Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
07/06/2016

Iwacu, lueur d’espoir dans les heures sombres du Burundi


Depuis la tentative de coup d’État au Burundi en mai 2015, les autorités ont la mainmise sur la plupart des médias. Iwacu, l'un des derniers médias indépendants, lutte pour sa survie afin de continuer à faire la lumière sur la crise que traverse le pays.


Un an de censure des médias burundais

Pierre Nkurunziza. Image du domaine public.
Pierre Nkurunziza. Image du domaine public.

iwacu.mp3 Iwacu.mp3  (1.3 Mo)


Le 26 avril 2015, le président du Burundi Pierre Nkurunziza annonçait sa candidature à un troisième mandat. Très vite, des voix se sont élevées pour contester la constitutionnalité de cette candidature. Puis ces contestations se sont transformées en une tentative de coup d’État, entraînant de violents combats entre loyalistes et putschistes.

Au cours de cette tentative de prise de pouvoir, plusieurs médias, qui avaient diffusé les messages des putschistes, ont été attaqués par les forces gouvernementales. Ils sont depuis lors toujours sous scellés - officiellement pour permettre d'identifier les responsables des attaques - mais aussi pour étudier la responsabilité de ces médias dans le putsch.

Si deux radios ont été autorisées à rouvrir, leur existence est précaire car elles peuvent être fermées sur simple décision du procureur. Leurs responsables ont par ailleurs dû accepter de limiter leur ligne éditoriale. C'est en raison de cette situation portant gravement atteinte à la liberté de la presse que le Burundi figure à la 156ème place du classement mondial établi par Reporters sans frontières.


Le combat pour la survie d’Iwacu

Le journaliste Antoine Kaburahe. Photo (c) Antoine Kaburahe
Le journaliste Antoine Kaburahe. Photo (c) Antoine Kaburahe
Selon Reporters sans frontières, plus d’une centaine de journalistes ont été forcés à l’exil au cours de cette année de crise. Parmi eux, Antoine Kaburahe. Celui-ci, faisant l’objet d’un mandat d’arrêt, s’est réfugié en Belgique en novembre 2015. Mais il n’a pas pour autant arrêté d’exercer son métier, et c’est depuis Bruxelles qu’il dirige désormais le groupe de presse Iwacu, qu’il a fondé en 2008.

Conscient que ses équipes vivent dans la peur des représailles et doivent faire preuve de beaucoup de prudence, Antoine Kaburahe tient à ce que son journal continue de paraître. En effet, il considère qu'il est primordial qu’une presse professionnelle et indépendante continue d’alerter la communauté internationale sur la crise profonde qui marque le Burundi.

Mais le contexte politique difficile du pays compromet également la survie financière du groupe de presse, confronté à une chute catastrophique des recettes publicitaires dont il dépend. Pour survivre, et notamment pour financer le prêt ayant permis l'acquisition de son imprimerie, Iwacu a lancé une campagne de financement participatif, qui a été couronnée de succès. Le journal est par ailleurs désormais partenaire du Monde Afrique, qui relayera les informations d'Iwacu sur la situation burundaise, de plus en plus difficiles à obtenir.

A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le travail d'Antoine Kaburahe, ancien élève de l’École Supérieure de Paris, en EAD, a été récompensé par une "médaille d’honneur" de la ville de Paris, lors d’une soirée célébrant les "héros de l’information". Une récompense qu'il a dédiée à ses confrères burundais.




Par (dernière modification le 06/06/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Journée des droits humains : les motards de noël embrasent les rues françaises

Ce samedi 10 Décembre, journée des droits humains, se déroulait la huitième parade de Noël des motards. Le principe est simple, chaque...

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...



Le Podcast Journal sur :