Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
19/06/2016

L'édito de la semaine: Le complot des Tartuffes !


Je plains les politiques. Comme il est difficile aujourd’hui de raconter tout et n’importe quoi pour orienter à dessein ce que l’on appelle l’opinion publique. Il fut un temps où le peuple volontairement peu éduqué et peu informé pouvait à loisir être manipulé. On pouvait par conséquent lui faire croire tout et n’importe quoi pour qu’il agisse par la suite dans le sens voulu par certains. Malheureusement pour eux, c’est de plus en plus difficile aujourd’hui.


edito_190616.mp3 Edito 190616.mp3  (451.02 Ko)


Car aujourd’hui, en plus d’un peuple de plus en plus éduqué quoi qu’on en pense, de plus en plus éveillé à la réflexion critique quoi qu’on en dise, il y a internet. La connaissance est directement liée à l’information et l’expression elle, cherchait son medium qu’elle a trouvé dans le web. Autrefois, il existait le théâtre de rue, les pamphlets, etc… aujourd’hui, c’est internet avec une efficacité tout autre car nous sommes désormais passés de l’ordinateur au téléphone mobile. Notre travail de critique de l’information officielle diffusée par les médias en manquant nous semble-t-il, est amplement facilité par la double source des nouvelles diffusées. L’esprit critique a heureusement toujours existé et le témoignage de la littérature française ou autre, en est la preuve. D’où l’importance de la connaissance enseignée à l’école que certains critiquent - et nous les comprenons car ce n’est pas dans leur intérêt de laisser expliquer Tartuffe aux élèves du secondaire voire de faire apprendre les fables de La Fontaine à ceux du primaire. C’est d’ailleurs intéressant de noter que c’est souvent lorsque la situation politique d’un pays se radicalise - cf l’état d’urgence dont l’urgence n’en finit pas - que la critique populaire se développe. De là, à penser qu’il y ait complot… il n’y a qu’un pas que nous ne franchirons pas… encore….
Nos gouvernants devraient néanmoins se pencher sur la question. La colère gronde dans les rues, les avis et autres opinions s’étalent sur les sites et ces mêmes gouvernants restent imperturbables, ne pensant qu’à une chose, le prochain rendez-vous électoral de l’année prochaine. Autant dire que tout en étant dans les starting blocks, ils restent sur la touche. Le pompon revient cette semaine au ministre de l’Intérieur. Celui-ci, le même qui malgré l’image qu’il tient à faire passer surtout à la télévision - le genre "droit dans ses bottes"; il y a des expressions ou des mots qui on ne sait pas pourquoi, ont un fond sonore - est largement débordé par l’actualité. Ces actualités qu’il essaie maladroitement de lier entre elles. De l’art d’associer les victimes du massacre d’Orlando avec les manifestants majoritairement de gauche contre la Loi du Travail proposé par un gouvernement socialiste qui ne l’est plus - de gauche - et le dernier acte terroriste d’assassinat du couple de policiers sous les yeux de leur enfant. L’exercice n’a pas fait peur à Bernard Cazeneuve. L’indécence du propos fut telle qu’elle ne manqua pas d’être largement reprise dans les médias sur internet et sociaux. Là où chacun peut s’exprimer sans pour autant à avoir à passer par un médium généraliste avec certes, les débordements que l’on connaît mais qui ne doivent pas pour autant décrédibiliser ni le propos ni le médium. Et c’est sans parler des déclarations du Premier ministre qui reproche à la CGT son incapacité à gérer les casseurs dont chaque manifestation semble flanquée alors même que nous voyons des scènes d’une violence rare, de saccage systématique de quartiers de villes par des supporteurs de football. Alors là, il fallait aussi oser, Valls n’a pas hésité.
Un mot encore. Certains journaux n’ont pas manqué de relever que les premiers titres publiés sur le massacre d’Orlando omettaient le fait que le club où avait été perpétré l’attentat était un club gay censé accueillir des personnes homosexuelles. Nombre se sont offusqués de cette absence d’information ne pouvant être que voulue, se censurant volontairement en partant peut-être du principe que cela enlevait une partie de l’horreur de l’acte. On pensera à juste titre que cette dernière réflexion est douteuse jusqu’au moment où l’on apprit que la Fédération internationale de football a refusé de rendre hommage aux victimes d’Orlando. Bien sûr pas à cause du fait qu’elles pouvaient potentiellement être homosexuelles mais peut-être quand même un peu.


Résumé des actualités de la semaine en vidéos



Par (dernière modification le 20/06/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :