Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 

Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
20/01/2016

Rohingya: dernière ligne droite d'un génocide programmé?


Pour l'ONU, les Rohingyas sont considérés comme "la minorité la plus persécutée au monde". Pour l’État birman, ils ne sont personne. Plus d'un million d'entre eux sont marginalisés, dépourvus de tous droits humains fondamentaux. Devenus apatrides dans leur propre pays, les Rohingyas sont victimes de multiples persécutions, restrictions et de violences religieuses.


Rohingyas déplacés. Photo (c) Foreign and Commonwealth Office
Rohingyas déplacés. Photo (c) Foreign and Commonwealth Office

rohingyas_les_oublies_du_myanmar_1.mp3 Les oubliés du Myanmar.mp3  (1.02 Mo)


La minorité ethnique musulmane, habituellement connue sous le nom de Rohingya, un mot tabou chez la plupart des Birmans, nombreux à les considérer comme des immigrés illégaux; ne font pas partie des 135 minorités ethniques que recense officiellement les autorités, depuis la loi de 1982 instaurée par la junte militaire. Pourtant présent sur le territoire depuis plusieurs siècles, ils vivent dans le nord-ouest du pays, dans l’État de Rakhine (majoritairement bouddhiste). Une région densément peuplée et la plus pauvre du pays.

Le Myanmar se trouve actuellement dans un contexte fragilisé dû à des tensions inter-communautaires qui ont éclatées en 2012. Cette vague de violences extrêmes a contraint à pousser des milliers de familles à se réfugier dans des camps insalubres. Vivant dans une grande pauvreté, elles ne doivent leur salut qu'à l'aide humanitaire qui parvient difficilement jusqu'à elles. Véritable épuration ethnique, le constat actuel est alarmant! Plus d'un million de Rohingyas apatrides, plus de 1000 Rohingyas tués, 1200 sont portés disparus. Expropriés, extorqués, privés de soins, interdiction de travailler, de se marier ou d'étudier. Destruction de leur patrimoine culturel. Et plus de 180.000 personnes ont été déplacées.

Selon l'ONG Human Right Watch (HRW), le régime birman ainsi que plusieurs moines bouddhistes sont accusés d'avoir perpétré "un crime contre l'humanité".

A l'heure où l'attention internationale se focalise sur le processus de transition démocratique du pays, des milliers de Rohingyas nourrissent l'espoir de trouver un avenir meilleur et tentent de fuir, au péril de leur vie, vers les pays frontaliers, en faisant appel à des passeurs sans scrupule. La plupart sont victimes du trafic d'êtres humains et vendus comme esclaves. Ceux qui survivent à cette traversée en mer n'obtiennent aucune aide à leur arrivée. Aucun statut de réfugiés ne leur est accordé. Ils sont renvoyés au Myanmar ou interner dans des camps dont les conditions de vie déplorables sont similaires.

Quand aux autorités birmanes, elles récusent toute responsabilité dans le drame des "boat people" fuyant le pays et abandonnés à leur sort par les pays voisins, qui les rejettent à leur tour en mer. L'Indonésie, la Malaisie et la Thaïlande sont confrontés à cet afflux de migrants qu'ils ne souhaitent pas accueillir. Les Nations Unies qualifient la situation de "crise humanitaire massive".

Face à ce drame humanitaire et à la pression international grandissante, l'Indonésie et la Malaisie ont finalement accepté d'accueillir un certain nombre de demandeurs d'asile, à condition qu'ils s'installent dans un autre pays d'ici mai 2016.

La question des Rohingyas est d'ailleurs passée sous silence durant toute la campagne électorale de 2015, laissant de nombreuses interrogations sans réponses quand à une solution durable et à un avenir plus propice. A cette même période, un rapport publié par l'université de Yale s'appuyant sur une enquête juridique menée par des étudiants en droit a démontré explicitement à travers une liste de violences subies par la minorité musulmane: "viols, meurtres, restrictions imposées sur les naissances et instauration de conditions ayant pour conséquences de détruire le groupe", qu'il existait bien de "solides preuves" pour affirmer qu'un génocide est en cours contre les Rohingyas.

Sources chiffrées: UNHCR-ECHO




Par (dernière modification le 20/01/2016)




Nouveau commentaire :
Twitter

Veuillez respecter la nétiquette.
Connectez-vous pour communiquer et faire partie du réseau du Podcast Journal! Tous les articles, commentaires, annonces, sujets de forum seront podcastés après une éventuelle modération: nous n'acceptons pas les contenus contraires aux Conditions Générales d'Utilisation, comportant des propos intraduisibles, ayant un aspect militant, incitant à la haine ou à une quelconque discrimination.
L'abonnement aux flux ainsi que l'inscription au Podcast Journal sont gratuits.


Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Guerres hors la loi - 14/11/2016

1 2 3 4 5 » ... 55




Dans nos blogs :

Un orgasme = un arbre planté

Utiliser internet quotidiennement génère une grande quantité d’émissions de CO2. Grâce à des opérations ponctuelles ou des actions longue...

20 ans après, les pesticides sont toujours en moi [Interview]

Après la découverte du virus de l’hépatite C, Marie* apprend que son corps est également perturbé par de nombreuses toxines chimiques. Mais...

L’Amérique post-Trump [Revue de presse]

Trois semaines après l’élection de Donald Trump à la présidentielle américaine, le monde entier s’étonne encore de ce résultat inattendu....



Le Podcast Journal sur :