Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Max Dominique Ayissi
10/09/2009

La déculottée pour Ali Bongo Ondimba


Le président nouvellement élu et fortement contesté du Gabon a entamé son magistère par deux défaites consécutives de l’équipe nationale de football de son pays, en éliminatoires couplés Can/Coupe du monde 2010.


photo.lejdd.fr/media/images/archivesphotoscmc
photo.lejdd.fr/media/images/archivesphotoscmc
Ali Bongo avait fait de la qualification des panthères du Gabon, pour la Coupe du monde sud-africaine, une de ses promesses de campagne. Et il avait de bonnes raisons d’y croire. Son pays trônait, à la surprise générale, sur le groupe A des éliminatoires zone Afrique, devant des Nations aussi huppées que Togo, le Maroc et surtout le Cameroun.
Après deux victoires, dont une sensationnel 2 à 1 obtenu à Rabbat à la première journée et un cinglant 3 à 0 infligé au Togo à Libreville, le « petit poucet » gabonais s’était senti pousser des ailes, au point de ne plus envisager d’autre possibilité qu’un qualification historique pour la coupe du monde. Même pas la veille d’une double confrontation fatidique avec le Cameroun.
Ce d’autant plus que les Lions Indomptables croupissaient à la 4e position, autant dire la dernière, de leur poule avec un petit point, enregistré à Yaoundé au cours d’un match nul et vierge contre le Maroc et après une défaite (1-0) en ouverture devant le Togo, qui les accueillait à Accra, au Ghana.
Le premier de ces deux matchs auraient du se tenir en juin 2009 mais, à la suite des obsèques de feu le président Omar Bongo Ondimba, le père de l’autre, la rencontre avait été reprogrammée pour le 05 septembre. Soit 06 jours seulement après l’élection présidentielle qui a vu la victoire de Bongo fils, sous de fort soupçons de fraude et une contestation post électorale qui a officiellement fait trois morts et de nombreux dégâts matériels.

Deux fois défaits

La rencontre de Libreville était donc une occasion pour les gabonais de taire les profondes divisions qu’avait laissé transparaître la succession de leur président de quarante ans. Une victoire contre le Cameroun avait dès lors une portée hautement plus politique que sportive, et Ali Bongo s’était présenté au stade, qui porte le nom de son père et prédécesseur, en maillot de l’équipe nationale, sous une forte ovation d’un public qu’on aurait dit en meeting politique.
Malheureusement pour eux, Samuel Eto’o, nouvellement promu capitaine, et ses camarades avaient eu le temps de se refaire une santé, avec l’arrivée de l’entraineur français Paul Le Gouen. Score de la partie : 2 buts à 0 (Achille Emana et Samuel Eto’o). Quatre jours plus tard, soit le 09 septembre, les camerounais remettaient ça, au stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Cette fois sur le score de 2 buts à 1 (Jean II Makoun et Samuel Eto’o pour le Cameroun et Daniel Cousin pour le Gabon).

En perte de vitesse

Le Gabon du football a donc tout perdu, ou presque, en quatre jours. Tandis que les camerounais faisaient ainsi une remontée fulgurante en tête de ce groupe avec 7 points, leur double victime qui pointe désormais une longueur derrière. La superbe qui les avait portés à la 29e place au classement FIFA semble elle aussi s’effriter. Mais rien n’est perdu, si ce n’est cet ascendant psychologique qu’ils avaient pris sur leurs adversaires.
Les deux équipes doivent encore rencontrer les deux derniers de leur groupe. Le Gabon recevra le Maroc et rendra visite au Togo ; l’inverse pour le Cameroun. le moins que l’on puisse dire, c’est que les choses s’annoncent bien compliquées pour les poulains d’Alain Giresse.
Pour ce qui est de Ali Bongo Ondimba, ce n’est assurément pas sur de bons hospices que commence son règne à la tête du Gabon. Même s’il peut arguer que, en quarante ans de pouvoir, Omar, son père, n’a vu ses footballeurs triompher des camerounais qu’une seule fois. C’était à Yaoundé, il y a quelques années, en finale de la coupe de l’Union Douanière et Économique des Etats de l’Afrique Centrale (UDEAC). Paul Biya a certes été l’un des premiers chefs de l’Etat à le féliciter, mais ses lions n’ont pas lâché un seul centimètre, sur le terrain de l’hégémonie sous-régionale qui oppose, de longue date, les deux pays.



Par Max Dominique Ayissi (dernière modification le 10/09/2009)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Le marathon azuréen - 22/11/2016

L'hebdo athlétique - 22/06/2016

L'hebdo athlétique - 14/06/2016

L'hebdo athlétique - 08/06/2016

L'hebdo athlétique - 25/05/2016

L'hebdo athlétique - 17/05/2016

L'hebdo athlétique - 04/05/2016

L'hebdo athlétique - 29/04/2016

1 2 3 4 5 » ... 17




Dans nos blogs :

Journée des droits humains : les motards de noël embrasent les rues françaises

Ce samedi 10 Décembre, journée des droits humains, se déroulait la huitième parade de Noël des motards. Le principe est simple, chaque...

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...



Le Podcast Journal sur :