Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Dr Jean-Dominique Faurennes / WIM
02/07/2016

Le pied

Communication de notre partenaire WIM*


Des nouvelles techniques chirurgicales du pied ont le vent en poupe**. Et notamment, la chirurgie sans ouvrir la peau dite "percutanée". Un certain recul est indispensable pour apprécier dans quels cas, les nouveautés sont bénéfiques.


Illustration (c) Mario Modesto
Illustration (c) Mario Modesto

le_pied.mp3 Le pied.mp3  (183.39 Ko)


Les déformations des pieds sont dues à des os qui se sont déplacés, et non à des os qui poussent ou qui ont grossi.
Le pied s’élargit, et les têtes des os sortent sur le côté, réalisant le fameux oignon, avec déviation du gros orteil; sous la plante du pied, provoquant les échauffements et des durillons des coussinets d’appui; ou encore, sur le dessus des orteils en griffe, donnant naissance à des cors douloureux.

La chirurgie du pied a historiquement commencé à la fin des années 1970, lorsque sont apparues des techniques qui consistaient, pour le chirurgien, à fracturer les os du pied (ostéotomies) pour corriger les déformations et replacer les os dans l’axe d’origine. La déformation est corrigée et, une fois, la fracture guérie et soudée, la déformation de l’orteil opéré ne récidive pas.
Ces fractures peuvent être pratiquées de deux manières: soit par une ouverture de quelques centimètres (chirurgie à ciel ouvert), soit par une ouverture punctiforme, c’est à dire pratiquement sans cicatrice (chirurgie percutanée).

La chirurgie percutanée est apparue aux États-Unis dans les années 1980, où elle s’est développée grâce à l’ingéniosité des podiatres américains, qui n’ayant pas l’autorisation d’exercer dans les hôpitaux, ont adapté la chirurgie afin de pouvoir la pratiquer en cabinet. Cette chirurgie est arrivée en France plus récemment, et son caractère sans cicatrice lui donne un aspect magique que certains n’hésitent pas à exploiter. Il est tentant, en effet, de faire croire au patient néophyte, que parce qu’il n’y a pas de cicatrice, l’intervention est plus bénigne, les suites plus simples, et la guérison plus rapide. Cela n’est pas aussi évident qu'il y parait.


La chirurgie percutanée

La chirurgie percutanée consiste à pratiquer par un petit orifice la même fracture que celle de la chirurgie dite "classique". Cette fracture est faite à l’aide d’une petite fraise de dentiste introduite dans une micro incision de la peau, et actionnée grâce à un moteur rotatif. L’intervention ne dure que quelques minutes, et la fracture est immobilisée par un pansement serré que permet l’absence de cicatrice et que l’on doit conserver trois semaines sans y toucher. Il n’est donc pas nécessaire de positionner de matériel dans l’os, du genre vis, clou ou agrafe puisque le pansement serré immobilise la fracture dans la bonne position, ce qui est un avantage. C’est en cela que cette manière de pratiquer est novatrice.

Cependant l’opération consiste, comme dans la chirurgie à ciel ouvert, à pratiquer une fracture, qui demandera le même délai pour consolider. Le délai de consolidation ne dépend pas de la longueur de la cicatrice. Ce délai est d’environ six semaines dans les deux cas. Les suites opératoires ne sont pas plus simples.
En effet, le pied reste enflé un certain temps après l’opération quelle que soit la technique utilisée et, ici encore, ce gonflement dépend plus de l’état de la circulation veineuse du patient que de la longueur de l’incision.

Pour certains patients et certains types de déformation, il sera plus judicieux de proposer une chirurgie avec ouverture, mais, dans certains cas, la chirurgie percutanée sera préférée car moins traumatisante pour l’articulation. Même si le patient est souvent désireux d'avoir une chirurgie sans cicatrice, ceci ne doit pas être un critère de choix et seul le chirurgien saura proposer la technique la mieux adaptée.

Les innovations existent toujours, faisant progresser la médecine, et c’est encourageant. Cependant, il faut se méfier de la publicité faite autour d’une nouveauté, tant qu’elle n’a pas été validée par des comités scientifiques reconnus. Le monde actuel est habitué à l’information immédiate, ce qui la rend incontrôlable. L’information médicale, qui était jusqu’à présent préservée, tend aussi à dériver vers une exploitation du sensationnel. Il faut savoir raison garder, et ne pas hésiter à demander plusieurs avis.

Dr Jean-Dominique Faurennes
Chirurgien orthopédiste
Nice
* wim.mc



Par Dr Jean-Dominique Faurennes / WIM (dernière modification le 01/07/2016)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 14




Dans nos blogs :

L'UNICEF s'alarme: 1,4 million d'enfants risquent de mourir de faim dans quatre pays d'Afrique

Près de 1,4 million d'enfants peuvent mourir de la famine cette année au Nigeria, en Somalie, au Soudan du sud et au Yémen, selon le Fonds...



Le Podcast Journal sur :