Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
10/08/2014

Le Vésuve: une bombe à retardement (2/2)


Le Vésuve menace gravement des centaines de milliers d'habitants de la région napolitaine, tant par l’intensité de l’éruption attendue que par la densité d’une population très difficile à évacuer rapidement. Pourra-t-on éviter une catastrophe majeure?


L’urbanisation galopante rend le Vésuve particulièrement dangereux

Vésuve - Photo (c) Virginie Dubreuil
Vésuve - Photo (c) Virginie Dubreuil

vesuve_2.mp3 Vesuve 2.mp3  (320.15 Ko)


Les flancs du Vésuve ont été envahis par les habitations depuis sa dernière éruption en 1944, au point qu’un très dense tissu urbain encercle désormais le volcan. 700.000 personnes seraient directement menacées par l’invasion de flux pyroclastiques en cas d’éruption explosive du Vésuve: elles habitent en "zone rouge", un périmètre de 6,5 km situé autour du volcan, souvent dans des logements construits sans autorisation. Plus loin mais encore trop près, à seulement 12 km du cratère, bat le cœur de Naples. Au total, trois millions et demi de personnes vivent aujourd’hui sous la menace d’un réveil soudain du géant de Campanie.

Les autorités tentent bien de désengorger les pentes du Vésuve en attribuant des compensations financières aux familles vivant dans la zone rouge et qui accepteraient de déménager dans des zones moins risquées. Les bâtiments construits illégalement sont progressivement démolis et un parc national a été établi autour des flancs supérieurs du volcan pour se prémunir de toute nouvelle construction. Mais les gens sont attachés à leur logement et l’immense majorité de la population préfère s’en remettre à la protection de San Gennaro, le saint patron de la ville de Naples.

Deux fois par an, au cours d’une grande cérémonie, les Napolitains portent en procession les reliques du Saint et le prient de bien vouloir leur renouveler sa protection sur Naples. Si son sang conservé dans deux ampoules de cristal se liquéfie au cours de la cérémonie, Naples est protégée du volcan jusqu’à la prochaine invocation: il n’y a donc rien à craindre du Vésuve! Et chaque année le miracle se renouvelle, ce qui laisse les Napolitains prendre à la légère les menaces des volcanologues.


Un plan d’évacuation contesté

La densité de population autour du Vésuve en fait le volcan le plus surveillé au monde. L’Observatoire volcanologique situé en bordure des Champs Phlégréens est d’ailleurs l’un des plus performants à l’heure actuelle. Il dispose d’un impressionnant dispositif de surveillance dédié à la détection et à la mesure des phénomènes précurseurs du réveil volcanique comme l’apparition de secousses sismiques, de déformations du sol, l’augmentation de la température, l’émission accrue de gaz, la variation de leur composition chimique, etc. Pas une vibration du volcan n’échappe aux douze stations du réseau sismique et au satellite dédié qui transmettent leurs données 24 heures sur 24 à l’Observatoire.

Le 18 mars 1944, le Vésuve avait craché des coulées de lave pendant 11 jours, faisant tout de même 26 morts et 12.000 sans-abri. Le directeur de l'Observatoire de l'époque était parvenu à donner l'alerte une semaine avant l’éruption, sauvant ainsi des centaines de vies. Le plan d’urgence actuel élaboré par la Protection civile italienne sur la base du scénario d’une éruption sub-plinienne similaire à celle de 1631 prévoit un délai de six jours pour évacuer les 700.000 personnes situées en "zone rouge". Cette zone devra être intégralement évacuée par trains, ferries, cars et autobus avant même le début de l’éruption. Chacune des dix-huit communes de cette zone est jumelée avec une région italienne qui accueillera les réfugiés en cas d’éruption. Le problème, c’est que "nous ne sommes pas sûrs que nous réussirions à les évacuer à temps" a prévenu Francesco Russo. L’actuel remaniement de ce plan prévoit de faire passer ce délai à deux ou trois jours d'ici les 20 ou 30 prochaines années grâce à la politique de désengorgement. Une modernisation essentielle quand on sait que personne n’est capable de dire précisément le laps de temps qui séparera les signes précurseurs de l’éruption elle-même.

Et puis nombre de chercheurs font valoir que c’est l’ampleur de l’éruption survenue à l’âge de bronze qui devrait être considérée comme la référence pour anticiper le pire scénario et non l’éruption sub-plinienne survenue en 1631. Or selon ce scenario, ce serait trois millions d'habitants qu'il faudrait évacuer. La communauté scientifique milite donc pour la mise en place de plans d’urgence différents, adaptés aux différentes intensités possibles d’éruptions (plinienne, sub-plinienne, strombolienne violente, émission de cendres).

Enfin le moment où débutera cette évacuation massive reste un dilemme: décidée trop tard, beaucoup de personnes pourraient être tuées, alors que décidée trop tôt, les signes précurseurs de l'éruption pourraient se révéler être une fausse alarme très coûteuse sur le plan financier. En 1984, 40.000 personnes ont été évacuées de la région des champs Phlégréens, mais aucune éruption ne s'est produite.

En attendant, pendant qu’une poignée de scientifiques surveille sans relâche le volcan, les Napolitains s’en remettent à leur saint patron. Mais qu’adviendra-t-il le jour où San Gennaro restera impassible face aux appels de ses fidèles?


Par (dernière modification le 10/08/2014)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

AVE pour le Canada - 05/03/2016

1 2 3 4 5 » ... 18




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :