Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
21/03/2016

Le Joueur de Prokofiev mise et perd à Monte-Carlo


Dans l’enfer de la roulette russe qui rend fou.


Une nouvelle production pour fêter le 150e anniversaire de la première représentation lyrique au Casino de Monte-Carlo

Photo courtoisie (c) Alain Hanel / OPMC
Photo courtoisie (c) Alain Hanel / OPMC

le_joueur.mp3 Le Joueur.mp3  (51.22 Ko)


C’est dans une atmosphère très "après nous le déluge", de suite après la chute de la maison Romanov que Prokofiev composa en 1917 son "Joueur". En écrivant lui-même le livret, il tenta de rester le plus fidèle possible aux dialogues et à l’esprit de Dostoïevski. Bel effort aussi de composer pour cet opéra, vivant et dynamique, une partition efficace, vite qualifiée de futuriste.
Un essai de jeunesse donc où l’on voit aussi notre compositeur fasciné par les états d’esprit, osons le mot, anormaux.
Alexei, le héros, est d’abord un homme du monde ironique, que son obsession du jeu conduit insidieusement, sans appel, à la folie destructrice.
La musique, acide, décrit cette progression dans une curieuse partition parfois satirique mais toujours fascinante. Les passions, violentes, exacerbées, sont décrites avec une lucidité froide, analytique, presque sans âme, dans les deux premiers actes en particulier.
Après, c’est à une descente aux enfers que nous assistons, dans un scherzo effréné, un "lyrisme d’acier", un climat de fièvre paroxystique.

Jean-Louis Grinda, en croupier diabolique, a su attraper le rythme exact des mots et de la musique. Son travail d’une rare précision sur le geste et la mimique transforment cet ouvrage à la réputation maudite en polar psychologique d’une remarquable actualité. Surtout à une époque comme la nôtre où l’argent n’en finit pas de faire trembler les boursicoteurs de tous ordres, où l’argent est roi, domine tout, dirige tout…
Le metteur en scène exploite jusqu’au bout le fait que le ténor Micha Didyk est un remarquable acteur. Déchiré par toutes les passions, avec un jeu théâtral naturellement halluciné, des yeux égarés sans grandiloquence, acrobatique, son Alexei sait quand il le faut souligner la musique qui ici, semble crier naturellement.
Dans les décors art-déco, luxueux et glaciaux, très Mitteleuropa, de Rudy Sabounghi, qui figurent toutes les Marienbad ou Roulettenbourg d’un monde réel ou onirique, c’est dans un réalisme au scalpel que s’agitent ces figures échappées tout autant à Tchekov que Gorki ou Dostoïevski revu et corrigé par Prokofiev.
Toute la mise en scène, virtuose, millimétrée, sensible, parvient derrière le cynisme et la grossièreté de chacun, à révéler la blessure secrète qui transforme ces monstres en créatures pitoyables. Les soyeux costumes de Jorge Jara achèvent de nous séduire.
Tous les autres étaient, sans jeu de mot, au diapason du ténor, et traduisaient avec conviction la lente et constante progression de l’obsession du jeu.
Dmitri Oulianov en Général qui a perdu sa fortune et souhaite reprendre sa position en héritant de de sa grand-mère frise un tantinet la caricature, comme le voulait sans doute Prokofiev. Mais, la scène dans laquelle il s’effarouche après l’arrivée de sa grand-mère (une prestation très assurée d’Ewa Podles, effrayante Dame de Pique sur le retour) qui joue elle aussi sa fortune est grandiose, pathétiquement humaine, à pleurer.
Oksana Dyka, la fille du Général, qui n’arrive pas à se décider pour savoir si elle peut ou non s’abaisser à accepter l’amour d’Alexei (son tuteur!), habitée par un autre ange, de feu, donne au mieux à son personnage la touche d’hystérie voulue.
Une mention pour le Marquis français, Oleg Balachov, et sa demi-mondaine Ekaterina Sergueïeva, les seuls, dans cette histoire de cyniques et de cinoques, à ne pas être modelés par le démon de la roulette, les seuls à garder le contrôle d’eux-mêmes, de la situation.
Sans défaut la foule des seconds rôles, des troisièmes rôles, les chœurs.

C’est vraiment du théâtre remarquable. A la sortie, les commentaires étaient sans appel: l’Opéra de Monte-Carlo est l’un des plus intéressants, l’un des plus passionnants d’aujourd’hui…
Jolie découverte que le chef Mikhail Tatarnikov. Énergique, expressionniste, toujours dans un grand souci de précision, sa direction, formidablement efficace dans le grand scherzo final ou dans les très beaux interludes qui l’entourent, tire des fusées orchestrales aux couleurs nauséeuses ou apocalyptiques d’un philharmonique "maison", qui comme jamais, s’attache à mettre en relief toutes les qualités, toutes facettes, mais aussi les quelques défauts d’une partition maléfique dans son originalité.




Par (dernière modification le 19/03/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Angers Likes Metal - 05/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 71




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :