Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Un opéra pour se dépayser


Si vous souhaitez vous plonger, ne serait-ce que pendant quelques heures, dans cette atmosphère mystérieuse que suggère l'empire ottoman au XVIIIe siècle, vous devez vous rendre à l'Opéra de Nice. Il a mis à son affiche en cette seconde quinzaine de janvier, l'opéra de Mozart "Die Entführung aus dem Serail", "L'enlèvement au sérail", sa première œuvre lyrique en langue allemande.


opera.mp3 Opéra.mp3  (452.78 Ko)


C'est plutôt un singspiel, soit une œuvre théâtrale parlée et chantée en allemand. Le livret que l'acteur et librettiste allemand Johann Gottlieb Stephanie dit "le Jeune", remet à Mozart le 30 juillet 1781, s'inspire de la pièce de Christoph Friedrich Bretzner, "Belmont und Konstanze". Chez Mozart, le noble espagnol Belmonte que l'on découvrira plus tard fils du gouverneur d'Oran, veut enlever sa fiancée Konstanze, retenue prisonnière dans le palais du Pacha turc Selim qui est lui-même un rénégat; timbales, triangle, trompettes et cymbales contribuent à transporter le spectateur dans un Orient rêvé. L’œuvre fut créée le 16 juillet 1782, au Burgtheater de Vienne, elle avait été commandée par l'empereur d'Autriche Joseph II qui voulait faire de cet établissement viennois un théâtre d'opéra allemand. A cette époque, Mozart était âgé de vingt-six ans et venait d'arriver à Vienne, libéré de l'autoritarisme de l'archevêque salzbourgeois Colloredo. Outre un grand nombre de compositions musicales, il avait déjà à son actif entre autres "La Finta Semplice" en 1768, "Mitridate, re di Ponto" en 1770, "La Betulia Liberata" en 1771, "Il Re Pastore" en 1775 et "Idomeneo" en 1781. Il devait se marier avec Constanze Weber, le 4 août 1782 à la cathédrale Saint Étienne de Vienne et n'avait pas encore fait la connaissance de Lorenzo da Ponte sur les livrets de qui il composera trois chefs-d’œuvre, "Les noces de Figaro" en 1786, "Don Giovanni" 1787 et "Così fan tutte" en 1790. Il mourra à Vienne le 5 décembre 1791.

Cette turquerie avait tout pour plaire et la première connut le succès comme en témoigne ce passage d'une lettre que Mozart adresse à son père 27 juillet 1782 "Mon opéra a été donné hier pour la troisième fois, avec grand "applauso", en l’honneur de toutes les Nannerl. Et le théâtre était une nouvelle fois bondé, malgré la chaleur atroce. Vendredi prochain, il sera repris, mais j’ai protesté, car je ne veux pas qu’on le rabâche ainsi. Les gens sont, je peux le dire, vraiment fous de cet opéra. Cela fait vraiment du bien de recueillir un tel succès".

Opéra de Nice les 19 et 24 janvier à 20 h, le 22 janvier à 15 h. A noter que la soirée du 24 janvier est réservée aux étudiants, prix des places 5€.

Direction musicale: Leopold Hager les 19 et 22 janvier, Philippe Auguin le 24 janvier

Mise en scène: Ron Daniels

Assistant mise en scène Jean-Christophe Mast
Décors: Riccardo Hernandez

Costumes: Deidre Clancy

Lumières: Mimi Sherrin

Konstanze: Anna Kristina Kaapola

Belmonte: Maxim Mironov 

Blonde: Catalina Bertucci

Pedrillo: Peter Hoare

Osmin: Kristinn Sigmundsson 

Pacha Sélim: Wolfgang Rauch 


Orchestre Philharmonique de Nice, Chœur de l’Opéra de Nice

4 et 6, rue Saint-François-de-Paule
06300 Nice

Tél: 04 92 17 40 00
www.opera-nice.org

19/01/2012




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:
1 2 3 4 5 » ... 112





Dans nos blogs :

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: renard, requin, rhinocéros... Renard roux...

La ville des chiens schtroumpfés

L'histoire des petits hommes de Peyo est imaginaire, tandis que celle des animaux devenus bleus est bel et bien moche et tristement réelle!...



Le Podcast Journal sur :