Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Christian Colombeau
25/04/2009

LA DAME DE PIQUE A L'OPERA DE MONTE CARLO


VARIATIONS DIABOLIQUES DES JEUX DE L'AMOUR ET DES HASARDS


LA DAME DE PIQUE JOUE ET GAGNE DANS UNE HISOIRE DE FOU

LA DAME DE PIQUE A L'OPERA DE MONTE CARLO
La Dame de Pique de Tchaikovsky occupe une place de choix au sein du grand répertoire. L’esprit slave qui plane sur cet opéra révèle avant tout l’âme d’un compositeur écorché qui détourne à son compte les arguments de Pouchkine pour mieux extérioriser sa sensibilité à fleur de peau. On le sait, voilà une histoire ou se mêlent le fantastique et la réalité. Le rêve et la folie de Hermann, héros de l’histoire, sont confrontés avec une analyse psychologique d’une hantise. L’idée maîtresse de l’oeuvre, le conflit entre l’homme et le destin, entre la vie et la mort correspondait bien alors à l’état psychique du compositeur.
Le romantisme fantastique, la progression de la métamorphose méphistophélique d’Hermann, le puits sans fond dans lequel il se jette sous l’effet de l’obsession et de la névrose, la mécanique prométhéenne qui le dévore: autant de thèmes abordés dans cette production, non pas simple mise en image par Guy Joosten qui ne sent jamais le bigoudi ou la charentaise car vraie création théâtrale. Les costumes de Jorge Jara et les décors de Johannes Leiacker sont originaux, somptueux dans leur glaciale simplicité.

Joosten semble être remonté aux sources littéraires, au petit conte diabolique de Pouchkine où l’ivresse du jeu exclut tout autre sentiment et mène à la folie. On le sait, Tchaïkovski donne au héros Herrmann une dimension à la fois plus sentimentale et plus humaine. Ici il aime pour de bon Lisa, qui n’est plus la pupille malheureuse de la comtesse aux trois cartes, mais sa petite-fille. C’est pour elle qu’il veut percer le secret qui devrait lui donner les moyens de l’épouser. Egaré par sa passion des jeux, de l’amour, des hasards, il ne supportera pas de perdre là où il avait cru détenir la certitude de gagner. Son suicide dans une insoutenable indifférence générale sera inévitable.

« Prima La Musica ! ». C’est bien elle qui l’emporte dans le tourbillon que lève pour elle Dimitri Jurowski. En terrain conquis d’avance, le moscovite embrase ce cauchemar d’un damné. Sous sa baguette Tchaïkovski prend feu et rutile comme un diamant noir. Impossible de résister au torrent qu’il déclenche.

Avec ces chœurs immenses (on les dirait tous sortis des bords de la Volga) qui se reçoivent comme des uppercuts en pleine poitrine, le cast est unique, sidérant.
Impossible d’adresser un reproche sérieux à qui que ce soit.
Une première à l’Opéra de Monte-Carlo qui restera dans les annales. Si après un Wagner de belle facture en janvier dernier, Garnier se prend maintenant pour une annexe du Bolchoï, il y a vraiment quelque chose de réjouissant dans la Principauté.

Jean-François Lapointe, campe un Prince Eletsky de classe supérieure, luxueux, superbe, grandiose. En un air à tirer les larmes et une forte silhouette intelligemment croquée ailleurs, le baryton s’impose sans peine. Voilà un Onéguine en puissance !

Dimitri Ulianov (Tomsky) Adrian Sampetrean (Sourine), la ribambelle de petits rôles tous difficiles mais bien en place, finement bien dessinés, ne méritent que des éloges.

Barbara Haveman en Lisa bouleversante et pathétique est au meilleur de sa forme. Eva Powdles, comtesse impériale et droite comme un « i » décati éblouit par sa présence, son jeu, son humour aussi.

Mais la vedette du spectacle reste Vladimir Galouzine qui s’est, semble-t-il, identifié corps et âme au personnage de Hermann qu’il chante depuis près de vingt ans. Un sacerdoce. Malgré trois-cent cinquante représentations, la voix n’a rien perdu de sa puissance ni de sa souplesse, de ses couleurs, elle s’est même enrichie on dirait. Son jeu halluciné de vieil enfant fragile et désemparé reste jusqu’à présent inégalé.

24 avril 2009


Par Christian Colombeau (dernière modification le 25/04/2009)





1.Posté par Patrick le 27/04/2009 16:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ayant assisté à ce spectacle dimanche 26/04, je suis complètement d'accord avec la critique de Ch...  

2.Posté par Jules Massenet le 29/04/2009 11:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

OUi vraiment, grandiose spectacle ! Bravo et merci à tous !

3.Posté par lala le 30/04/2009 18:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cette dame de pique était grandiose beaucoup d'emotions,tout a fait d'accord avec patrick pour le...  

Nouveau commentaire :

Veuillez respecter la nétiquette.
Nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.

Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: ragondin, raie, raton laveur... Ragondin...



Le Podcast Journal sur :