bel et bien moche et tristement réelle!...



Le Podcast Journal sur :