Loading
Podcast Journal
Le Podcast Jour


Le Podcast Journal - podcastjournal.net  

Rechercher un article publié :

 
 
Respectez l'environnement: n’imprimez pas nos pages sur papier, visualisez-les sur écran blanc ou noir, partagez-les sur vos réseaux ou envoyez-les par mail! Reproduction autorisée uniquement avec le lien mentionnant la source: www.podcastjournal.net

Velléités autonomistes, une chance pour l’Union européenne?

L'édito de la semaine


Un vent, pas si nouveau est en train de souffler en Europe et ailleurs. L’actualité liée aux referendums kurde mais surtout catalan dans le cadre européen, pose des questions dont les réponses sont loin d’être claires et établies. Le brouillard succéderait bien au vent…


edito_011017.mp3 Edito 011017.mp3  (1.64 Mo)


Pourtant, les questions liées aux autonomies ne sont pas nées d’hier. C’est au XIXe siècle qu’elles ont pris de l’ampleur en Europe avec la volonté d’autodétermination des peuples après le Congrès de Vienne où sans scrupules ni complexes, ont été redessinées les frontières européennes en 1814-1815, comme elles l’avaient été plus tôt sans les mêmes états d’âme par Napoléon Ier. Les Etats par définition n’aiment pas les revendications autonomistes qui, si elles étaient entendues mettraient d’après eux, en péril la stabilité du pays. Peut-être… mais que faire alors ?

Depuis la Seconde Guerre mondiale, que les Etats le veuillent ou non, de nombreux nouveaux pays ont été fondés; que ce soit après la décolonisation, la chute de Berlin ou par suite de guerres multiples et variées. Qu’on y soit favorable ou non, les frontières des pays sont en continuel mouvement. Cela se passe parfois pacifiquement; mais parfois malheureusement pas. Les Tchécoslovaques ont divorcé tout en douceur, la Yougoslavie elle, s’est séparée dans le sang. De nombreuses raisons peuvent expliquer ces échecs et ces réussites. Mais ce qui est sûr, c’est que le couvercle ne tient jamais très longtemps sur la cocotte-minute des revendications nationalistes, autonomistes, etc. A plus ou moins long terme, il explose et les explosions font souvent des victimes.

Par conséquent, le mieux semble de les entendre et de trouver, toujours dans le cadre d’un consensus, des solutions acceptables par tous. En Ecosse, au Québec et même au Kurdistan, les autorités avec plus ou moins de bonne volonté ont accepté ces consultations populaires. La peur du changement en l’occurrence, sentiment le mieux partagé au monde, n’y changera rien, alors autant tenter de maitriser le processus. Ce n’est pourtant pas manifestement ce qui se passe en Espagne, où Madrid en tentant d’empêcher le referendum d’aujourd’hui, manifeste ses craintes et encourage involontairement la volonté des Catalans en faveur de l’autonomie. En multipliant les coups de force contre les autonomistes, l’Etat espagnol va bientôt faire passer les Catalans pour des victimes et si cela dégénère, pour des martyrs.

Et l’Union européenne dans tout cela? Dans un contexte europessimiste affiché, l’occasion semble donnée à Bruxelles de saisir sa chance de montrer l’intérêt de son existence à ceux qui en doutent de plus en plus souvent. Il ne peut évidemment pas être question d’encourager sous quelque forme que ce soit, les mouvements autonomistes ou indépendantistes. Les pays concernés ne le pardonneraient jamais à l’Union. Mais si de facto, des Etats nouveaux voyaient le jour, ils seraient automatiquement petits et fragiles et dans un monde mondialisé comme le nôtre, ne pourraient faire autrement que de se mettre sous l’aile européenne. Ils ne pourraient être reconnus sur la scène internationale qu’à travers un organisme les représentant, lequel ne pourrait être encore une fois que l’Union européenne.

Rien n’est jamais figé, et il ne sert à rien d’être crispé sur ses acquis et autres prérogatives. Le monde est en perpétuelle évolution. Encore une fois, de quoi les Etats ont-ils peur? D’être remis en cause? Ils doivent s’y habituer, ils le sont déjà et régulièrement tant en interne qu’en externe. L’important, c’est l’adhésion, si la population n’adhère pas au système, alors cherchons des solutions. Dans le cas hispano-catalan on ne pourra pas savoir exactement le résultat des urnes puisque les conditions de vote ne sont pas réunies pour répondre aux critères démocratiques. En jouant le rôle de Goliath, Madrid offre le rôle de David à Barcelone. Pas sûr que le casting soit à l’avantage des Espagnols.

Les actus vidéos du 25 septembre au 1er octobre 2017


01/10/2017




Autres articles dans la même rubrique ou dossier:

Amours et trahisons - 03/09/2017

N’en jetez plus! - 20/08/2017

Le prix de la paix - 06/08/2017

De profundis - 02/07/2017

Au spectacle ce soir - 28/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 7





Dans nos blogs :

Le parcours inverse d'un steak

L'association de défense des animaux PETA révèle dans une nouvelle vidéo, la transformation "de l'élevage à l'assiette", montrant comment...

Abécédaire animal en vidéo - R

La série du Podcast Journal Animal présente les animaux à travers des vidéos. Avec la lettre R: renard, requin, rhinocéros... Renard roux...

La ville des chiens schtroumpfés

L'histoire des petits hommes de Peyo est imaginaire, tandis que celle des animaux devenus bleus est bel et bien moche et tristement réelle!...



Le Podcast Journal sur :