Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
12/04/2015

La Fiamma del belcanto


Vous êtes belle Madame. Et votre voix donc! Saine, souple, d’une parfaite égalité dans les différents registres. Ce timbre, riche, phonogénique en diable, lumineux, brillant, a même par instants la chaleur cuivrée de certains mezzos.


Diana Damrau, fascinante Prima Donna

Photo courtoisie (c) OPMC
Photo courtoisie (c) OPMC

diana_damrau_opmc.mp3 Diana Damrau OPMC.mp3  (53.67 Ko)


Un gala de bel canto? Que nenni! Un feu d’artifice! Une diction claire et précise (un must pour une citoyenne allemande), un sens étonnant de la rythmique, un legato raffiné allié à un phrasé musical et subtil ont merveilleusement mis en valeur les Donizetti, Bellini et autres Verdi inscrits au programme.
Malgré l'absence de votre partenaire attitré, qui nous priva des duos et air programmés, Lucia di Lammermoor prouva que l'héroïne de Walter Scott n'a plus de secrets pour vous.
Le mois dernier, votre version discographique, des plus pyrotechniques et sanguines à la fois, emballa presse et mélomanes.
Loin des roucoulades des sopranos piaillant ou suraiguës façon avant-guerre de 14, on reste fasciné par un "Regnava nel silenzio" à la technique éblouissante certes, mais aussi une expression musicale de tous les instants, faisant sortir ce genre de récital de l’ornière de la routine, style enfilade d’airs de bravoures mécaniques et sans âme.
Renonçant donc à ce qui ne serait qu’une exposition réussie de brillantes possibilités vocales, vous préférez les investir dans une interprétation bien ressentie.
Déchirantes furent donc aussi Elvira des Puritani, sauvage et brûlante à la fois, ou mieux encore cette Amina, ingénue Somnambule suspendue sur le fil de ses rêves, élégiaque par l’abandon contrôlé de la phrase, étonnante de précision dans la vocalisation conduite sans faille jusqu’à l’ut stratosphérique porté par une réserve de souffle qui semble inépuisable.
En seconde partie, avant une Nedda vériste en diable car vibrante de vénale sensualité, plaisir de retrouver une Amalia des Manasdieri, souveraine par la beauté du timbre, par la transparence (mais dans le bon sens du terme) extatique proche de l’univers bellinien, avec en prime ce legato unique et des aigus irisés comme le plus beau des arcs en ciel.
Giulietta des Capuletti e Montecchi, toute de simplicité, de pureté aérienne, acheva de nous séduire.
Un rien pré-vériste, au sens humain et sensuel du mot, l’air final du premier acte de Traviata / Violetta Valery, au contre mi-bémol facile, est une synthèse sidérante entre délié de virtuosité, influx dramatique et lyrisme.
Du chant pour le chant? Peut-être, mais où l’on sent vibrer au détour de chaque note, un mordant, une volonté d’être, un défi au destin. Verdi et Dumas auraient aimé.

De Rossini à Verdi, en passant par Bellini et Puccini, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, buvant de l’œil et de l’oreille chef et soliste, a déroulé le plus rutilant tapis musical avec de formidables effets de sourdine dans le "Prélude du Ballo in Maschera"... faisant ainsi oublier une ouverture du "Barbier de Séville" un rien raide et martiale et celle de "Norma", un peu trop péplum Cinecittà.
Dégoulinant de larmes amères, le poignant Intermezzo de "Manon Lescaut" garda intact son pouvoir de séduction, tel un contraste frappant avec cette tonitruante course au destin verdienne, véritable chevauchée italienne, implacable dans son issue.
En bis, encore Puccini, et le fameux "O mio babbino caro" tiré de "Gianni Schicchi". Voilà une Lauretta mutine, sucrée, coquette, volontaire, séduisante dans sa rouerie calculée.

Pour prolonger le plaisir du concert découvrez Diana Damrau dans ses derniers enregistrements: "Lucia di Lammermoor" (Erato 0825646219018) et "Fiamma del Belcanto" (Erato 0825646166718).
Deux grands moments dans l’histoire du disque moderne, la Diva décapant totalement le genre opéra de studio et récital carte de visite. Pour nous offrir un vrai moment de théâtre et de chant, venant de l’âme et du cœur.




Par (dernière modification le 11/04/2015)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Angers Likes Metal - 05/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 71




Dans nos blogs :

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...

L’Amérique post-Trump [Revue de presse]

Trois semaines après l’élection de Donald Trump à la présidentielle américaine, le monde entier s’étonne encore de ce résultat inattendu....



Le Podcast Journal sur :