Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net
J.N.B.L.
29/10/2011

Syrie - Patients et personnel soignant sont pris pour cibles

Communication de notre partenaire


"Le gouvernement syrien a transformé les hôpitaux en instruments de répression alors qu'il met tout en œuvre pour écraser l'opposition", écrit Amnesty International dans un nouveau rapport publié le 24 octobre. Intitulé "Health Crisis: Syrian Government Targets the Wounded and Health Workers", ce document de 39 pages dénonce le fait que des patients soignés dans au moins quatre hôpitaux publics ont été soumis à des actes de torture et autres mauvais traitements, y compris de la part de professionnels de la santé.


Les personnels hospitaliers soupçonnés de soigner les manifestants et autres personnes blessées dans le cadre des troubles ont eux-mêmes été confrontés aux arrestations et à la torture.
"Nous sommes extrêmement préoccupés par le fait que les autorités syriennes auraient donné carte blanche aux forces de sécurité dans les hôpitaux, et que dans bien des cas le personnel hospitalier aurait infligé des actes de torture et des mauvais traitements aux personnes même dont ils sont censés s'occuper. Étant donné l'ampleur et la gravité des blessures dont souffrent bien des Syriens à travers le pays, il est inquiétant de constater que beaucoup pensent qu'il est plus sûr de ne pas se faire soigner que de se rendre dans des centres médicaux adaptés", a indiqué Cilina Nasser, chercheuse sur l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient à Amnesty International.

D'après les informations recueillies par Amnesty International, des patients ont été agressés par des médecins, des professionnels de santé et des agents de sécurité dans les hôpitaux nationaux de Banias, Homs et Tell Kalakh, et dans l'hôpital militaire de Homs. Un médecin de l'hôpital militaire de Homs a raconté à Amnesty International qu'il avait vu quatre médecins et plus de 20 infirmières infliger des violences à des patients. Ahmed a été amené inconscient à l'hôpital national de Tell Kalakh le 22 août, après avoir été frappé par des membres des forces de sécurité. Un témoin l'a vu dans la salle des urgences: "Il était entouré par sept ou huit agents de sécurité, dont certains armés de fusils, et par des infirmières en blouse blanche. Il a ouvert les yeux et a dit: "Où suis-je?" Tout à coup, ils se sont rués sur lui et ont commencé à le rouer de coups."

En outre, certains patients ont été arrêtés dans les hôpitaux. Le 7 septembre, des membres des forces de sécurité qui recherchaient un opposant au gouvernement, commandant sur le terrain présumé, ont fait une descente dans l'hôpital al Birr wa al Khadamat à Homs. Ne le trouvant pas, ils ont emmené 18 blessés. Un professionnel de la santé présent au moment du raid a raconté à Amnesty International qu'il avait vu au moins un patient inconscient se faire enlever son respirateur artificiel avant d'être emmené. Ayant peur de se rendre dans un hôpital du gouvernement, de nombreux Syriens choisissent de se faire soigner soit dans des cliniques privées, soit dans des hôpitaux de campagne de fortune, sous-équipés. Des médecins de l'hôpital national de Homs ont expliqué que le nombre d'admissions pour blessures par balles avait sensiblement chuté depuis le mois de mai, lors même que le nombre de victimes et de blessés ne cesse d'augmenter dans les rues.

En Syrie, la Banque centrale du sang est seule habilitée à fournir du sang. Elle est sous contrôle du ministère de la Défense, ce qui plonge les cliniques privées dans un cruel dilemme. Un médecin qui travaillait dans une clinique privée de Homs a expliqué à Amnesty International: "Nous étions confrontés à un dilemme à chaque fois qu'un patient blessé par balle arrivait et avait besoin d'une transfusion de toute urgence : si nous envoyions une demande à la Banque centrale du sang, les services de sécurité apprendraient où il se trouvait et il courrait le risque d'être arrêté et torturé, voire de mourir en détention."
Les travailleurs médicaux sont eux-mêmes pris pour cibles par les forces de sécurité, certains parce qu'ils soignent les blessés, d'autres parce qu'ils sont soupçonnés d'avoir participé à des manifestations ou d'avoir filmé les manifestants.

Le 7 août, une vingtaine de soldats et de membres des forces de sécurité ont attaqué un hôpital gouvernemental dans le gouvernorat de Homs et arrêté sept membres du personnel. L'un d'entre eux a décrit à Amnesty International leur interrogatoire, au cours duquel certains de ses collègues ont été passés à tabac: "La personne chargée de l'interrogatoire a demandé: "Tu veux être torturé ou tu veux parler?" Il m'a accusé ainsi que mes collègues de soigner les blessés sans en avertir les autorités et m'a demandé les noms des blessés."

Amnesty International a invité les autorités syriennes à donner des instructions précises et claires à tous les hôpitaux, qui doivent accueillir et soigner tous les blessés sans délai, et accorder la priorité à l'intérêt des patients avant toute autre préoccupation.

syrie_6.mp3 Syrie.mp3  (559.31 Ko)




Par J.N.B.L. (dernière modification le 27/10/2011)





Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 31





Dans nos blogs :

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: ragondin, raie, raton laveur... Ragondin...



Le Podcast Journal sur :