Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
28/08/2011

Le Podcast Edito Le Hezbollah et l’Iran jouent la carte libanaise mais hésitent sur la Syrie


Alors que les autorités libanaises n’ont toujours pas arrêté les quatre membres du Hezbollah inculpés par le Tribunal Spécial pour le Liban, la milice chiite soutenue par l’Iran poursuit une stratégie destinée à d’autant plus contrôler le pays du Cèdre que la chute de son allié syrien lui paraît désormais probable. En témoigne l’ambivalence des discours d’Hassan Nasrallah et de la diplomatie iranienne à ce sujet.


Le Podcast Edito  Le Hezbollah et l’Iran jouent la carte libanaise mais hésitent sur la Syrie

podcasthezb.mp3 PodcastHezb.mp3  (2.04 Mo)


Ses propos prolongent ceux de Bachar Al-Assad. Et précèdent ceux de la République islamique d'Iran. Dans son intervention télévisée de la semaine dernière, destinée à répondre aux pressantes injonctions occidentales à quitter le pouvoir, le président syrien avait laissé entendre que tout coup porté contre la Syrie aurait des conséquences régionales : en clair, le Liban serait probablement touché. Prenant la parole vendredi dans le village frontalier libanais de Maroun el-Raàs à l'occasion de la « Journée de Jérusalem », le Secrétaire général du Hezbollah s’est voulu nettement plus menaçant : « des développements dramatiques en Syrie auront des répercussions dans l’ensemble de la région ».

Un discours dont les détails trahissent pourtant la double démarche du Hezbollah : jouer à fond la carte du Liban qu’il contrôle chaque jour davantage par les intimidations et les armes tout en manifestant son hésitation sur l’avenir du régime en Syrie. Pas un jour ne passe en effet au pays du Cèdre sans que n’éclate une affaire de spoliation de terrains, de changement imposé de plans d’occupation des sols ou de travaux illégaux d’infrastructures (routes ou entrepôts souterrains) en faveur du Parti de Dieu. Une inexorable mainmise sur le Liban qui autorise Hassan Nasrallah à rassurer ses partisans : « le Liban n’est plus et ne sera plus le maillon faible de la région ». Ce qui ne l’a pas empêché d’appeler les Libanais « qui se disent amis de la Syrie à œuvrer pour le dialogue et le calme dans ce pays, toute autre attitude constituant un danger pour la Syrie et pour l’ensemble de la région ». Un appel qui marque aussi une ambivalence : même s’il tient pour « essentiel » le maintien en place d’un régime syrien qui a toujours appuyé la « résistance au Liban et en Palestine », le Secrétaire général du Hezbollah n’en a pas moins admis le besoin de procéder à des réformes. Une allusion aux « conseils iraniens pour résoudre la crise » transmis récemment par Téhéran à Damas.

Inquiétude de l'Iran sur la situation en Syrie

Quelques heures à peine après le discours de Hassan Nasrallah, le Ministre iranien des Affaires étrangères, reprenant des propos du Président Ahmadinejad, usait d'ailleurs à l’égard des dirigeants syriens d’une formule dont l’urgence le disputait à l’inquiétude : « le gouvernement syrien doit reconnaître aussi tôt que possible les demandes légitimes de son peuple », a expliqué Ali Akbar Salehi, tout en prédisant qu’un « vide du pouvoir syrien aurait un impact imprévisible pour la région et ses voisins ». Signe des temps, l’Iran a précipitamment nommé Mohammadreza Raouf Sheybani nouvel Ambassadeur à Damas en remplacement d’Ahmad Moussavi. Une décision critiquée par les autorités syriennes selon des sources proches de l’opposition iranienne : alors qu’Ahmad Moussavi était un ancien Député de la province à majorité arabe d’Ahvaz et occupait une vice-présidence aux côtés de Mahmoud Ahmadinejad, le nouveau représentant de l’Iran n’est qu’un simple adjoint au Département du Moyen-Orient au sein du ministère iranien des affaires étrangères.

Dans ces conditions, le fait que des dissensions éclatent à l’intérieur même de la milice chiite libanaise sur la question du soutien à la Syrie, ne peut plus étonner.


Par (dernière modification le 28/08/2011)





1.Posté par geom le 28/08/2011 21:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'axe de nuisance (SyIran) est ds une double impasse: [1] TOUS les arabes ds la rue, et pas UN mo...  

Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 11




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :