Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
21/04/2016

Les Néerlandais disent non au traité d'association Union européenne - Ukraine


Le référendum néerlandais sur la question "Approuvez vous l'accord d'association entre l'Union européenne (UE) et l'Ukraine?" a vu une nette victoire du "non" le 6 avril 2016. Si les conséquences sur l'entrée en vigueur du traité restent floues, cette victoire de l'euroscepticisme est une mauvaise nouvelle pour Bruxelles à deux mois du référendum britannique sur un éventuel Brexit.


Un référendum prétexte pour les eurosceptiques

La victoire du "Non", une véritable victoire pour le leader d'extrême droite, Geert Wilders. Photo (c) Metropolitico
La victoire du "Non", une véritable victoire pour le leader d'extrême droite, Geert Wilders. Photo (c) Metropolitico

referendum_neerlandais.mp3 Référendum néerlandais.mp3  (146.37 Ko)


Plus de 61% des votants se sont prononcés contre le traité d'association entre l'UE et l'Ukraine signé en mars 2014 et qui prévoit la mise en place progressive du libre échange entre les deux parties et un rapprochement politique. Si le taux de participation n'est que de 32%, il dépasse le quorum requis (30%) pour être valide et place l'UE et le gouvernement néerlandais dans une situation délicate.

Ce référendum, impulsé par une coalition d'intellectuels et de citoyens regroupés autour du site GeenStijl ("Pas de style") fait suite à une initiative populaire qui avait recueilli 480.000 signatures. En effet, une loi votée à l'été 2015 permet d'organiser un referendum pour abroger un projet de loi dès lors que 300.000 citoyens le demandent. Ici, si c'est officiellement le projet de loi de ratification du traité d'association UE - Ukraine que les instigateurs du referendum ont voulu abroger, ils ne cachent pas le fait que celui-ci est un prétexte pour mettre un frein à l'UE, jugée "non démocratique" et "obsédée par l'élargissement". Prochaine étape pour eux: l'organisation d'un référendum sur le "Nexit", soit la sortie des Pays-Bas de l'UE.
Geert Wilders, leader de l'extrême droite, s'est ainsi félicité du vote qu'il perçoit comme le signe de la "défiance" à l'égard des élites de Bruxelles. Dans la même veine, son alliée au Parlement européen et patronne du Front National, Marine Le Pen, a salué "un pas de plus vers l'Europe des Nations".


Dans la lignée du "Non" de 2005

Le signal est donc d'autant plus négatif pour l'UE qu'il vient d'un des six pays fondateurs du projet européen, connu pour être libéral et qui, en plus, assure actuellement la présidence tournante de l'UE. Ce résultat n'est cependant pas une vraie surprise car il est dans la lignée du "Non" déjà opposé par les Néerlandais lors du referendum de 2005 sur la Constitution européenne.
D'ailleurs, comme il y a onze ans, le vote a révélé la fracture sociale qui divise le pays puisqu'alors que les deux tiers des personnes peu ou pas qualifiées ont exprimé leur opposition au traité, la proportion est inversée chez les personnes ayant fait des études supérieures.

Un avenir incertain pour le traité d'association

Alors qu'il avait fait campagne pour le "Oui", le Premier ministre libéral Mark Rutte se trouve en difficulté et a reconnu que la ratification du traité par son pays n'allait plus de soi, le "Non" constituant un nouveau "fait politique" qu'il ne peut ignorer - même si le référendum était consultatif et non obligatoire. Le traité ayant été ratifié par les 27 autres membres de l'UE et par les parlements européen et ukrainien, il sera difficile de revenir en arrière d'autant qu'il est entré en vigueur de manière "provisoire" depuis le 1er janvier 2016. Le gouvernement néerlandais pourrait négocier un protocole additionnel pour soustraire le pays à certains de ses aspects, notamment sur la libre circulation des Ukrainiens au sein de l'UE - les partisans du "Non" ayant agité le spectre d'un déferlement de travailleurs à bas salaires pour convaincre les Néerlandais. Il pourrait aussi essayer d'obtenir une déclaration confirmant que l'Ukraine n'a pas vocation à rentrer dans l'UE, une autre "menace" agitée par les eurosceptiques des Pays-Bas.

L'UE de plus en plus menacée par la vague eurosceptique

Mais en réalité, quoi qu'il fasse, les partisans du non risquent de rejeter toute concession européenne pour appuyer leur idée que les Pays-Bas n'ont plus voix au chapitre dans l'UE et qu'il vaudrait mieux pour eux de la quitter.
L'inquiétude est donc palpable au sein des élites bruxelloises à l'image du président de la Commission, Jean-Claude Juncker, qui avait prévenu qu'un "Non" pourrait conduire à une "crise continentale". Il faut dire qu'après le "Non" des Danois à la coopération policière accrue au sein de l'UE en décembre 2015 et la percée du parti eurosceptique allemand AfD (Alternative für Deutschland) lors des dernières élections régionales, le courant eurosceptique a le vent en poupe sur tout le continent européen.

L'estocade finale pourrait être portée par un "Non" des Britanniques lors de leur referendum sur la sortie de l'UE le 23 juin 2016. Avec le début de la campagne officielle depuis le vendredi 15 avril 2016, l'inquiétude est montée d'un cran à Bruxelles. Les sondages donnent pour l'instant les deux camps au coude à coude mais si le "Non" l'emporte, nul doute que l'UE affronterait la plus grave crise de son histoire.



Par (dernière modification le 20/04/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :