Connectez-vous S'inscrire

Le Podcast Journal - podcastjournal.net 


Samedi 22 Novembre 2014
22:13
 


Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur l'écran avec fond noir ou blanc (icône imprimante ci-dessous)

Penchée sur son piano, une viola à la main

03/06/2012
Lu par 1212 visiteurs web

Manal Abdallah a découvert la viola pour la première fois chez son amie quand elle était dans son septième cour de piano. À vingt ans elle ne savait pas encore que cet instrument de musique existait. Huit ans après, la jeune institutrice de langue anglaise n’arrive pas à se décider entre la musique loin de laquelle elle ne peut pas vivre et sa thèse de doctorat sans laquelle elle ne peut pas survivre les difficultés de la vie au pays du Cèdre.


Interview

Photo (C) Manal Abdallah
Photo (C) Manal Abdallah

podcast_manal_musicienne.mp3 Podcast_Manal_Musicienne.mp3  (210.41 Ko)

J’ai commencé mes études de musique à 16 ans après avoir débuté avec le piano à la maison quand j’ai eu mes 12 ans, disait Manal qui jouait sur son instrument la musique des chansons de Feyrouz dans le temps sans une connaissance des notes musicales. Elle se rappelle toujours de son premier jour au conservatoire national. J’ai couru à la maison pour répéter. C’était comme un rêve.

La musique a parrainé son diplôme de master en langue anglaise. Manal a su l’utiliser en tant qu’instrument dans l’enseignement de l’anglais comme deuxième langue. S’était peut être pour dire qu’elle ne peut pas vivre dans un endroit où il n’y a pas suffisamment de musique. Manal parait suffoquer lorsque les questions ont changé de foyer.

Podcast Journal (PJ): Vous comptez faire un doctorat en langue anglaise?
Manal Abdallah (MA): Oui.

PJ: Avez-vous planifié pour vos études supérieures alors?
MA: Pour faire mon doctorat (pause) il nous faut une expérience de 3 ans dans l’enseignement. (Pause) J’ai eu cette expérience et donc… je pourrais opter pour un diplôme… de doctorat.

PJ: Vous paraissez mal à l’aise maintenant que vous êtes entrain de parler des études.
MA: Mais je suis contente à chaque fois que j’aille à Beyrouth pour mes cours de viola!

PJ: Et le doctorat?
MA: Ce que je vis maintenant est très spécial et je ne veux surtout pas le rater!

Ce que Manal a évoqué n’est qu’un exemple de la souffrance des musiciens au Liban – un tel métier n’est certainement pas une façon de gagner sa vie dans le pays qui pousse ses citoyens à avoir plusieurs emplois sans lesquels la survie serait impossible surtout que le gouvernement n’assure aucun bénéfice aux artistes.

Manal enseigne dans une école de musique et donne des leçons privées. Elle rêve devenir une musicienne qui joue dans un orchestre. Aurait-elle la possibilité de poursuivre ses aspirations, ou bien devrait-elle rester dans une double vie avec une jouissance intercalée et inachevable? Seul le temps pourrait nous répondre…


Par — Nombre de lectures web de cet article (hors podcasts, smartphones et tablettes): 1212 fois — Contenu mis à jour le 01/06/2012





1.Posté par Jihane le 03/06/2012 18:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Manal ... a special friend, a sensitive musician, a competent teacher ... well, a great person in...  

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 54











Partager ce site


Publicité


Vous pouvez visualiser nos articles sur fond blanc aussi, sur www.podcastjournal.net




visiteurs différents