Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
09/04/2017

Les femmes en francophonie


Elles constituent la moitié de l'humanité, en francophonie comme partout ailleurs. Elles donnent la vie, élèvent les enfants et nourrissent leur famille. Dans beaucoup de pays, elles vont aux champs. Dans d'autres pays, elles vont au bureau ou bien à l’usine. Et souvent, elles font tout cela en même temps. Ce sont les femmes, les mères, les filles. Quand elles sont grandes, on leur refuse le plus souvent les meilleurs postes, et la parité semble s’arrêter pour elles aux portes du pouvoir. Certains métiers leur sont interdits, et à travail égal, salaire inégal. Comment ne pas reconnaître qu'elles sont les artisanes, les créatrices les plus indispensables d'un développement durable et solidaire.


Le 1er Forum mondial des femmes francophones a permis des avancées pour les droits des femmes

Au centre: la Secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean et Phumzile Mlambo-Ngcuka, Secrétaire générale adjointe de l’ONU chargée de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes. Photo (c) Cyril Bailleul / OIF
Au centre: la Secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean et Phumzile Mlambo-Ngcuka, Secrétaire générale adjointe de l’ONU chargée de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes. Photo (c) Cyril Bailleul / OIF

femmes_francophones.mp3 Femmes en francophonie.mp3  (350 Ko)


Le Forum mondial des femmes francophones est aujourd'hui incarné, il a le visage de toutes les femmes francophones. Les femmes instaurent un nouveau siècle des Lumières: partout où elles vont, elles sont porteuses de valeurs de justice, d'égalité et de paix.
Le Forum mondial des femmes francophones est l'expression d'une volonté qui est devenue réalité et que rien ne semble plus arrêter. Ce forum a vocation à transformer la société, faire bouger les lignes, rapprocher ce qui a été séparé, réconcilier ce qui a été opposé et réparer ce qui a été abîmé.
Le président de la République française François Hollande a soutenu dès le départ cette initiative. Les visages des femmes francophones se retrouvent désormais sur ceux de la Première ministre du Sénégal, Aminata Toure et depuis le 23 janvier 2017, de la présidente de la République centrafricaine, Catherine Samba-Panza.

Lors du discours de clôture du 2e Forum mondial des femmes francophones le 4 mars 2014 à Kinshasa, Yamina Benguigui alors ministre déléguée chargée de la francophonie avait déclaré: "Nous sommes prêtes à faire éclater le plus haut plafond de verre. Nous posons ici les bases du destin de générations entières de filles et de femmes! Tel un torrent charriant avec force les obstacles qui tentent de freiner son courant, le forum est en marche, rien ne l'arrêtera".

Créée en 1987, l'AIFF (Association internationale des femmes francophones) est une organisation d'amitié, d'échanges culturels et de solidarité entre les femmes de l'espace francophone pour une meilleure connaissance mutuelle et une reconnaissance de leur identité universelle en tant que citoyenne, épouse, mère et gardienne des valeurs culturelles.


Parallèlement, la paix et la démocratie ont progressé dans l'espace francophone…

"Les soldats africains et français ont fait triompher la liberté, la démocratie et les droits de l'homme, en libérant le Mali, et en particulier les femmes maliennes, de l'oppression extrémiste. En République démocratique du Congo, les forces du M23 qui avaient fait du corps des femmes un champ de bataille, ont été vaincues. La lutte contre l'impunité de toutes les forces et de tous les groupes armés, auteurs de violences faites aux femmes à l'Est de la RDC, est relancée! C'est une bataille à laquelle les femmes francophones sont attachées", déclarait Yamina Benguigui en 2014.

Mary Robinson, la plus francophone des femmes anglophones, et envoyée spéciale du secrétaire Général des Nations Unies pour la région des Grands lacs, avait assuré lors du 2e Forum mondial des femmes francophones en 2014 que la question des femmes serait constamment prise en compte dans le traitement politique de la situation dans cette région.

