Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
15/12/2016

La censure ehontée de Erdogan


Depuis la tentative de putsch avorté le 15 juillet 2016, la censure se fait ressentir plus forte chaque jour en Turquie.


Illustration (c) Jean-Jacques Beltramo
Illustration (c) Jean-Jacques Beltramo

erdogan_censure.mp3 Erdogan censure.mp3  (825.71 Ko)


45 journaux, 16 chaines de télévision mais aussi "trois agences de presse, 23 stations de radios, 15 magazines et 29 maisons d'édition ont été fermés, et 47 nouveaux mandats d'arrêt ont été délivrés à l'encontre de journalistes", rapporte lemonde.fr le 27/07/2016.

Ces chiffres exubérants révèlent l'ampleur des dégâts causés par le gouvernement mais surtout sa volonté de faire taire les critiques à son égard.

Les autorités turques sous la houlette de Erdogan réussissent à justifier cela par un état d'urgence proclamé suite à cette tentative de putsch avortée: "La Turquie va suspendre la Convention européenne des droits de l’homme dans la mesure où cela ne contrevient pas à ses obligations internationales, a déclaré le vice Premier ministre Numan Kurtulmus. On parle d'un épurage et d'un reformatage de l’État pour décrire le renforcement de la censure qui est à l’œuvre.

En témoigne Setaç Aktan, journaliste d'opposition exhilé à Bruxelles depuis 9 ans. Suite au mouvement de résistance en 2013 (manifestation du parc de Gezi) pour dénoncer la politique gouvernementale d'Erdogan, il est licencié pour avoir abordé l'usage de la violence par les autorités locales. Son cas n'est pas isolé. De nombreux journalistes ont subi le même sort après avoir eux aussi témoigné sur la situation critique qui règne en Turquie. Et cela ne se limite pas à l'enceinte du pays.

Kenan Erer, journaliste turque à Bruxelles, voit son émission fermée par le directeur général de la chaine Gold FM qui invoque de nombreuses pressions.

La répression semble pouvoir s'exercer au delà des frontières sans opposition des gouvernements européens.




Par (dernière modification le 14/12/2016)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

L’instant Guetta - 14/07/2017

1 2 3 4 5 » ... 60





Dans nos blogs :

"Dirty Fashion": Les dessous de la politique à bas prix dans l'industrie de la mode

Les géants de la fast fashion ont des comptes à rendre. Dans un rapport intitulé "Dirty Fashion", la Changing Markets Foundation dénonce la...



Le Podcast Journal sur :