Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
09/05/2016

Le goût sacré de la source


Doit-on tout dire au risque de perdre la confiance de tous (lecteurs, sources)? Ou protéger les intérêts de la Nation? C’est la délicate question de la protection des sources. En France, ce principe est fermement inscrit dans la loi sur la presse de 1881... Pour autant, sa remise en cause a fait (et fera encore) les gros titres de la presse.


Protéger ses sources pour informer. Photo © David Boyle
Protéger ses sources pour informer. Photo © David Boyle

protection_sources.mp3 Protection sources.mp3  (1.11 Mo)


Clearstream. Cette affaire est un bel exemple de flagrant délit de manipulation. Rappel des faits: des procès verbaux d'auditions se retrouvent à la une de journaux. Parmi eux, de grands noms de la presse: Le Monde révèle les carnets du général Rondot, L’Express divulgue le texte intégral de la déposition du général… Le Garde des sceaux demande alors l'ouverture d'une enquête pour violation du secret de l'instruction, tandis que le Premier ministre rappelle les journalistes à leur code de déontologie. Un cas typique de pression.

Or dans cette affaire, la vie d’autrui n’est pas mise en danger. Les journalistes évoquent des faits, purement informatifs afin que leurs lecteurs se fassent leurs propres opinions. Un travail d’enquête a été mené, de façon rigoureuse. Les journalistes n’ont donc pas à divulguer leurs sources et cela, dans le respect strict du droit à l’information. Derrière cette ouverture d’enquête c’est également une façon d’affaiblir la liberté de la presse.

L'affaire du Carlton a aussi fait grand bruit. Là encore, des extraits de procès verbaux sont diffusés. Colère des magistrats qui menacent de mettre en examen plusieurs journalistes du Monde, du Figaro, de Libération, du Parisien, de l'Express et du Point. A ce rythme là, les prisons françaises, déjà bien remplies, ne suffiraient plus!

Rappelons tout de même que le journaliste n’est pas soumis au droit d’instruction. La loi de 1881 autorise la divulgation des sources si et seulement s’il y a un "impératif prépondérant d'intérêt public". Qui est sans fondement dans la publication d’extraits de ces procès verbaux!


Protéger ses sources: oui. Mais à quel prix?

Dans ces deux cas, il n'y a pas mort d'homme. Ni d'intérêt public mis en danger. Mais les journalistes franchissent parfois la ligne jaune. C’est le cas avec l'affaire Merah. TF1 et BFM Business ont diffusé des conversations (pourtant mises sur scellées) des enregistrements des conversations entre Merah et les forces de l’ordre le 7 juillet 2012. Des conversations qui se seraient tenues juste avant l’assaut.

Outre la protection des sources, c’est avant tout une question de déontologie. Car derrière l'excuse du droit d'informer, c'est surtout la volonté de faire de l'audience et du "buzz" sur une affaire qui a profondément marquée l’opinion publique. Les bureaux de la société de production ont ainsi été perquisitionnés, quelques jours plus tard, mais la police n’y a rien trouvé. Dans l’article 10 de la Convention Européenne des droits de l’homme, celle-ci "laisse aux journalistes le soin de décider s’il est nécessaire ou non de reproduire le support de leurs informations pour asseoir la crédibilité" (Cour Européenne des Droits de l’homme le 21 janvier 1999). Il ne s'agit pas ici d'informer, sous le sens noble du terme. Susciter le débat, informer le citoyen, lui donner des clés afin qu’il se forge sa propre opinion. Non. Il s’agit ici d’une volonté d'augmenter le tarif du spot de publicité. Ne pas protéger une source dans ce cas d'absence totale de déontologie, ne me parait pas choquant.

Derrière la protection des sources, il convient donc au journaliste de mener une enquête rigoureuse et irréprochable sans perdre de vue l’essence même du métier: informer. Dès lors qu’il "racole", c’est toute la profession et ses lois, structurantes et protectrices, qui sont mises en danger. Le système repose sur la confiance. Rien que la confiance.




Par (dernière modification le 09/05/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :