Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
S.A.
30/07/2014

Le suicide au travail en France


Le suicide au travail d'un fonctionnaire vient d’être reconnu en France comme accident de travail.


suicide_travail.mp3 suicide_travail.mp3  (65.51 Ko)


Ainsi, le Conseil d’État (la plus haute juridiction administrative) a jugé qu'un suicide ou une tentative de suicide d'un fonctionnaire sur le lieu de travail devait en principe être reconnu comme un accident de travail. Une décision qui ouvre la voie à une indemnisation de la victime ou des proches. La décision va faire jurisprudence. Un expert des ressources humaines, Antonio Giangreco Professeur à l’IESEG School of Management s’interroge sur le bienfondé de cette décision.

Pour Antonio Giangreco, "la décision suppose essentiellement que le suicide ou la tentative de suicide a toujours des causes exogènes, en ignorant le fait que l'acte dramatique de prendre sa propre vie peut, dans certains cas, être déterminé par des causes endogènes, comme en témoigne une abondante littérature en psychiatrie".

Il explique: "Destinée à faire jurisprudence, cette décision remet en question différentes certitudes de la médecine et de la vie communautaire. La décision suppose essentiellement que le suicide ou la tentative de suicide a toujours des causes exogènes, en ignorant le fait que l'acte dramatique de prendre sa propre vie peut, dans certains cas, être déterminé par des causes endogènes, comme en témoigne une abondante littérature en psychiatrie. Cette orientation est d'autant plus discutable quand on fait une distinction entre suicide sur le lieu de travail et ailleurs. En fait, le jugement, en présupposant de facto un lien de causalité entre lieu de travail et travail, entraine dans une certaine mesure un principe fondamental de présomption de responsabilité que l'organisation (qu’elle soit coupable de façon active ou par négligence), doit toujours avoir. Cette décision semble être en contradiction avec l'orientation habituelle où lors d’un suicide réalisé hors du milieu de travail un lien direct suicide/travail doit être prouvé.

Alors, plusieurs questions se posent. Pourquoi cette différence de traitement? Pourquoi suppose-t-on alors que le suicide qui a lieu hors du milieu de travail peut également être déterminé par des causes de travail et qu'un suicide survenu sur lieu de travail exclut pratiquement d'autres causes? Ne serait-il pas plus approprié de déterminer si et comment il existe un lien direct avec le milieu de travail indépendamment de l'endroit où le drame a lieu? Avec beaucoup de respect pour le drame humain qui entoure un suicide, je suis en désaccord avec ceux qui pensent que la décision du Conseil d’État peut déterminer des attitudes spéculatives. Je doute que celui ou celle qui va mettre fin à ses jours est en mesure de faire une analyse froide des avantages que peut engendrer le choix de l'endroit où commettre l'action fatale. Il reste, cependant, le sentiment amer qu’une fois de plus les entreprises sont toujours placées du mauvais côté de la route".





Par S.A. (dernière modification le 30/07/2014)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :