Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

La première délégation olympique de réfugiés


C’est la première fois qu’une équipe de réfugiés participe aux Jeux Olympiques. Au-delà de leur tragédie personnelle liée au contexte politique de leur pays d'origine, les sportifs qui composent cette délégation un peu particulière partagent, comme tous les autres olympiens, l’amour du sport et de la compétition.


Miroir des tragédies humaines

Le drapeau olympique, sous lequel défile l'équipe des réfugiés. Image du domaine public.
Le drapeau olympique, sous lequel défile l'équipe des réfugiés. Image du domaine public.
delegation_refugies_jo.mp3 Délégation réfugiés JO.mp3  (1 Mo)

Sur les 43 athlètes présentés par les comités nationaux olympiques, dix ont été retenus par le Comité international olympique en fonction de leur niveau sportif et de la reconnaissance de leur statut de réfugiés, mais aussi de leur situation et de leur histoire personnelles.

Ainsi, l’équipe olympique des réfugiés est composée de deux nageurs d’origine syrienne: Rami Anis (25 ans, réfugié en Belgique) et Yusra Mardini (18 ans, réfugiée en Allemagne); deux judokas originaires de République démocratique du Congo et réfugiés au Brésil: Yolande Mabika (28 ans) et Popole Misenga (24 ans); ainsi que de six athlètes. Parmi eux, seul Yonas Kinde (36 ans) est originaire d’Éthiopie et réfugié au Luxembourg. Les cinq autres, Paulo Amotun Lokoro (24 ans), James Nyang Chiengjiek (28 ans), Yech Pur Biel (21 ans), Rose Nathike Lokonyen (23 ans) et Anjelina Nadai Lohalith (21 ans) sont originaires du Soudan du Sud et réfugiés au Kenya.

C’est le fonds de solidarité olympique, d’une valeur de deux millions de dollars, qui leur a permis de s’entraîner et de se préparer. Comme ceux des délégations nationales, les sportifs réfugiés ont participé à la cérémonie d’ouverture des Jeux, vendredi 5 août 2016. La seule différence étant que lors de leur apparition, c’est le drapeau aux cinq anneaux qui a été brandi, et l’hymne olympique qui a résonné.

Pour le Comité international olympique, engagé auprès du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, créer une équipe de sportifs réfugiés permet d’attirer l’attention sur le sort des 65 millions de personnes déplacées dans le monde recensées en 2015. Pour les athlètes, cette compétition est l'opportunité de représenter leurs millions de semblables. Selon Thomas Bach, président du Comité international olympique, il s’agit ainsi d’envoyer "un message d’espoir à tous les réfugiés de la planète".



12/08/2016




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 18





Dans nos blogs :

Découverte d’une nouvelle espèce d’orang-outan en Indonésie

Pour la première fois depuis 1929, une nouvelle espèce de grands singes a été découverte dans la région de Batang Toru au nord de l’île de...

Une scène de crime pour dénoncer le massacre

Le 1er novembre 2017 une scène de crime géante a attendu les passants à Paris, près du centre Georges Pompidou. A l'initiative de Vegan...

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...



Le Podcast Journal sur :