4e édition du colloque international "Femmes en francophonie", les 23 et 24 mars à l'occasion des journées de la francophonie 2017

Quelle place les femmes d’hier et d’aujourd’hui occupent-elles dans le monde de la francophonie? Comment se positionnent-elles dans ce vaste et riche espace? De quelle manière s’y expriment-elles? La question des femmes en francophonie, qui peut s’avérer être épineuse, peut s’étudier au croisement de domaines de recherche variés tel que la littérature, les sciences du langage, l’histoire, l’ethnologie, la sociologie, les médias, la communication ou encore la philosophie.
Organisé pour la quatrième année consécutive dans le cadre des Journées de la francophonie, ce colloque international s’est proposé d’apporter des éléments de réponse aux questions que soulève la thématique des femmes en francophonie. Transdisciplinaire, il a permis aux chercheurs issus d'universités et de domaines de recherches divers de partager leurs connaissances sur cette question des femmes en francophonie.

Maeva Touzeau, membre associé à la Chaire de recherche en études acadiennes et francophones à l'université Sainte-Anne au Canada explique qu’il s’agissait avant tout d’une rencontre littéraire, pédagogique et linguistique. 70 personnes ont participé à cette 4e édition. "Ce colloque a suscité beaucoup d’intérêt, 160 propositions ont été envoyées. La question de la femme est mondiale, elle est aussi très vaste. Beaucoup d’auteures maghrébines et canadiennes explosent. Ces femmes francophone écrivains sont engagées, leur plume est incisive, autant que celle d’un autre écrivain, malgré tout elles se heurtent à des murs."

Beaucoup de femmes présentent à différents niveaux institutionnels ont participé à ce colloque. La femme est très visible au sein de l’OIF. Les thématiques cherchent à revaloriser la femme dans le monde. Cet axe de réflexion permet de se questionner sur l'engagement des femmes francophones qui prennent la plume, mais aussi d'étudier la façon dont leurs cultures francophones propres transparaissent à travers leurs créations littéraires. Cette thématique des femmes en littérature amène également à s'interroger sur les difficultés que peuvent rencontrer ces dernières pour accéder à l'écriture et surtout pour être publiées. "Un point commun réunissait toutes ces femmes, l’importance de l’engagement, de la cause des femmes en tant que telle. L’axe de réflexion linguistique et littéraire était très pertinent, leurs écrits vont au-delà de l’intime et des stéréotypes, elles ne restent pas dans ces carcans que certaines sociétés patriarcales imposent. Elles sont un point d’encrage essentiel", poursuit Maeva Touzeau. "Je dirais que ce colloque était engagé, passionné et contenait beaucoup d’échanges", conclue-t-elle.

Au fil du temps, les femmes se sont engagées dans de nombreuses luttes pour faire progresser leurs droits: du vote à la question de l’avortement en passant par les enjeux de l’accès à l’éducation, les femmes participent aujourd’hui activement à la vie politique, sociale, artistique et économique de leurs pays. Des femmes pionnières ont ouvert de nouvelles voies dans divers domaines mais ont dû faire face à des défis, des obstacles, et des limites rencontrées à travers les époques et les espaces géographiques francophones.

Le contexte de mondialisation actuel rend le questionnement sur les femmes en francophonie particulièrement complexe. Prises entre les vents de l’uniformisation et ceux du contact permanent, les femmes francophones sont appelées à remettre en question leur statut et à prendre conscience de leur rôle aux niveaux familial, communautaire, national et international.

Dans le domaine de l’éducation, l’axe a porté sur les enjeux de l'éducation et de la formation des femmes dans le monde francophone. Il a permis de mettre en évidence les résolutions prises par l'OIF afin de promouvoir l'éducation des femmes.

L'implication des femmes dans toutes les décisions affectant la stabilité est primordiale, fondamentale. Les avancées ne peuvent pas faire oublier tous les défis qui restent à relever pour l'égalité réelle entre les hommes et les femmes et pour le respect de leurs droits: les droits des femmes ne sont jamais des acquis. Les droits des femmes sont le baromètre implacable de l'évolution des sociétés.




Par (dernière modification le 08/04/2017)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 58




Dans nos blogs :

Présidentielle 2017: La place du sport dans le programme des candidats

Le sport étant un sujet d’intérêt général, les candidats à la présidence de la République française se doivent de participer à la...



Le Podcast Journal sur :