Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
11/09/2013

Le regard décalé: Liens entre médias et politiques


Les liens que d'aucun qualifie de dangereux entre les médias et le monde politique semblent en cette rentrée être au paroxysme de leur forme.
Certains médias ne recherchent plus désespérément la personnalité qui saura faire la différence sur leur antenne. Seulement, cette personnalité n'est pas un journaliste ou un spécialiste d'un quelconque sujet, non cette année comme l'année dernière, les vedettes, ce sont les politiques.


Le regard décalé: Liens entre médias et politiques

liens_medias_politiques.mp3 liens_medias_politiques.mp3  (287.31 Ko)


Aujourd'hui nombre d'entre eux se recyclent dans les médias. Pourquoi, demanderez-vous? Pour pouvoir exprimer plus facilement leur opinion, pour mieux construire un projet pour un éventuel retour en politique. Même pas sur. Regardez Roselyne Bachelot, depuis un an, elle officie sur D8, mais pour y faire quoi ? Ministre sans discontinuer pendant 10 ans, Roselyne Bachelot semble avoir décidé d'abandonner sa carrière politique. Pourquoi avoir choisi les médias pour se recycler? Elle a du penser que cela devait rester le métier le plus proche de politicien: une tribune où l'on peut s'exprimer devant les caméras, on l'ont dit souvent n'importe quoi, et surtout entre soi. Sur D8, elle est aux côtés d'Audrey Pulvar et de Laurence Ferrari, deux journalistes médiatisées à l'extrême. Roselyne Bachelot commence sa nouvelle carrière comme chroniqueuse, elle a présenté un journal télévisé et ce mois-ci aura aussi une chronique politique sur iTélé, la chaîne info de Canal+. Voilà ce qui s'appelle une belle reconversion, même si les débuts semblent un peu maladroits - ce qui peut se comprendre. Mais pas assez maladroits pour ne pas lui faire demander une carte de presse.

Cette année, suivront Daniel Cohn Bendit que l 'ont peut déjà entendre tous les jours sur Europe 1 dans la matinale présentée par Thomas Sotto. Avec déjà une première polémique avec Manuel Valls sur Canal+. On sent que les auditeurs vont en avoir pour leur argent si j'ose m'exprimer ainsi - la chronique s'intitule d'ailleurs "Ca m'énerve"... cela veut tout dire et que les parlementaires européens vont s'ennuyer encore un peu plus désormais. Le trublion de Bruxelles et de Strasbourg va pouvoir reprendre le rôle dans lequel il se sent le plus à l'aise, qui n'est même plus un rôle de composition, devenu une deuxième nature plus exactement. Celui qui crie, qui dénonce ce qu'au fond tout le monde sait, avec parfois il est vrai quelques sorties qui rappelle le jeune révolté.

Dans la même catégorie des politiques recyclés, on trouve aussi l'ancienne présidente de la Halde Jeannette Bougrab qui intervient dans la formule remaniée du Grand Journal sur Canal+. D'autres suivent et ne surprennent pas, comme l'arrivée de Frédéric Mitterrand sur France Inter avec une émission quatre fois par semaine "Jour de Fred" - on sent combien la réflexion a été intense pour trouver un titre original. Frédéric Mitterrand a droit à une émission à lui tout seul en vieux briscard des médias.

Le plus surprenant est peut-être l'arrivée de Laurence Parisot, l'ancienne présidente du Medef qui malgré tous ses efforts n'a pas réussi à rester à la tête de l'organisation patronale. Déçue et apeurée à l'idée de quitter les sunlights elle aussi, Laurence Parisot peut désormais s'exprimer sur deux radios RTL et Europe 1 en tant que chroniqueuse et polémiste.

On remarquera qu'aucun de ces nouveaux journalistes n'a été ou n'a accepté d'intervenir dans la presse papier qui souffre toujours de son horrible réputation de sérieux. Et puis celle-ci n'est plus un média sûr depuis que le président colombien Rafael Correa a proposé de soumettre l'idée de sa suppression aux Colombiens par référendum. En effet, cette presse écrite serait soumise à l'opposition dont l'un des chevaux de bataille est l'écologie. On l'empêcherait ainsi d'exploiter des sources pétrolifères. Voulant les prendre à leurs propres contradictions Rafael Correa n'a pas hésité à leur rappeler que la presse papier entraînait chaque année la destruction de millions d'arbre, ce qui est vrai n'est pas très écologique et a donc proposé sa suppression purement et simplement.



Par (dernière modification le 22/09/2013)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

De profundis - 02/07/2017

Au spectacle ce soir - 28/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 6





Dans nos blogs :

"Dirty Fashion": Les dessous de la politique à bas prix dans l'industrie de la mode

Les géants de la fast fashion ont des comptes à rendre. Dans un rapport intitulé "Dirty Fashion", la Changing Markets Foundation dénonce la...



Le Podcast Journal sur :