Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
Jeanne Voisin
09/10/2011

Les insolites de Jeanne


Noces andalouses - Une fermeture qui ne passe pas inaperçue - Un indigné de plus


Noces andalouses

Don Fernando Álvarez de Toledo, 3e duc de Albe,1507-1582, peinture du Titien, actuellement au palais de Liria, résidence de la famille d'Albe à Madrid.
Don Fernando Álvarez de Toledo, 3e duc de Albe,1507-1582, peinture du Titien, actuellement au palais de Liria, résidence de la famille d'Albe à Madrid.

insolitesdejeanne_1.mp3 insolitesdeJeanne.mp3  (3.25 Mo)


Alfonso Díez Carabantes né à Palencia en Castille le 15 novembre 1950, au sein d'une famille de douze enfants, avait bien peu de chances de rencontrer María del Rosario Cayetana Paloma Alfonsa Victoria Eugenia Fernanda Teresa Francisca de Paula Lourdes Antonia Josefa Fausta Rita Castor Dorotea Santa Esperanza Fitz-James Stuart, Silva, Falcó y Gurtubay, 18e duchesse d'Albe, Grande d'Espagne, aristocrate la plus titrée du monde et une des plus grandes fortunes. Ce cadre de la Sécurité sociale de Madrid, célibataire endurci, aimait les arts. C'est ainsi qu'il y a trente ans, chez un antiquaire, il fit la connaissance de Cayetana comme l'appellent familièrement les Espagnols. Ils se perdirent de vue et se retrouvèrent il y a quatre ans dans un cinéma madrilène. Depuis ces retrouvailles, on les a vus partout ensemble jusqu'à ce jour d'août dernier où ils annoncèrent leur prochain mariage, pour le 5 octobre précisément. Il a été célébré dans la chapelle du palais de las Dueñas à Séville, demeure andalouse des XVe et XVIe siècles, propriété de la famille d'Albe. En présence de quelques amis et de la famille, dont quatre des six enfants de la duchesse deux fois veuve. Son photographe attitré a immortalisé la cérémonie que "couvraient" les représentants de 20 médias internationaux. Pour ses troisièmes noces, la mariée avait drapé ses 85 ans dans une robe couleur saumon des créateurs espagnols Victorio & Lucchino et s'est lancée dans un flamenco endiablé. Les convives pouvaient se régaler de gazpacho, riz à la provençale aux gambas, langouste à l'américaine, tournedos sauce béarnaise, crème caramel, gâteau aux amandes et glace au chocolat nappé de nougat chaud. Ce mariage a ravi les marchands de souvenirs qui ont été dévalisés de leurs t-shirts, masques en papier à l'effigie de la duchesse et perruques. Nous rappelions il y a quelques semaines que ce mariage n'avait ps fait que des heureux. Les enfants nés du premier mariage de la duchesse se sont d'abord opposés à cette union avec Alfonso Diez et pour calmer leurs réticences, elle a dû répartir son héritage.

