Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
18/02/2017

Le Kremlin à l'Opéra de Marseille


"Boris Godounov" dans sa version originale.


Bien mal acquis ne profite jamais

Photo courtoisie (c) Opéra de Marseille
Photo courtoisie (c) Opéra de Marseille

boris_godounov_marseille.mp3 Boris Godounov Marseille.mp3  (129.39 Ko)


Le "Boris Godounov" de Modeste Moussorgki admet, réclame même plusieurs exégèses. C'est ce qu'a bien compris Petrika Ionesco, auteur Protée (il signe décors, costumes, mise en scène) de la production importée de Wallonie et présentée ce mois de février 2017 à l'Opéra de Marseille.

Dans ce microcosme boisé, enrichi aux flamboyantes icônes dorées dignes d'un luxueux brocanteur moscovite, l'homme est un loup pour l'homme, les intrigues de palais s'imbriquent et le peuple assiste, impuissant, à ces parties phagocytaires d'échecs.
Tout ce qu'il peut faire c'est se lamenter... Car il se lamente, en bonne et due forme, chœur Maison et Maîtrise des Bouches-du Rhône s'en donnant à... cœur joie et sont tout bonnement parfaits!
Grâce aussi aux astucieux décors pleins de chausse-trappes mécaniques et politiques, voilà un spectacle d'une richesse foisonnante comme l’œuvre elle-même, à la logique implacable car multipliant très habilement les références, tel un parallèle avec Don Carlos, autre souverain écartelé. Petrika Ionesco a le sens du théâtre, des éclairages surprenants, des revirements dramatiques inattendus.
Seuls semblent heureux, car marginaux, l'Hôtesse, très "vamp des steppes" et le duo paillard et itinérant Varlaam et Missail.
Alexei Tikhomirov accède au pouvoir suprême et chante Boris. Dans la lignée des plus grands titulaires du rôle depuis la création, doté en plus d'un physique avantageux, car plus jeune et plus séduisant, la basse russe crée un Tsar dont les angoisses, les colères et les hallucinations restent dans la bonne tradition théâtrale, mais n'en possédant pas moins un réel pouvoir communicatif. Son timbre généreux et sombre dans le médium et le grave éclate dans des aigus d'une puissance toute stalinienne.
Cette basse noble, on la retrouve chez Nicolas Courjal qui campe un Pimène épique et monacal. Jean-Pierre Furlan, au chant soigné, expressif, lui donne la réplique et se proclame Tsar-usurpateur avec l'éclat, l'entrain et la conviction inébranlable qui siéent à un jeune ambitieux.
Parmi les nombreux rôles secondaires, des habitués de la Maison, donc du sérieux, du solide, et une révélation: Christophe Berry, au timbre pur, aux intonations poignantes, qui donne toute sa dimension sublime à plainte prophétique de l'Innocent.
Satisfecit global donc pour tous. L'acrobatique Hôtesse de Marie-Ange Todorovitch, balaie tout sur son passage comme une tornade de neige sur la Place Rouge, le Chouisky un rien anémique de Luca Lombardo tire habilement son épingle du jeu, dans tous les sens du mot, l'inénarrable duo de vagabonds Zhang et Larcher s'amuse, nous amuse.
La silhouette imposante de Jean-Marie Delpas d'une puissance quasi impertinente ou celles fines et graciles de Ludivine Gombert et Caroline Meng achèvent de nous séduire.

Autre atout de la soirée et non des moindres: la version initiale de 1869, basée sur la révision du musicologue Michael Rot, qui voit "l'Acte Polonais" passer à la trappe, sans donc la romance Dimitri et Marina.
Ainsi débarrassée des ajouts, fioritures et autres ornementations apportées par le génial Rimsky-Korsakov, en sept tableaux, la partition nous est rendue dans toute sa splendeur originelle car plus âpre, plus sombre, plus condensée, plus abrupte également.
Paolo Arrivabeni, fondant orchestre et chœurs en une parfaite symbiose (même s'il prend quelques libertés avec les tempi) reste un chef d'une efficacité magistrale. En privilégiant le rythme et le relief dramatique d'une écriture incroyablement variée, son Boris retrouve cette grandeur épique souvent gommée par d'autres.
En conclusion, un spectacle d'une cohérence rarement atteinte.



Par (dernière modification le 16/02/2017)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Innsbruck en musique - 19/08/2017

On est stupéfié! - 17/08/2017

Remise en émotion - 07/08/2017

1 2 3 4 5 » ... 76





Dans nos blogs :

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: ragondin, raie, raton laveur... Ragondin...



Le Podcast Journal sur :