Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

J.N.B.L.

L'Union européenne et la violence homophobe

Communication de notre partenaire


L'Union européenne (UE) et ses États membres ne prennent pas les mesures qui s'imposent pour lutter contre les crimes de haine homophobes et transphobes et pour protéger toutes les personnes contre la discrimination, le harcèlement et la violence, écrit Amnesty International dans un nouveau rapport.


ue_1.mp3 UE.mp3  (232.65 Ko)


"La violence motivée par la haine a un effet particulièrement néfaste et prolongé sur les victimes. Pourtant, la législation de l'UE et de plusieurs de ses États membres ne reconnaît pas comme des crimes haineux les crimes qui sont fondés sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre présumées. Cela est inacceptable, car l'orientation sexuelle et l'identité de genre sont considérées dans le droit international relatif aux droits humains comme des motifs de discrimination protégés", a indiqué Marco Perolini, spécialiste de la discrimination en Europe et Asie centrale au sein d'Amnesty International.

Intitulé "À cause de ce que je suis: homophobie, transphobie et crimes de haine en Europe", le rapport d'Amnesty International, met en lumière les lacunes qui existent dans la législation de nombreux pays d'Europe, où l'orientation sexuelle et l'identité de genre ne sont pas explicitement mentionnées comme des motivations de crimes de haine. Le rapport met également le doigt sur le fait que certaines normes de l'UE sur les crimes de haine ne sont pas adaptées à la lutte contre la violence homophobe et transphobe.

Du fait du motif discriminatoire, une distinction est faite entre les crimes de haine et les autres actes criminels. Lorsque la police et les autorités judiciaires enquêtent et engagent des poursuites sur des actes criminels en se fondant sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre réelles ou supposées de la victime, il est essentiel qu'elles fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour découvrir les motivations qui sous-tendent ces actes.

D'après une récente étude menée dans l'ensemble de l'UE, 80 % des actes de violence homophobe et transphobe ne sont pas signalés à la police, souvent par crainte d'une homophobie et d'une transphobie institutionnalisées. Dans d'autres cas, les gays ne signalent pas les agressions dont ils sont victimes parce qu'ils ne vivent pas ouvertement leur homosexualité et qu'ils ont peur que leur entourage et leur famille la découvrent.

Dans certains pays, comme l'Allemagne, la Bulgarie, l'Italie, la Lettonie et la République tchèque, les dispositions relatives aux crimes de haine ne sont pas exhaustives puisqu'elles ne couvrent pas les infractions commises contre des personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, réelles ou supposées. Ailleurs, par exemple en Croatie et en Grèce, les lois relatives aux crimes de haine transphobes et homophobes ne sont pas correctement appliquées et il arrive que les motivations homophobes ou transphobes ne soient pas prises en compte par la police ou ne fassent pas l'objet d'enquêtes approfondies.


26/09/2013




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: renard, requin, rhinocéros... Renard roux...

La ville des chiens schtroumpfés

L'histoire des petits hommes de Peyo est imaginaire, tandis que celle des animaux devenus bleus est bel et bien moche et tristement réelle!...



Le Podcast Journal sur :