Une fermeture qui ne passe pas inaperçue

Jorge Luis Borges photographié par Grete Stern en 1951, il avait alors 52 ans et mourra en 1986.
Jorge Luis Borges photographié par Grete Stern en 1951, il avait alors 52 ans et mourra en 1986.
Il y a peu, on pouvait lire dans la presse internationale une nouvelle qui a agité Buenos Aires. En effet, le Richmond, haut lieu de la vie intellectuelle argentine est fermé depuis le 14 août dernier au matin. Cette fermeture provoque l'indignation car il se dit que l'illustre établissement deviendrait un magasin de chaussures de sport de la marque Nike, laquelle toutefois se défend d'y être pour quelque chose. Pour comprendre ce choc, il suffit de rappeler que le plus anglais des cafés de Buenos Aires était fréquenté par Jorge Luis Borges et que les grands noms de l’Aéropostale en furent clients et que Mermoz et Saint-Exupéry y jouaient au billard. Graham Greenele mentionne dans "Le Consul honoraire" et Julio Cortázar y situe son roman "Marelle". Et cela semble irrémédiable puisque peu après la fermeture, le restaurant a été vidé des fauteuils, des tables, et même des machines à café. Ouvert le 17 novembre 1917, rue Florida, la grand artère commerçante du centre de Buenos Aires, il devient rapidement le café le plus élégant de la capitale, il avait été décoré par l'architecte belge Jules Dormal qui participa aussi à la construction du théâtre Colón, le temple de l'art lyrique à Buenos Aires. Des protestations se sont immédiatement élevées dans la capitale argentine et une marche a été organisée le 16 août. Teresa de Anchorena, qui veille sur le patrimoine argentin en tant que membre de la Commission des monuments, regrette que le ministre de la Culture de Buenos Aires, Hernán Lombardi, ne soit pas intervenu pour protéger ce café classé. De son côté, Santiago Pusso, responsable de l'ONG "Basta de demoler", "Assez de démolitions", veut déposer une plainte contre le ministre qui a "manqué à ses devoirs de fonctionnaire". Un magistrat, saisi par un député du Parlement de Buenos Aires, ordonne le retour du mobilier et le maintien d'une surveillance policière permanente devant le Richmond. On peut encore espérer qu'il sera sauvé puisqu'une loi entrée en vigueur en 2007, la 2548, complétée depuis, vise à contrôler les démolitions de bâtiments antérieurs à 1941. Il faut dire que les affaires dudit café n'étaient pas très florissantes, les serveurs n’étaient pas payés depuis des semaines et leur nombre était passé de 50 à 10. Ce n'est pas hélas, le seul établissement traditionnel de Buenos Aires qui soit menacé, la pâtisserie las Violetas ouverte en 1884 a fermé puis rouvert et el Café Británico fondé en 1926 s'est maintenu difficilement. La confiserie El Molino ouverte en 1917 a fermé en 1997 et attend toujours une hypothétique réouverture. En revanche, le café Tortoni inauguré en 1858 et qui vit défiler notamment Carlos Gardel, Luigi Pirandello, Federico García Lorca ou Arthur Rubinstein, résiste aux difficultés des temps.

Un indigné de plus

Le célèbre financier George Soros a déclaré le 3 octobre, qu'il éprouvait de la sympathie pour les opinions des manifestants bâillonnés avec des billets qui défilaient bardés de banderoles à Wall Street. Ils ont d'ailleurs essayé de bloquer le pont de Brooklyn et plus de sept cents d'entre eux ont été interpellés. On a pu entendre "Le système monétaire ne fonctionne pas. Les banques sont là pour nous voler. Tout le monde est endetté, que ce soit de factures médicales, de frais scolaires ou de prêts. Les gens en ont assez". Le milliardaire américain d'origine hongroise a bâti son immense fortune, classée au 46e rang mondial du magazine Forbes en 2011, sur la spéculation, grâce en particulier à son fonds d'investissement Soros Fund Management. Il a révélé qu'il comprenait cette réaction contre les actions des banques. Il a rappelé le sort des propriétaires de petites entreprises qui ont vu les taux d'intérêt de leurs crédits passer de 8% à 28% après la crise de 2008. Le mouvement "Occupy Wall Street", "Occupons Wall Street", né récemment à New York sur le modèle des "Indignés" espagnols et des révoltes des Printemps arabes et qui réclame un système économique plus juste, connaît un grand succès et pas seulement dans la capitale économique et financière. D'autres villes, notamment Chicago, Boston, Washington, San Francisco et Los Angeles ont vu de semblables défilés. ils sont soutenus par Internet et appellent à de nouvelles manifestations via les réseaux sociaux pour dénoncer les excès des établissements bancaires et les liens détestables qu’ils ont tissés avec les hommes politiques et les grandes entreprises. Et le vieil habitué du Forum de Davos, par ailleurs philanthrope reconnu, de poser un diagnostic "Et en même temps, la décision de ne pas injecter de capitaux dans les banques, mais en réalité de les soulager de leurs mauvais avoirs et de leur permettre de s'extraire du trou, laisse les banques avec des super profits et leur permet de verser des super bonus". Avant d'ajouter que "Le contraste entre les deux est, je pense, une raison principale" des manifestations anticapitalistes et du Tea party.


Par Jeanne Voisin (dernière modification le 08/10/2011)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Vies de chiens - 17/09/2016

Bretagne est morte - 19/06/2016

Harry Potter revit - 08/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 11




Dans nos blogs :

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...



Le Podcast Journal sur :