Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
22/08/2016

Michael Phelps, le tour d'honneur d'une légende


C'est une légende du sport qui se retire. Michael Phelps, l'homme aux 26 titres de champion olympique et 28 médailles olympiques a décidé de prendre sa retraite sportive. De sa première expérience olympique à même pas 16 ans, à sa sortie en apothéose à Rio, retour sur la destinée exceptionnelle de celui qui est désormais considéré comme le plus grand nageur de tous les temps.


De Sydney à Pékin, la naissance d'une légende

Photo (c) Marco Paköeningrat
Photo (c) Marco Paköeningrat

michael_phelps.mp3 Michael Phelps.mp3  (148.37 Ko)


C'est à l'âge de 7 ans que le jeune Michael Phelps découvre la natation dans son Maryland natal. Souffrant de troubles déficitaires du comportement, le jeune athlète ne s'inscrivait pourtant que pour canaliser son trop plein d'énergie. Une énergie si débordante qu'elle le place d'emblée au-dessus de tous les enfants de son âge. Dès ses 10 ans, il bat le record national de sa catégorie. A 15 ans, il découvre les Jeux Olympiques en s'engageant sur le 200 mètres papillon à Sydney. Une première expérience Olympique qui laisse une saveur amère, puisque Phelps échoue à remporter une médaille, se classant cinquième de la finale.

Une première désillusion dans sa carrière? Au contraire, un tremplin qui l'emmène rapidement au sommet de sa discipline. A peine cinq mois après les jeux, le nageur signe son premier record du monde, toujours sur 200 mètres papillon, alors qu'il n'est pas encore âgé de 16 ans. Une progression exponentielle qui trouve un premier écho lors des championnats du monde de Barcelone, en 2003. Le jeune Michael Phelps y éblouie le monde de la natation en remportant trois médailles d'or et deux en argent, le tout en battant cinq records du monde, performance inédite jusque-là.

Sur sa lancée, il s'attaque aux Jeux Olympiques d'Athènes avec une ambition incroyable: battre le record de son compatriote Mark Splitz, vainqueur de sept titres Olympiques aux jeux de 1972. Malgré moult titres et records du monde, le nageur américain ne remporte "que" six titres Olympiques, ainsi que deux médailles de bronze. Si, avec ses huit médailles, il égale la performance du gymnaste russe Alexander Dityatin lors des Jeux de Moscou, en 1980, son appétit de titres n'est pas rassasié.

C'est lors des Jeux Olympiques de Pékin, en 2008, que vient l'apothéose. Au-dessus de la concurrence, Michael Phelps parvient à décrocher les huit médailles d'or Olympiques qu'il convoitait tant. Le tout en battant sept records du monde et un record olympique lors des finales. Une performance qui fait de lui le plus grand nageur de tous les temps mais aussi le deuxième athlète le plus titré de l'histoire, derrière la gymnaste russe Larissa Latynina. Le constat est alors sans appel: A tout juste 23 ans et 16 médailles Olympiques, Michael Phelps est trop fort pour la concurrence.


Entre suspension et records, une suite de carrière trouble

Pourtant, tous ces succès sont difficiles à gérer pour Michael Phelps, qui demeure relativement jeune. Au sortir des Jeux Olympiques, le nageur s'octroie des vacances bien méritées après des années de travail intensif. Sauf que pendant ces quelques mois sans nager, les ennuis s'accumulent pour lui. Photographié en train de fumer du cannabis lors d'une fête, il écope de trois mois de suspension de la part de la fédération américaine de natation.

Lâché par plusieurs sponsors à cause de cette affaire et revenu avec 9 kilos en trop suite à ses vacances prolongées, Phelps doit mettre les bouchées doubles pour revenir. Profitant de divers meeting, il jauge ses différents concurrents et retrouve son poids de forme. Et c'est lors des mondiaux de Rome qu'il signale qu'il est toujours le plus fort. Dans un contexte pesant, marqué par la controverse autour des combinaisons en polyuréthane, le champion olympique a un statut à assumer. Rien qui ne puisse l'effrayer, puisqu'il remporte cinq médailles d'or et bat le record du monde du 100m papillon. Mieux, lors de cette finale il prend la mesure de son plus grand rival sur nage papillon Milorad Čavić, qui avait d'ailleurs dénigré ses exploits dans la presse.

Aux Jeux Olympiques de Londres, Michael Phelps réalise pourtant une entrée en matière loin de ses standards. Lors de la finale du 400 m 4 nages, il ne termine qu'à la quatrième place et voit un podium olympique lui échapper pour la première fois depuis 2004. Le début d'un déclin? Que nenni, l'Américain termine la compétition avec six médailles dont quatre en or. Devenu le sportif le plus titré de tous les temps avec ses 22 médailles olympiques dont 18 en or, Phelps n'a plus rien à prouver. C'est donc avec le sentiment du devoir accompli qu'il met un terme à sa carrière sportive.

Un retour en apothéose

Retiré de la natation, Michael Phelps s'occupe comme il peut. Il s'adonne au golf - sa seconde passion - et s'engage auprès de ses sponsors et sa fondation. Mais cela ne remplace en rien l'adrénaline des grandes compétitions. C'est pourquoi, courant avril 2014, la légende annonce son retour dans les bassins. Après plusieurs performances encourageantes marquées par des victoires en meeting, sa progression est cependant stoppée net. Arrêté par la police du Maryland pour excès de vitesse et conduite en état d'ivresse, il est suspendu six mois par la fédération américaine de natation. Une décision qui le prive des Championnats du Monde de Kazan de 2015.

C'est donc aux Jeux Olympiques de Rio que Michael Phelps effectue son fracassant retour. Intronisé porte drapeau des États-Unis lors de la cérémonie d'ouverture, le nageur fait également le spectacle dans les bassins. Il ajoute six nouvelles médailles à sa collection, dont cinq en or. Ce qui porte son bilan à 28 médailles olympiques, dont 23 en or. Une performance encore époustouflante, qui a rassasié l'intéressé. Celui-ci en a profité pour annoncer qu'il mettait pour de bon un terme à sa carrière sportive, satisfait de finir sur un tel succès. Avant de réapparaitre une nouvelle fois pour survoler la concurrence, lors des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020?



Par (dernière modification le 21/08/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Le marathon azuréen - 22/11/2016

L'hebdo athlétique - 22/06/2016

L'hebdo athlétique - 14/06/2016

L'hebdo athlétique - 08/06/2016

L'hebdo athlétique - 25/05/2016

L'hebdo athlétique - 17/05/2016

L'hebdo athlétique - 04/05/2016

L'hebdo athlétique - 29/04/2016

1 2 3 4 5 » ... 17




Dans nos blogs :

Dix jours pour défendre les Droits de l'Homme

Du 2 au 11 décembre 2016, Amnesty International France organise "10 jours pour signer", l'événement annuel de mobilisation en faveur de...

Echo de Voxel, qu'est-ce que c'est quoi, ça ???

Après un an, il est temps de relancer la machine, si possible à un rythme de croisière plus soutenu, et peut-être aussi d'expliquer de quoi...

Législatives koweïtiennes: retour en force de l’opposition dominée par des islamistes

Les élections législatives du 26 novembre 2016 ont été marquées par une forte participation et le retour de l'opposition koweïtienne,...



Le Podcast Journal sur :